Actus

20 décembre : la dérive politique

Ary Yée Chong Tchi Kan / 19 décembre 2020

JPEG - 268.7 ko
1974 : célébration du 20 décembre, Fête réunionnaise de la Liberté
Témoignages lutte pour la reconnaissance de l’identité du peuple réunionnais.

Le 20 décembre est férié parce qu’un parti politique, le PCR, s’est battu pour l’arracher. La gauche au pouvoir en France a parachevé le travail. Au moment de donner son avis, le Conseil Général de La Réunion a fait adopter un texte sous forme d’une proposition de loi et transmis au gouvernement.

Témoignages est le seul journal à vous faire ce rappel historique.

« Article unique : la commémoration de l’abolition de l’esclavage fera l’objet d’une journée fériée et chômée dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de La Réunion.
La date qui sera fixée par décret pourra ne pas être la même pour tous les départements. »

La lutte politique continue.

Demain, un fonctionnaire autorise les commerçants à ouvrir leurs magasins. La perte du chiffre d’affaires est un prétexte fallacieux. L’agent public exerce un choix politique et commet un abus de pouvoir. Bien malgré lui, il dénonce un symbole. Il s’agit quand même de l’abolition d’un régime politique immonde qui a fini par être reconnu « crime contre l’humanité ».

Ary Yée Chong Tchi Kan



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Souvenirs, souvenirs d’une époque tragique où les européens d’alors pouvaient débarquer en toute impunité pour confisquer les terres des peuples dit "indigènes" comme en Nouvelle-Calédonie-Kanaky.. Ce qui est sur c’est aussi que la France n’était pas la seule à agir ainsi, le Royaume uni, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, la Hollande ne se sont pas génés, sur tous les océans, dès que cela fut possible. Avec comme argument de "civiliser" les peuples dit "sauvages", leur apporter le modernisme. En fait pour les exploiter, puis les désigner dans les expositions coloniales, comme des animaux que les visiteurs venaient découvrir, comme les plantes aussi, cela parait incroyable mais c’est la réalité. Ce qui est vrai aussi, c’est que l’esclavage n’a pas disparu. J’ai entendu dire par le député européen Raphael Gluxmann, que le peuple des ouigours en Chine est condamné à travailler, comme des esclaves pour les grandes marques comme Zara, Nike, Adidas, d’autres pour nos plaisirs futiles, être "à la mode de chez nous" et le profit des multinationales, sans oublier la pollution engendrée par tout ce commerce. Voilà le présent qui souligne que le passé, faut pas l’oublier mais faire le lien avec notre temps, bonne fêtes zot tout, Arthur qui attend le TER péi Ste Rose-St Joseph.

    Article
    Un message, un commentaire ?