Actus

La Réunion, terre d’innovation, mais à quand terre d’industrialisation ?

David Gauvin / 9 février 2021

RunCov est un nouveau test de dépistage de la Covid-19, désormais officiellement utilisable en France*. Il a été mis au point au Pôle de protection des plantes par l’équipe de diagnostic du Cirad, en partenariat avec l’Université de La Réunion, le CHU et le MNHN. Ce test utilise une méthode d’amplification moléculaire dite RT-Lamp. Une méthode qui intéresse le Cirad depuis quelques années en santé végétale et animale, car pouvant se déployer sur le terrain à moindre coût.

La Réunion est une terre d’innovation. Le CTICS (centre technique de la canne et du sucre) est un laboratoire en pointe sur la création de variété de canne à sucre. Les variétés crée ici sont planté partout dans le monde. On peut citer aussi dans le domaine agricole, la méthode de pollinisation de la vanille mais aussi la méthode de maturation de celle-ci, dite méthode Loupy. D’autres innovation ont été crée ici.

Il est indéniable, que la Réunion est capable de créer de grandes avancées technologiques. Mais l’industrialisation de ces avancées nous a toujours échappé. Les variétés crée par le CTICS ne sont pas protégé par des brevets et ne permettent pas aux planteurs de toucher le fruit de leur travail. Malheureusement la liste est longue.

Joseph Schumpeter explique dans Le cycle des affaires, publié en 1939, les cycles économiques par l’innovation et en particulier par les « grappes d’innovation ».
Selon lui, le progrès technique est au cœur de l’économie et les innovations apparaissent en grappes ou essaims : après une innovation majeure, souvent une innovation de rupture due à un progrès technique, voire scientifique (par exemple : la vapeur, les circuits intégrés, l’informatique, l’internet, les nanotechnologies) d’autres innovations sont portées par ces découvertes.
On constate alors des cycles industriels où, après une innovation majeure, l’économie entre dans une phase de croissance (créatrice d’emplois), suivie d’une phase de dépression, où les innovations chassent les entreprises « dépassées » et provoquent une destruction d’emplois.

Pour développer la Réunion, il est nécessaire de faire le saut entre innovation et industrialisation. Nous aurions espérer que le test crée par le Cirad pourrait être industrialiser à la Réunion et exporter ensuite. C’est ainsi que l’on pourra créer de la richesse à la Réunion. Il semble au contraire que le test a été crée et sera utilisé sans être produit localement.
Dans ce nouveau monde qui se crée. La Réunion doit prendre toute sa place comme laboratoire du monde demain. Mais il nous faut penser aussi à l’industrialisation qui sortira le pays du mal développement.

David GAUVIN