Actualités

Le premier signal du changement, ce sera Sainte-Suzanne

29 janvier, 22 avril et 10 juin

Témoignages.re / 29 décembre 2011

Élie Hoarau a donné une interview publiée hier dans "le Quotidien". Dans cet article, le secrétaire général du Parti communiste réunionnais décrit le contexte des municipales partielles de Sainte-Suzanne. Il est clair que l’enjeu dépasse largement les frontières d’une commune. 2012 est une année électorale dominée par l’élection présidentielle et le renouvellement des députés. C’est aussi le moment de réaffirmer les valeurs du PCR. Le signal du changement pour faire avancer la cause de La Réunion et le renforcement du PCR, outil au service de son peuple, ce sera Sainte-Suzanne, avec la liste conduite par Maurice Gironcel.

Dans l’interview publiée hier par notre confrère, Élie Hoarau donne deux rendez-vous importants cette année.
Le premier, c’est le calendrier électoral avec la présidentielle et les législatives cette année. Les élections du 29 janvier à Sainte-Suzanne pourront lancer à La Réunion la dynamique de la victoire dans le camp du changement.
Le second, c’est surmonter la crise traversée par le PCR. Son secrétaire général va même jusqu’à utiliser le terme de « refondation ». S’il y a des élections à Sainte-Suzanne, c’est parce que des élus ont respecté un principe du PCR : faire passer les valeurs fondamentales avant un mandat électif et ses indemnités. Mais s’il y a plusieurs listes de la majorité issue des dernières municipales qui s’opposent à la candidature de la liste conduite par un dirigeant du PCR, c’est parce que des élus ont décidé de faire passer les valeurs du PCR au second plan.
Au moment de sa fondation et durant plusieurs décennies, le PCR a été la cible d’une sévère répression. Le PCR n’avait plus d’élu, mais il avait des valeurs telles que la solidarité et le respect de la parole donnée. C’est en voyant les communistes placer leurs principes au-dessus de tout que les Réunionnais ont décidé de soutenir leur parti communiste et de lui donner toute sa dimension.
C’est au cœur de la répression que s’est nouée ce lien entre le PCR et son peuple, à partir de valeurs fondamentales.
Dans l’interview, Élie Hoarau reconnaît que la crise au PCR est liée à une crise de valeurs. La décision de solliciter le peuple de Sainte-Suzanne, c’est l’occasion « de rappeler les valeurs qui ont fondé notre parti », précise Élie Hoarau. Sur ce plan, les élections de Sainte-Suzanne seront aussi le signal du changement, vers le renforcement du PCR à partir de ses valeurs fondamentales.

Sainte-Suzanne : Élie Hoarau répond aux questions du "Quotidien"

Voici des extraits relatifs aux élections de Sainte-Suzanne de l’interview du secrétaire général du Parti communiste réunionnais par Stéphane Fontaine, publiée hier par notre confrère :



• La décision de soutenir Maurice Gironcel

« Une maire, son premier adjoint, un ancien maire, tous PCR et adversaires à la mairie de Sainte-Suzanne, comment en est-on arrivé là ?

— (…) Si on gardait le cap, à l’intérieur de notre parti, si on se dit qu’il y a une vision, une analyse, des propositions, alors on est tous solidaires derrière lui. Je déplore cette situation avec trois candidats, mais la vie est ce qu’elle est, il faut bien prendre position et se battre, d’où notre décision de soutenir Maurice Gironcel.

C’est une décision basée sur un principe : le sentiment que l’un des nôtres, à cause de son engagement politique, a été injustement frappé. Alors il faut lui montrer notre solidarité et le blanchir de cette injustice. »

• La perspective des batailles à venir

« Vous parlez de perspectives, de répondre à des problèmes qui frappent, notamment la jeunesse, mais est-ce qu’un changement de maire, à Sainte-Suzanne, permettra d’offrir ces perspectives, ces solutions ?

— (…) Cette bataille arrive à un moment où des perspectives de changement se profilent à l’intérieur de la République française et par voie de conséquence à La Réunion. (…) Il faut mettre les choses dans la perspective de la présidentielle et des législatives. Sainte-Suzanne va donner le top départ, un encouragement pour les batailles à venir. »

• Le respect des valeurs

« Le moment était-il opportun, juste après la désillusion des sénatoriales pour le PCR et à quelques mois des législatives, de ramener Maurice Gironcel à la tête de la commune, quitte à provoquer des dissensions ?

— Le moment était absolument venu pour rappeler les valeurs qui ont fondé notre parti. Une de ces valeurs, c’est la solidarité. Il se trouve que c’est Maurice Gironcel. Il est évident que les dernières épreuves vécues montrent une perte de ces valeurs-là. Mais aujourd’hui, le moment est venu de rappeler ces valeurs. »

• Le respect d’un engagement

« La maire et le premier adjoint dénoncent le fait qu’on ait commencé à solliciter les démissions des conseillers municipaux sans même qu’ils soient au courant. Qu’y répondez-vous ?

— Quand Maurice Gironcel a été frappé d’inéligibilité il y a deux ans et demi de cela, la section communiste de Sainte-Suzanne s’est réunie au Bocage. J’y étais présent. Tout le monde, à l’unanimité, dont ceux que vous citez, a dit qu’il faudra réhabiliter Maurice Gironcel quand il retrouvera ses droits. Le groupe majoritaire du Conseil municipal, y compris ses membres non-communistes, a pris la même décision. Personne n’a été pris au dépourvu. J’ai dit à la maire, quand Maurice a retrouvé ses droits civiques : « c’est à toi de prendre la tête du mouvement pour réhabiliter Maurice ». Elle a ses raisons qui font qu’elle n’a pas voulu le faire.

Mais ceux qui ont été pris au dépourvu, ce sont ceux qui se sont aperçus que certains ne voulaient pas tenir leurs engagements. »

• La porte ouverte à la réconciliation

« Comment réparer une telle cassure ?

— Il est encore temps de réparer la cassure. Maurice Gironcel l’a répété, il est prêt à reconduire la même liste qu’en 2008. Les listes ne sont pas déposées. On peut encore rattraper. C’est un ultime appel. »

An plis ke sa

Patrick Savatier : un adversaire du PCR veut soutenir Yolande Pausé

Dans le passé, Patrick Savatier s’est déjà fait remarquer par son opposition au PCR. Il était notamment venu à notre imprimerie pour soutenir ceux qui avaient empêché la distribution de "Témoignages" à ses abonnés un soir de décembre 2008. A la même époque, après la défaite de Virapoullé à Saint-André, il est entré en conflit ouvert avec la municipalité dirigée par Eric Fruteau. Puis lors des régionales, il avait permis à Stéphane Fouassin, alors en campagne pour Didier Robert, de s’afficher ostensiblement à ses côtés lors d’une opération de distribution de colis alimentaires à l’entrée de Salazie.

Hier dans le "JIR", Patrick Savatier a donné son soutien à Yolande Pausé. Mais comme il n’ose pas assumer sa position d’adversaire de longue date du PCR, il s’en prend à Maurice Gironcel à qui il trouve toute sorte de défauts.

Daniel Alamélou soutenu par le PSR, un autre adversaire du PCR

Pendant six ans, le PSR a participé à la direction de la Région Réunion au sein de l’Alliance. Mais au moment de la campagne des régionales, le PSR a préféré soutenir la liste socialiste de Michel Vergoz, au premier comme au second tour. Le PSR a donc soutenu la ligne de la division qui a offert la Région à l’UMP. L’implication de PSR contre le PCR est intéressée, car selon le "JIR", « on devrait retrouver un ou plusieurs élus PSR sur la liste du candidat »… des élus de 2008 qui ont trahi leur engagement ?


Kanalreunion.com