Le gouvernement reconnaît l’ampleur de la crise

Où sont les mesures pour le développement ?

13 septembre 2007

Lors d’une conférence de presse, Georges Lemoine, secrétaire d’État aux DOM-TOM, reconnaît publiquement l’échec des politiques entreprises par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’abolition du statut colonial à La Réunion.

Le secrétaire d’État précisait notamment que la crise « se traduit de plus par l’arrivée sur le marché de l’emploi de toute une jeunesse conçue dans les années 60-65. Les chiffres s’imposent avec une certaine brutalité. À La Réunion, à chaque rentrée scolaire, il y a 10.000 Jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi. Nous avons la possibilité d’en accueillir 3 à 4.000. Il y a un différentiel de 6 à 7.000. Ce qui fait qu’en les additionnant année après année, vous arrivez à la fin d’une législature à des chiffres importants ».

Force est de constater que plus de vingt ans après cette déclaration d’un membre d’un gouvernement, qui s’exprimait quatre ans après l’alternance marquée par l’arrivée de la gauche au pouvoir en France, les prévisions les plus pessimistes se sont vérifiées. Quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, les mesures inscrites dans la loi n’ont pas permis de changer cette tendance en donnant des leviers pour que le pays soit résolument placé sur le chemin du développement.
Aujourd’hui, la question de l’emploi est devenue encore plus préoccupante. Cette seule donnée plaide pour la mise en œuvre de mesures spécifiques et suffisamment ambitieuses pour sortir de la crise.

M. M.

Dans la même rubrique

5 mai 1944 : premier numéro de Témoignages
5 mai 2017

Témoignages : 72 ans de luttes pour La Réunion
5 mai 2016

70 ans pour Témoignages
5 mai 2014

Le Port : Réunionnais solidaires dans la lutte contre l’apartheid
10 décembre 2013

Rassemblement contre la crise
3 décembre 2013

La Une

La crise du logement fait deux nouveaux morts à La Reunion
25 avril 2018

Quand Lafarge finançait Daesh, Paris laissait faire
25 avril 2018

Sainte-Suzanne : pour la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle
25 avril 2018

Fakir rappelle le problème de l’aménagement
25 avril 2018

Gouvèrné sé prévoir é sak i prévoi pa i pran in gran résponsabilité
25 avril 2018

2007 Témoignages
Contact | RSS 2.0