L’Assemblée de l’ONU s’attaque à la menace de la pollution

Sommet sur l’environnement à Nairobi au Kenya

5 décembre 2017

L’une des principales questions abordées lors de la troisième Assemblée des Nations unies sur l’environnement à Nairobi, qui a débuté lundi au siège du PNUE, est la lutte contre la menace mondiale de la pollution.

L’assemblée qui rassemble plus de quatre mille chefs d’Etat, ministres, chefs d’entreprise, représentants des Nations unies et représentants de la société civile, s’est réunie lundi pour une rencontre de trois jours qui se termine mercredi. Elle discutera, entre autres, de nouvelles approches pour lutter contre la pollution de l’air, qui est le plus grand tueur environnemental, avec 6,5 millions de vies chaque année. 

En tant qu’organe de décision le plus élevé au monde sur l’environnement, elle rassemble des participants pour partager des idées et s’engager à agir.

Conséquences sur la santé

Plus de 80 % des villes ne respectent pas les normes sanitaires de l’Onu en matière de qualité de l’air. Plus d’une douzaine de résolutions sont sur la table à l’Assemblée, y compris de nouvelles approches pour lutter contre la pollution de l’air, selon l’agence des Nations unies. ’Notre objectif commun doit être d’adopter des moyens drastiques pour réduire la pollution », a déclaré Dr Edgar Gutiérrez, ministre de l’Environnement et de l’Énergie du Costa Rica et président de l’Assemblée de 2017. « Ce n’est que grâce à une action collective plus forte, commençant à Nairobi cette semaine, que nous pourrons débuter à nettoyer la planète à l’échelle mondiale et sauver d’innombrables vies.’

L’exposition au plomb dans la peinture, qui cause des dommages au cerveau à 600.000 enfants chaque année, et la pollution de l’eau et du sol sont également des domaines d’intérêt clés. Les mers contiennent déjà 500 « zones mortes » avec trop peu d’oxygène pour soutenir la vie marine, affirme l’agence.

Plus de 80 % des eaux usées du monde sont rejetées dans l’environnement sans traitement, empoisonnant les champs où nous cultivons nos aliments et les lacs et les rivières qui fournissent de l’eau potable à 300 millions de personnes.

Coût financier

Les statistiques et les rapports sont sinistres. Il y a également un coût économique énorme. Un rapport récemment publié par la Commission Lancet sur la pollution et la santé indique que les pertes de bien-être dues à la pollution sont estimées à plus de 4.600 milliards de dollars américains chaque année, soit 6,2 pour cent de la production économique mondiale.

’Compte tenu des statistiques sinistres sur la façon dont nous nous empoisonnons nous-mêmes et notre planète, des décisions audacieuses de l’Assemblée de l’Onu sur l’environnement sont critiques », a déclaré Erik Solheim, chef de l’environnement des Nations unies. « Cela est aussi vrai pour les menaces comme la pollution que pour le changement climatique et les nombreuses autres menaces environnementales auxquelles nous sommes confrontés ».

Une déclaration plus générale sur la politique environnementale des Nations unies, publiée avant la réunion, souligne les liens entre les événements des 12 derniers mois - les ouragans dans les Caraïbes et aux Etats-unis, les sécheresses dans la Corne de l’Afrique et au Yémen. D’autres sont les inondations au Bangladesh, en Inde et en Europe - et les décisions que nous prenons sur nos écosystèmes, l’énergie, les ressources naturelles, l’expansion urbaine, les infrastructures, la production, la consommation et la gestion des déchets.

Pour des solutions innovantes

M. Solheim précise que tous les processus globaux complexes liés à l’environnement, tels que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris, se résument à un simple message : nous devons prendre soin des personnes et de la planète.

Il souligne également de nombreuses solutions au problème de la pollution et d’autres préoccupations environnementales, telles que le découplage entre la croissance économique et l’utilisation des ressources naturelles. Le Pnue propose également des solutions aux problèmes. Par exemple, l’énoncé de politique indique que des solutions techniquement et commercialement viables peuvent améliorer l’efficacité de l’eau et de l’énergie de 60 à 80 % dans la construction, l’agriculture, les transports et d’autres secteurs clés. Cela se traduira par des économies, tout en économisant entre 2.900 et 3.700 milliards de dollars américains par an d’ici 2030. Avec plus de 60 % de l’infrastructure urbaine prévue dans les décennies à venir, les possibilités de façonner un avenir meilleur « sont simplement stupéfiantes ».

Dans la même rubrique

Saison cyclonique à La Réunion : préparez-vous
12 décembre 2017

La FAO prévient que les sols sont négligés
7 décembre 2017

L’Assemblée de l’ONU s’attaque à la menace de la pollution
5 décembre 2017

Viande et produits laitiers à la cantine : Greenpeace dénonce l’influence des lobbies
5 décembre 2017

Des nanoparticules de plastique dans l’océan
30 novembre 2017

La Une

Pour la publication de toutes les offres de recrutement par Pôle emploi
13 décembre 2017

Corse : le décor est planté pour la discussion
13 décembre 2017

One Planet Summit : engagements financiers pour soutenir l’Accord de Paris
13 décembre 2017

20 décembre à Sainte-Suzanne pour se réapproprier notre histoire
13 décembre 2017

Fortes inégalités à Saint-Denis
13 décembre 2017

2017 Témoignages
Contact | RSS 2.0