Pas de développement durable sans l’éradication du SIDA

Journée mondiale de lutte contre le SIDA le 1er décembre dernier

5 décembre 2017

Le monde n’atteindra pas les Objectifs de Développement Durable (ODD) - qui incluent l’objectif de mettre fin au SIDA d’ici 2030 - sans que les gens atteignent leur droit à la santé, ont déclaré les Nations Unies vendredi, lors de la Journée mondiale du SIDA avec un appel fort pour la pleine réalisation de ce droit fondamental par tous, partout.

« Le droit à la santé est un droit humain fondamental - tout le monde a le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible, comme le consacre le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels », a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), dans son message sur la Journée, célébrée dans le monde entier le 1er décembre. En effet, le droit à la santé est lié à tous les ODD et « est étroitement lié à une série d’autres droits, notamment les droits à l’assainissement, à la nourriture, à un logement décent, à des conditions de travail saines et à un environnement propre.

Il a expliqué que cela inclut : l’égalité d’accès aux soins de santé ; aux infrastructures de soins de santé adéquates ; aux services de santé respectueux et non discriminatoires ; et que les soins de santé doivent être médicalement appropriés et de bonne qualité.

Pour tous les succès, le SIDA n’est pas encore terminé. Mais en assurant que tout le monde, partout, accède à leur droit à la santé, il peut l’être, a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. « Mais le droit à la santé est plus que cela », a-t-il poursuivi, déclarant qu’avec cela, « les rêves et les promesses des gens peuvent être réalisés ». M. Sidibé a souligné que les personnes les plus marginalisées et les plus touchées éprouvent encore des difficultés à accéder aux services sociaux et de santé dont elles ont un besoin urgent, affirmant que « nous devons tous rester aux côtés des personnes laissées pour compte et exiger que personne ne se voit refuser ses droits humains ».

Avec tous les succès, le SIDA n’est pas encore terminé. Mais en faisant en sorte que tout le monde, partout, accède à leur droit à la santé, cela peut l’être », a-t-il conclu.

Accès au traitement

Dans son message du jour, le Secrétaire général, António Guterres, a déclaré que « le monde est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de mettre fin à l’épidémie de SIDA d’ici 2030 », notant que près de 21 millions de personnes vivant avec le VIH ont maintenant accès au traitement et ce nombre devrait atteindre plus de 30 millions d’ici 2020. Les décès liés au SIDA et les nouvelles infections à VIH diminuant, il y a un grand espoir que le monde puisse tenir sa promesse, a-t-il ajouté.

Cependant, certaines parties de la riposte au VIH sont à la traîne. « Dans certaines régions du monde, les réussites durement acquises sont inversées, avec un nombre croissant de nouvelles infections à VIH et de décès liés au SIDA », a averti M. Guterres, appelant à « un engagement renouvelé pour terminer ce que nous avons commencé et faire que l’épidémie de SIDA est une chose du passé ».

Pour sa part, Audrey Azoulay, Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), a souligné le droit à une éducation de qualité pour tous, car les deux objectifs - santé et éducation - vont de pair. « Ce lien est au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de la Stratégie 2016-2021 de l’ONUSIDA », a-t-elle expliqué.

Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, a déclaré que selon l’ONUSIDA, toutes les quatre minutes, trois jeunes femmes sont infectées par le VIH. « Elles ne jouissent manifestement pas de leur droit à la santé, et ne le feront pas non plus tant que nous ne serons pas en mesure de renverser les inégalités et la discrimination qui alimentent le VIH. Ceux dont la santé et l’avenir sont actuellement les moins prioritaires doivent devenir notre objectif, si nous voulons réaliser les changements que nous recherchons ’, a-t-elle déclaré.

Dans la même rubrique

Le nombre de personnes atteintes de démence triplera dans les 30 prochaines années
11 décembre 2017

Personne ne devrait être malade et mourir à cause de la pauvreté
11 décembre 2017

Mangez des légumineuses ! Ce sont de vraies protéines végétales 
11 décembre 2017

Afrique du Sud : projet de prévention du VIH pour les jeunes filles
7 décembre 2017

L’Afrique de l’Ouest et du Centre en retard sur la riposte mondiale au VIH
6 décembre 2017

La Une

Emouvant hommage à Édouard Savigny
11 décembre 2017

Incendies en Californie et risques de déforestation de La Réunion
11 décembre 2017

Corse : les nationalistes remportent la majorité absolue
11 décembre 2017

France, USA et Grande-Bretagne boudent la remise du Prix Nobel de la Paix à ICAN
11 décembre 2017

Le nombre de personnes atteintes de démence triplera dans les 30 prochaines années
11 décembre 2017

2017 Témoignages
Contact | RSS 2.0