Luttes sociales

« Un gros chantier qui s’ouvre… »

Réunion de la CGPER

YVDE / 30 novembre 2009

La Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion (CGPER) a tenu hier matin, une réunion à Saint-Benoît. A l’ordre du jour les mesures prises pour l’agriculture réunionnaise : prime de bagasse, exonération progressive de la taxe foncière sur le non bâti (80 % en 2011) ; renforcement du droit à la concurrence pour lutter contre le monopole de l’importation d’engrais ; accession aux marchés publics de la restauration collective ; création d’une commission de protection des terres agricoles et assouplissement de la procédure de cession des terres incultes (voir "Témoignages" du 25 novembre 2009).
« Certaines de ces mesures vont dans le bon sens, à condition qu’elles soient accompagnées d’autres mesures. Et puis, elles sont le résultat de longues luttes de la CGPER », affirme Jean-Patrice Pounoussamy, vice-président du syndicat agricole.
Mais il note aussi que certaines mesures restent à concrétiser en urgence car beaucoup d’entre-elles n’ont pas encore fait l’objet d’un projet de loi ou d’un décret. « C’est un gros chantier qui s’ouvre », remarque-t-il. Il avance l’idée d’une autosuffisance alimentaire alors que La Réunion atteindra un million d’habitants à l’horizon 2030. « Si on ne prévoit pas le développement des filières, on va au-devant de désillusions »,
Enfin, le vice-président de la CGPER, pose d’autres revendications. Notamment le principe d’une politique agricole commune au sein des régions ultrapériphériques d‘Europe et une bonne utilisation des 650 millions d’euros prévus globalement pour le plan d’urgence pour l’agriculture, « au service des exploitations réunionnaises fragilisées par la crise ».

YVDE


Kanalreunion.com