Actualités

Vu d’ailleurs

Nout Zournal N°5

Témoignages.re / 21 septembre 2012

Samedi 15 septembre, dans l’après-midi, pendant que sur la grande scène un artiste chantait devant plus de 75.000 personnes, pendant que sur la scène Zebrock un groupe de rock faisait sensation, pendant que des centaines de milliers de personnes se promenaient dans les allées de la fête de l’Humanité, le stand de La Réunion de désemplissait pas.
Au-delà des nombreux artistes présents sur les différentes scènes de la fête, au-delà de l’aspect festif, au-delà du mélange des gastronomies venues de la France et du monde, la fête de l’Humanité est aussi un lieu qui permet des rencontres parfois inattendues et des débats et discussions souvent improvisées. Et c’est la, ce samedi vers 15 heures, qu’une discussion improvisée à commencer avec quatre habitués du stand de La Réunion, rejoints très vite par deux ou trois autres, parmi lesquels certains Réunionnais exilés pour travailler en France. Pendant plus d’une heure, il fut question de la situation du Parti communiste réunionnais et de sa reconstruction.

Passage de témoin

Nous avons pu échanger longuement sur la situation qui perdure depuis des décennies à La Réunion. La situation économique, les inégalités des revenus, le coût de la vie, l’illettrisme ou encore le taux de chômage ahurissant ont été autant de sujets abordés lors de ces discussions. Nombre des chiffres donnés ont même paru choquer nos interlocuteurs. Mais un constat a dominé : la reconstruction du PCR est indispensable. Car nos amis nouvellement rencontrés connaissent le rôle du Parti communiste réunionnais dans les luttes pour La Réunion, son développement et l’émancipation des Réunionnaises et des Réunionnais. Ils connaissent les batailles passées, pour notre culture, notre musique le Maloya, pour la mémoire de l’esclavage, pour l’Egalité sociale. Et ils ont l’intuition des batailles d’aujourd’hui pour atteindre l’autonomie énergétique, l’autosuffisance alimentaire. Ils savent les déficits qu’affronte le pays en matière d’emploi et de logement. Nous avons eu de nombreux échanges avec des Réunionnais de passage sur le stand. Tous abondaient dans ce sens.
En conclusion, nous pouvons dire que l’idée générale qui ressort de cette fête de l’Humanité est qu’il est indispensable d’avoir à La Réunion un Parti communiste réunionnais fort ; mais de l’avis de tous, il faut pour cela permettre l’émergence d’une nouvelle génération à travers un passage de témoin efficace sans ambiguïté. Transition qui doit permettre l’émergence d’une nouvelle génération avec de nouvelles idées et de nouvelles dynamiques, fortement appuyée sur l’expérience inestimable de nos aînés, pierre angulaire de l’édifice. Il en va de l’avenir même du parti.

Fabrice Hoarau