Edito

Le courage, cela s’assume

J.B. / 3 septembre 2011

Paul Vergès a été élu au Sénat en 1996. Il est l’auteur de la loi sur le changement climatique et ses conséquences. Il est l’acteur de la théorie « d’adaptation » qui doit encadrer les politiques de lutte contre les effets du réchauffement de la Terre. Il a surtout partagé avec ses collègues et interlocuteurs une pensée globale qui intègre les autres défis : la démographie, l’innovation technologique, la mondialisation capitaliste, etc.

Ce travail politique a été salué au niveau national et international. Il a apporté aux experts et aux militants écologistes le cadre politique qui leur manquait pour passer de l’expertise à l’action, de l’émotion à l’engagement réfléchi. Il a réussi à dépasser la sclérose partisane et entraîner tout le monde sur une projection d’un siècle, délai nécessaire pour faire face à l’urgence climatique.

Paul Vergès fait la démonstration éclatante qu’un mandat doit être au service de la connaissance et de la responsabilité.

Plusieurs participants aux deux conférences de l’Alliance sur ce sujet, la semaine dernière, ont demandé pourquoi les médias ne donnent pas la parole à Paul Vergès pour qu’il expose ce travail exceptionnel d’un élu Réunionnais. Certains se sont demandés comment pouvaient-ils être utiles ? D’autres ont souhaité que les Réunionnais s’approprient le travail qu’il a accompli depuis 10 ans à la tête de l’ONERC.

Paul Vergès fait la démonstration qu’il y a de la place pour tous ceux qui veulent s’engager sérieusement.

Et d’un coup, il y a ce séisme médiatique qui spécule sur sa disparition. Les auteurs de ce coup tordu avaient l’information qu’il n’était pas hospitalisé. Qu’importe, ils voulaient satisfaire leur commanditaire, en pleine campagne électorale pour désigner 4 sénateurs réunionnais. Or, tout le monde sait qu’il sera élu et qu’il présidera la première assemblée du Sénat. C’est la preuve que l’âge (le grand âge) est un facteur qu’un élu digne de cette mission ne peut pas négliger.

Que sa proposition de loi fût votée à l’unanimité du paysage politique français est un véritable exploit qui mesure l’expérience politique acquise tout au long de son combat. Chez lui, point de sectarisme. Dès lors, qui s’estime gêner par les valeurs qu’il incarne ? Qui voulait attenter à la vie politique de ce rassembleur ? Espérons que le diviseur qui se cache derrière cette opération malsaine se fera connaître avant les élections. Le courage cela s’assume.

J.B.


Kanalreunion.com