Crise à Mayotte : 70 % des électeurs refusent d’élire un député

19 mars 2018

La France avait décidé de maintenir hier le premier tour d’une élection législative partielle malgré un contexte social explosif. Initialement, des élus avaient affirmé qu’ils ne participeraient pas à l’organisation du scrutin. Ils ont changé d’avis une semaine avant le vote, à la veille de la venue d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer, dans l’île.

Les faits ont montré que la visite ministérielle n’ont pas réglé le problème. Faute de réponse à leur revendication, les manifestants ont poursuivi le mouvement, qui se traduit notamment par des barrages pour empêcher toute circulation. Ceci a donc des répercussions sur le déroulement d’une campagne électorale. Les candidats n’ont en effet pas la possibilité de se déplacer pour informer les électeurs de leurs programmes.

Malgré cela, la France a tenu à ce que les élections se tiennent le jour décidé par un décret émanant de Paris. La sanction est tombée : près de 70 % des électeurs ne se sont pas déplacés. Il reste deux candidats pour se départager au second tour. Se pose d’ores et déjà la question de la représentativité de la personne qui sera le prochain député de Mayotte. En maintenant à tout prix une élection, la France fera du prochain député mahorais un élu qui entamera son mandat avec un vote de défiance de la part de la population. Les Mahorais n’ont-ils pas droit à un meilleur traitement de la part de ceux qui doivent assumer la responsabilité de la crise ?

J.B.

Dans la même rubrique

Macron a ravivé les rancœurs
11 décembre 2018

Pourquoi les 2 TV boycottent-elles le PCR ?
10 décembre 2018

Sale temps pour le pouvoir
8 décembre 2018

Les Gilets Jaunes : non au statut consultatif
7 décembre 2018

De l’efficacité des élus à leur inutilité
6 décembre 2018

La Une

PCR : « annonces d’Emmanuel Macron : le compte n’y est pas »
11 décembre 2018

PCR : répondre aux revendications sociales et conférence territoriale élargie aux forces vives sous le regard des Réunionnais
11 décembre 2018

Macron a ravivé les rancœurs
11 décembre 2018

Appel à la grève de la CGTR
11 décembre 2018

Emmanuel Macron : 100 euros de plus pour le SMIC et maintien de sa politique
11 décembre 2018

2018 Témoignages
Contact | RSS 2.0