Actualités

Score exceptionnel d’Ericka Bareigts : quelle explication ?

Premier tour des législatives dans la 1ere circonscription de La Réunion, une ex-ministre candidate

Manuel Marchal / 14 juin 2017

Le score obtenu par Ericka Bareigts, ex-ministre des Outre-mer est le même qu’en 2012. C’est exceptionnel à l’échelle des 577 circonscriptions de la République. En effet son appartenance au gouvernement n’a pas été sanctionnée, la chute de la participation n’a semble-t-il eu aucun effet sur elle. Quant à son appartenance à la majorité municipale, force est de constater que pour Monique Orphé, cela n’a pas permis un maintien des positions. Comment alors expliquer ce résultat ?

JPEG - 46.1 ko
Ericka Bareigts, ex-ministre des Outre-mer, obtient presque le même nombre de voix qu’en 2012. Un résultat exceptionnel.

Dimanche dernier au premier tour des élections législatives, Ericka Bareigts a obtenu 12.849 voix alors que 29.000 électeurs se sont rendus aux urnes. Cinq ans auparavant, portée par la vague rose, elle avait eu 13.046 voix sur 34.000 votants. À 200 voix près, la députée sortante réalise le même score que cinq ans auparavant et progresse en pourcentage, dans un contexte de hausse de l’abstention.

Rappelons qu’Ericka Bareigts est ministre sortante des Outre-mer, candidate aux élections législatives investie par le Parti socialiste et ralliée à Emmanuel Macron entre les deux tours de la présidentielle. Elle affirme d’ailleurs qu’elle siègera dans le groupe de la majorité présidentielle au gouvernement.

Cette élection en 2017 avait pourtant lieu dans un contexte bien différent. En 2012, c’était François Hollande qui avait remporté l’élection présidentielle, obtenant plus de 50 % des suffrages à La Réunion au premier tour, et plus de 70 % au second. Les conditions étaient alors extrêmement favorables, ce qui n’avait malgré tout pas empêché une droite divisée en trois candidats de regrouper au total plus de 15.000 électeurs dès le premier tour, 2.000 de plus qu’Ericka Bareigts.

Tout le monde recule sauf elle

En 2017, la droite était unie autour d’un candidat, il a obtenu 5.899 voix, 6.000 de moins qu’Ericka Bareigts . Elle a perdu 10.000 voix par rapport à 2012. De plus, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête au premier tour de l’élection présidentielle à La Réunion. Julie Pontalba, candidate présentée par le PCR, portait également le programme de Jean-Luc Mélenchon car elle était officiellement investie par la France Insoumise. Elle a obtenu 2193 voix. Autrement dit, la baisse de la participation aurait donc pénalisé uniquement la droite ?

Ce qui rend la performance d’Ericka Bareigts plus singulière encore, c’est la comparaison avec le score des autres députés sortants. Dans la 2e circonscription, Huguette Bello était soutenue par son parti, PLR, qui dirige une commune, ainsi que par le Parti socialiste et la France Insoumise. Elle arrive en tête avec 57 % des suffrages mais perd 10.000 voix ce qui s’explique par une baisse notable de la participation. Dans la 7e circonscription, Thierry Robert arrive lui aussi en tête avec 11.000 voix alors qu’en 2012, il en avait obtenu plus de 16.000. Il y a eu 10.000 votants de moins. Dans la 3e circonscription, Jean-Jacques Vlody n’a même pas réussi à se qualifier pour le 2e tour. Enfin, dans la 6e circonscription, qui regroupe l’autre partie de Saint-Denis et va jusqu’à Saint-André, le nombre de votants passe de 29.000 à 23.000 et le score de la députée sortante Monique Orphé, socialiste investie par En Marche, passe de plus de 11.000 voix en 2012 à 5.700 cette année.

Monique Orphé perd 2.000 voix à Saint-Denis

Un autre élément de comparaison intéressant est le score réalisé par Monique Orphé dans la partie de Saint-Denis de la 6e circonscription, sachant que l’autre partie regroupe la totalité de la circonscription d’Ericka Bareigts. Dans ces cantons de Saint-Denis, la participation est passée de 8.389 votants à 7.025. Or, Monique Orphé est loin de réaliser le même score qu’aux dernières législatives puisqu’elle obtient 2.806 voix en 2017 au lieu de 4.841 voix en 2012. Tout comme Ericka Bareigts, Monique Orphé est conseillère de la majorité municipale à Saint-Denis depuis 2008. Manifestement, les deux parties de Saint-Denis ont un comportement bien différent.

L’argument de dire que son poste de ministre sortante lui a donné un bonus est difficilement tenable. Ses collègues qui avaient été élus dès le premier tour il y a 5 ans et qui sont en ballotage défavorable ou éliminés peuvent en témoigner.

Le score d’Ericka Bareigts est donc exceptionnel. La chute de la participation n’a semble-t-il eu aucun effet sur elle. Quant à son appartenance à la majorité municipale, force est de constater que pour Monique Orphé, cela n’a pas permis un maintien des positions.

Manifestement, l’explication du score d’Ericka Bareigts est ailleurs. Elle doit d’urgence faire partager son secret à ses anciens collègues du gouvernement pour qu’ils puissent s’en inspirer.

M.M.