Luttes sociales

Succès pour le grand rassemblement pour l’emploi des Réunionnais

Hier devant la préfecture

Céline Tabou / 21 mai 2013

Plus de 350 personnes ont répondu présentes à l’appel de l’AJFER-Nou Lé Kapab pour la Priorité à l’embauche des Réunionnais. Parmi lesquelles de nombreuses organisations venues apporter leur soutien et solidarité à la lutte menée par l’organisation.

JPEG - 72.2 ko
Hier devant la préfecture, Gilles Leperlier a déclaré : « Aucun poste disponible à La Réunion ne doit échapper aux Réunionnais. Nou tien bon. Nou larg pas. Nou lé kapab dan nout péi ».

A l’occasion de cette mobilisation, Gilles Leperlier, président de l’AJFER-Nou Lé Kapab, accompagné des représentants Teddy Aky d’Ac Chômage, Stéphane Onesio des Fonctionnaires ultramarins, Amandine Ramaye de Rézistan’s, Juan Ligdamis de Femme Solidaire pour l’emploi et le représentant syndical CGTR Ports et Docks de la SERMAT, Raphaël Gossard, a déposé un Manifeste pour la Priorité à l’embauche des Réunionnais à la sous-préfète de Saint-Benoit, Hélène Rouland-Boyer.

Ce document regroupe l’ensemble des propositions de l’AJFER-Nou Lé Kapab et met en avant une situation qui « n’a que trop duré ». En effet, « La Réunion possède le plus fort taux de chômage de France et d’Europe avec 60% des jeunes au chômage, 50% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté ». Dans un tel contexte, l’organisation appelle à l’unité pour organiser des actions visant à alerter l’opinion publique et les responsables politiques et économiques afin de prioriser l’emploi des Réunionnais, car « à compétences égales, done Kréol travay ».

Un travail de sensibilisation et d’information

Gilles Leperlier a rappelé lors des différentes prises de parole que « plusieurs organisations avaient mené la bataille depuis des dizaines d’années pour l’emploi des Réunionnais », et après « un travail de sensibilisation et d’information » menée également par l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion (AJFER)-Nou Lé Kapab, « on voit bien que le travail paie et on remercie tous les élus présents ainsi que les organisations ». En effet, étaient présents Paul Vergès, sénateur de La Réunion, Elie Hoarau, secrétaire général du PCR, Jean-Pierre Marchau et Yvette Duchemann d’Europe Ecologie Les Verts, Maya Césari du groupe Alliance, Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR, ainsi que des élus de la droite et de la gauche.
Saluant la mobilisation du 19 mai à Paris des fonctionnaires ultramarins, Gilles Leperlier a rappelé la mobilisation faite le 12 août 2012 pour le retour des fonctionnaires réunionnais à La Réunion. Ce dernier a aussi longuement évoqué la mobilisation depuis trois semaines des Dockers du Port, « qui mènent une bataille juste pour l’emploi des Réunionnais et dénoncent les licenciements ».

A la sortie de la rencontre avec Hélène Rouland-Boyer, Gilles Leperlier a déploré l’absence du Préfet Jean-Luc Marx, qui « n’a pas fait le déplacement ». Le jeune homme a expliqué à l’assistance que la sous-préfète était « sensible » aux propositions faites. Mais, « sans surprise », Hélène Rouland-Boyer a « reçu notre message. Elle nous a écoutés, on l’a écoutée » et le Manifeste a été remis. Ce dernier a dénoncé le « renvoi de balle » fait entre les différentes autorités compétentes.

« Ce n’est que le début »

« On a fait les choses dans l’ordre »
, mais « la situation n’a que trop duré », a indiqué Gilles Leperlier, affirmant qu’« on ne va pas attendre d’autres drames ». Des raisons pour lesquelles « la bataille continue », et aux prochaines mobilisations et actions à venir, des réponses seront attendues, a expliqué Gilles Leperlier. « La mobilisation continue », a réitéré le président de l’AJFER-Nou Lé Kapab, qui a appelé l’ensemble de la population et des organisations à prendre contact avec son organisation, afin de se rencontrer, d’échanger, débattre et « mener la bataille ».
« Ce n’est que le début, le nombre aujourd’hui nous encourage à nous organiser et continuer le combat. Il faut être ensemble, on va se retrouver pour discuter et organiser les prochaines actions »,
a déclaré Gilles Leperlier. « Contactez-nous », a lancé le jeune homme, ajoutant qu’il fallait « tourner la page d’un système qui a trop duré ». Lors de son allocution, le président de l’AJFER-Nou Lé Kapab a rappelé le mouvement de grève du personnel de la SERMAT, « les dockers se battent pour la dignité des Réunionnais. Nous leur apportons notre soutien et les remercions de leur présence ».

Pour conclure, Gilles Leperlier a réaffirmé : « Aucun poste disponible à La Réunion ne doit échapper aux Réunionnais. Nou tien bon. Nou larg pas. Nou lé kapab dan nout péi ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com