Actualités

« Une concertation et une entente entre Réunionnais sur un projet global »

Conférence d’André Oraison sur Paul Vergès

Correspondant Témoignages / 16 février 2018

Comme annoncé, l’association Les Amis de l’Université, présidée par Yves Bosquet, a ouvert le mardi 13 février dernier son cycle des conférences 2018 avec André Oraison (Professeur de droit public à l’université de la Réunion 1967/2008, juriste et politologue, membre du comité Solidarité Chagos La Réunion). Cette conférence a eu lieu au Centre Culturel Lucet Langenier de Saint-Pierre sur le thème : ‘’L’héritage institutionnel du sénateur Paul Vergès’’ et elle a eu une belle réussite, avec un public à la fois nombreux et très intéressé par l’exposé d’André Oraison et par les suites à donner à cet héritage.

JPEG - 41 ko
André Oraison lors de l’une de ses interventions.

Comme cela était dit dans la présentation de cette conférence, « après la disparition de Paul Vergès, le 12 novembre 2016, une question surgit. Qui poursuivra son œuvre ? Qui reprendra le flambeau ? En vérité, la réponse à cette problématique est entre les mains de ceux qui, dans les différentes palettes de la gauche réunionnaise aujourd’hui éclatée, revendiquent une part de son héritage. Une réponse doit être donnée en priorité dans le domaine des réformes institutionnelles, compte tenu de la crise économique, sociale et culturelle sans précédent que connaît La Réunion. À cet égard, le sénateur communiste a en quelque sorte fixé la ‘’feuille de route’’ pour ceux qui veulent lui être fidèles et lui emboîter le pas. C’est dire qu’il appartient à une nouvelle gauche prospective, humaniste et solidaire de continuer le dernier grand combat de Paul Vergès… ».

Ceci résume clairement les propos tenus par André Oraison lors de son exposé et pour en savoir plus vous pouvez consulter le site https://amis-univ-reunion.fr/index.php  ? q=civicrm/event/info&reset=1&id=158 et demander à l’universitaire de vous envoyer son texte par l’adresse mail andre.oraison@univ-reunion.fr

« I fo nou antan anou ant nou »

Cet exposé a donné lieu ensuite à des échanges très intéressants et constructifs avec le public, qui a notamment remercié chaleureusement Yves Bosquet et ses Amis de l’Université pour cette initiative ainsi qu’André Oraison pour le contenu de son message ainsi que les perspectives ouvertes à notre avenir. D’ailleurs, pendant ce débat, l’universitaire a souligné à plusieurs reprises qu’« il faut une concertation et une entente entre Réunionnais sur un projet global » pour donner une suite concrète et indispensable à la réforme institutionnelle préconisée par Paul Vergès dans des propositions de loi émises en tant que sénateur.

Ce qui a aussi marqué ces échanges, ce fut l’intervention du Président du Parti Communiste Réunionnais, Élie Hoarau, qui a notamment rappelé l’importance pour toutes les forces vives et démocratiques du pays (organisations syndicales, politiques et associatives) de se rencontrer et de se rassembler « sur un projet global et cohérent pour plus de responsabilité de notre peuple dans la gestion de son pays ». Et concernant le projet de « véhicule législatif unique » envisagé par le Président de la République pour les Assises des Outre-Mer à venir dans les prochains mois, Élie Hoarau a lancé cet appel très approuvé par le public : « I fo nou antan anou ant nou ». Et André Oraison a conclu, vivement applaudi : « Nou lé pa pliss, nou lé pa moin, rèspèkt anou ! ».

Correspondant



Un message, un commentaire ?



Messages






  • C’est drôle, mais bien que mon patron ait la même nationalité que moi, je n’arrive pas m’entendre avec lui !

    Dès que je revendique des augmentations de salaire, la sécurité sur mon chantier, le respect de mes heures de pause, la possibilité de prendre mes congés payés, sa seule réponse est : "Si t’es pas content, la porte est grande ouverte, il y en a plein dehors qui sont prêts à prendre ta place !"

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • A propos de l’héritage laissé par Paul vergès, d’aucuns auront observé aujourd’hui , celles et ceux qui hier l’ont combattu, au sein du PCR , et l’ont trahi, revendiquent une part de son héritage .Parmi ces minables, il y en a même un qui avait traité Paul Vergès de " pourri " comme tous les autres élus.Ces pauvres gens , je les plains.

    Article
    Un message, un commentaire ?