Union européenne

Younous Omarjee salue le refus de sanctionner l’Espagne et le Portugal

Parlement européen

Témoignages.re / 18 novembre 2016

Le Parlement européen vient de remporter une bataille de taille : il n’y aura pas de sanctions et de suspension des fonds structurels contre l’Espagne et le Portugal, indique Younous Omarjee dans une prise de position diffusée sur Youtube.

JPEG - 30 ko
Younous Omarjee, député de l’Union des Outre-mer.

« La pression démocratique mise sur la Commission européenne durant les deux débats conjoints du 3 octobre et du 8 novembre des commissions développement régional (REGI) et affaires économiques et monétaires (ECON) du Parlement européen, et auxquels j’ai pris part en tant que coordinateur, ont finalement réussi à obliger la Commission européenne à déclarer caduque toute suspension des fonds structurels à l’Espagne et au Portugal.

Alors qu’en septembre, la Commission venait expliquer devant nos deux commissions REGI et ECON qu’elle se dirigerait vers une suspension partielle des fonds structurels à l’Espagne et au Portugal, la vive hostilité qu’elle a rencontrée au Parlement et qui s’est trouvé confirmée début novembre lors de l’audition des ministres espagnols et portugais, a incité la Commission à opter pour la seule décision qui faisait sens. La Commission a déclaré ce mercredi qu’elle jugeait que la situation qui requérait une proposition de suspension des fonds structurels pour l’Espagne et le Portugal n’existait plus.

Je suis heureux que le groupe GUE/NGL pour lequel j’ai porté, avec Marisa Matias, les positions, ait tenu un rôle clef dans ce débat et dans cette ferme opposition à toute suspension. J’affirmais en septembre que toute proposition de suspension, même à 0 %, serait « injuste, absurde et dangereuse », et que la Commission devait renoncer à toute suspension. Bien sûr, nous avons été nombreux à nous opposer, mais alors que beaucoup proposaient des suspensions symboliques de 0 %, je suis heureux que les propositions de la Gauche unitaire européenne de rendre caduques les suspensions des fonds aient été finalement retenues. Il y a des combats qui méritent d’être menés. Et nous avons ainsi pu sauvegarder également les intérêts des régions ultrapériphériques espagnoles et portugaises pour lesquelles la suspension des fonds structurels aurait été catastrophique. »