Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Changement climatique

Changement climatique : urgent d’agir pour baisser les émissions de gaz à effet de serre, affirme United in Science

Rapport United in Science : « Nous allons dans la mauvaise direction »

vendredi 16 septembre 2022


La science du climat est claire : nous allons dans la mauvaise direction, selon un nouveau rapport multi-agences coordonné par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), qui met en évidence l’écart considérable entre les aspirations et la réalité. Sans une action beaucoup plus ambitieuse, les effets physiques et socio-économiques du changement climatique seront de plus en plus dévastateurs, prévient le rapport.


Le rapport multi-agences, coordonné par l’Organisation météorologique mondiale, porte sur les gaz à effet de serre, les températures mondiales, les prévisions climatiques et les points de basculement, les changements climatiques en milieu urbain, les répercussions des phénomènes météorologiques extrêmes et les alertes précoces,
Le rapport, intitulé United in Science, montre que les concentrations de gaz à effet de serre continuent d’augmenter pour atteindre des niveaux record. Les taux d’émission des combustibles fossiles dépassent désormais les niveaux pré-pandémiques, après une baisse temporaire due aux blocages. L’ambition des promesses de réduction des émissions pour 2030 doit être sept fois plus élevée pour être conforme à l’objectif de 1,5 °C de l’accord de Paris.

Des réductions d’émissions de GES 7 fois plus importantes pour respecter l’Accord de Paris

United in Science donne un aperçu des données scientifiques les plus récentes concernant le changement climatique, ses effets et les mesures à prendre. Les données scientifiques sont claires : il est urgent d’agir pour atténuer les émissions et s’adapter à l’évolution du climat, indique le rapport. Il comprend des contributions de l’OMM (et de ses programmes de veille de l’atmosphère globale et de recherche météorologique mondiale), du Programme des Nations unies pour l’environnement, du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, du Programme mondial de recherche sur le climat, du Global Carbon Project, du UK Met Office et du Urban Climate Change Research Network. Il comprend également les principales déclarations du sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Les populations les plus vulnérables les plus touchées

Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Il y a 48 % de chances que, pendant au moins une année au cours des cinq prochaines années, la température moyenne annuelle soit temporairement supérieure de 1,5 °C à la moyenne de 1850-1900. À mesure que le réchauffement de la planète s’accentue, des « points de basculement » dans le système climatique ne sont pas à exclure.

Les villes, qui accueillent des milliards de personnes et sont responsables de jusqu’à 70 % des émissions d’origine humaine, seront confrontées à des impacts socio-économiques croissants. Les populations les plus vulnérables seront les plus touchées, indique le rapport qui donne des exemples de conditions météorologiques extrêmes dans différentes régions du monde cette année.

« Les inondations, les sécheresses, les vagues de chaleur, les tempêtes extrêmes et les incendies de forêt vont de mal en pis, battant des records avec une fréquence alarmante. Canicules en Europe. Inondations colossales au Pakistan. Sécheresses prolongées et graves en Chine, dans la Corne de l’Afrique et aux États-Unis. L’ampleur nouvelle de ces catastrophes n’a rien de naturel. Elles sont le prix de la dépendance de l’humanité aux combustibles fossiles », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

« Le rapport United in Science de cette année montre que les impacts climatiques se dirigent vers des territoires de destruction inexplorés. Pourtant, chaque année, nous redoublons de vigilance face à cette dépendance aux combustibles fossiles, alors même que les symptômes s’aggravent rapidement », a déclaré M. Guterres dans un message vidéo.

Mettre en place des systèmes d’alerte précoce

« La science du climat est de plus en plus capable de montrer que bon nombre des phénomènes météorologiques extrêmes que nous connaissons sont devenus plus probables et plus intenses en raison du changement climatique provoqué par l’homme. Nous l’avons constaté à plusieurs reprises cette année, avec des conséquences tragiques. Il est plus important que jamais d’intensifier les mesures relatives aux systèmes d’alerte précoce afin de renforcer la résilience des communautés vulnérables face aux risques climatiques actuels et futurs. C’est pourquoi l’OMM est le fer de lance d’une initiative visant à mettre en place des systèmes d’alerte précoce pour tous au cours des cinq prochaines années », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, M. Petteri Taalas.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus