L’invité(e)

« Les jeunes sont aussi concernés par cette réforme »

Gilles Leperlier, président de l’AJFER

Céline Tabou / 5 juillet 2010

Le président de l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion (AJFER) revient sur l’importante mobilisation du jeudi 24 juin contre la réforme des retraites.

Que pensez-vous de la manifestation du jeudi 24 juin ?

- C’est une manifestation réussie. Je pense que les gens ont pris conscience de l’ampleur de la réforme. Il y a une progression dans la mobilisation, les gens sont de plus en plus sensibles aux actions menées contre la réforme des retraites.
Aujourd’hui, l’important est d’amener les gens à se mobiliser, car il existe une partie de la population qui ne s’est pas déplacée ce jeudi 24 juin, parce qu’ils ne se sentent pas concernés, comme les jeunes. Il faudra à l’avenir les informer, et les pousser à se mobiliser. L’objectif est de pousser tout le monde à se mobiliser, parce que c’est maintenant qu’il faut se battre contre cette réforme des retraites.

Qu’espérez-vous aujourd’hui ?

- Je n’espère rien, sauf que le gouvernement revoie sa copie, et retire cette réforme telle qu’elle est. Et que le gouvernement mette en place une concertation pour que toutes les propositions faites soient mises sur la table.
Le problème des retraites vient de la mauvaise répartition du capital. Une grande partie de la population n’a pas de retraite convenable. La réforme va aggraver la situation. D’autant que chez les jeunes Réunionnais, il est important de prendre en considération le nombre d’années d’études, d’inactivité, et de chômage forcé. Le taux de chômage des jeunes à La Réunion est élevé, ces jeunes n’auront pas de retraite décente, s’il n’est pas pris en compte ce que je viens de citer.

Quelles sont les suites à donner à cette forte mobilisation ?

- L’urgence aujourd’hui est de continuer le travail de sensibilisation et d’information. Il faut aller chercher les gens, notamment ceux qui n’ont pas manifesté le 24 juin, afin de les informer et de les mobiliser contre cette réforme. Il faut un maximum de gens dans la rue pour faire pression, car seule une nouvelle manifestation d’ampleur peut faire changer les choses.
Chacun se doit de sensibiliser autour de lui, parce que le gouvernement va jouer avec le calendrier et profiter des vacances pour faire passer sa réforme. Il faut être vigilant, et surtout que le gouvernement prenne en compte les spécificités réunionnaises (notamment la hausse du chômage et la pauvreté - NDLR).

Propos recueillis par Céline Tabou


Kanalreunion.com