Actualités

Un village de Bédouins palestiniens en Cisjordanie de nouveau détruit

Israël continue sa colonisation

Témoignages.re / 4 février 2021

Les forces armées israéliennes ont démoli des habitations, d’une soixantaine de Bédouins palestiniens, jugées « illégales » par l’État hébreu. La démolition a eu dans le cadre d’une opération dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée, selon l’Agence France Presse.

Dans la journée du 3 février, des bulldozers israéliens ont arraché les tentes et des toilettes mobiles de familles bédouines dans le secteur de Khumsa al-Baqa, un village improvisé près de Tubas, en Cisjordanie.

Selon l’ONG israélienne anti-colonisation B’Tselem, 61 personnes, dont la moitié sont des enfants, se trouvaient sans domicile suite à ces nouvelles démolitions. Ce village avait déjà été démoli en novembre 2020 par les forces israéliennes.

La mission de l’Union européenne dans les Territoires palestiniens a annoncé une visite sur place ce 4 février. « Le but de l’occupation (nom donné par des Palestiniens à l’État hébreu) n’est pas seulement d’occuper Khumsa, mais toute la vallée du Jourdain. En appliquant ces décisions et en commettant ce crime, l’occupation exécute la mise à mort de toutes les communautés palestiniennes de la vallée du Jourdain », a déclaré sur place Moataz Bisharat, militant palestinien anticolonisation.

Ce dernier a expliqué à l’Agence France Presse, qu’« il y avait plus de 186 familles ici en 1990, mais aujourd’hui, en 2021, il ne reste que 21 familles palestiniennes dans cette zone en raison des mesures mises en place » par Israël.

Territoire stratégique qui s’étire du lac de Tibériade à la mer Morte, la vallée du Jourdain est essentiellement située dans la « Zone C » de la Cisjordanie, un secteur contrôlé par Israël qui compte l’annexé.

La construction de structures dans cette zone est soumise, selon l’État hébreu, à l’obtention préalable d’un permis des autorités israéliennes, qui en profitent donc pour démolir des habitations érigées, d’après elles, sans autorisation, et donc « illégales ».

L’ancien président américain Donald Trump avait présenté en janvier 2020 un plan de paix pour le Proche-Orient, qui prévoyait l’annexion par Israël de l’essentiel de la vallée du Jourdain. Cette plaine arable compte pour 30% de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

Or après l’annonce de la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes en août 2020, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou avait « reporté » ce projet sans y « renoncer ».