Déplacements - Transports

Collectif contre la digue : « Lataniers et Bois Blanc en danger : enquête publique en cours ! »

Route en mer : le Collectif contre la digue rappelle que le combat est loin d’être terminé

Témoignages.re / 30 octobre 2019

Voici une tribune libre du Collectif contre la digue, montrant comment les partisans du chantier de Didier Robert tentent encore de passer en force pour imposer leur projet pharaonique quitte à transformer en enfer la vie de nombreux Réunionnais.

JPEG - 103.6 ko
C’est à Bois-Blanc, contre le projet de carrière, qu’eut lieu la plus grande manifestation jamais organisée à La Réunion sur le thème de la protection de l’environnement.

Didier Robert et la Préfecture ont récemment réaffirmé leur entêtement à finir le chantier de la NRL en digue sur la portion Grande Chaloupe-Possession, coûte que coûte environnementalement et humainement parlant...

Au sortir de la réunion du 18 octobre en Préfecture qui réunissant (soi-disant) tous les acteurs concernés, Didier Robert a ainsi affirmé qu’ils termineront la digue avec des ressources locales.

Quant au Président de la République en visite la semaine dernière sur notre île, bien que reconnaissant la négligence et l’imprévision de la Région sur la question des matériaux, il a dit se réjouir qu’un consensus ait été trouvé entre tous les acteurs.

Apparemment pour eux, « tous les acteurs » signifient uniquement les acteurs qui y ont un intérêt politique, économique ou financier…

Et les autres acteurs sans intérêt quelconque dans ce chantier et pourtant directement concernés, qui seront parfois gravement impactés ?
Et nous les pères et mères de famille inquiets pour nos enfants, pour leur santé ?
Et nous les riverains de ces sites de carrières, parfois âgés ou malades ?
Et nous les associations environnementales se préoccupant de nos paysages et de notre biodiversité ?

Nous avons été simplement écartés, oubliés lors de cette réunion…
Nous ne sommes rien, pas même des êtres humains dignes de considération et de respect à leurs yeux.

Pourtant, nous aussi nous voulons voir ce chantier se terminer au plus vite, mais certainement pas à n’importe quel prix humain et environnemental.
Et nous voulons la transparence à travers cette tierce expertise que nous demandons, avec le CNPN, depuis 11 mois maintenant !
11 mois perdus alors qu’elle aurait fait toute la transparence sur la meilleure façon de terminer cette NRL en prenant tous les facteurs en compte (délai, technique, financier, économique, social, humain et environnemental).
Manifestement ils ont eu trop peur de cette transparence. Ils préfèrent continuer à faire leurs petits arrangements entre eux et dans la plus totale opacité.

Pourquoi devrait-on croire sur parole M. Didier Robert lorsqu’il affirme que la solution trouvée (digue) est la meilleure en termes de coût et de délais ?
N’est-ce pas déjà ce qu’il avait promis il y a 10 ans et regardez où on en est !
Vous le croyez encore vous ?

Aujourd’hui tout le monde a conscience qu’ils (Région et Préfecture) sont les seuls responsables des retards actuels et donc des surcoûts afférents.
Pourtant ils continuent à s’entêter dans cette digue qui non seulement continuera à accentuer ces retards et surcoûts, mais en plus saccagera, détruira, polluera, mettra en danger des milliers de personnes…

En quoi la vie d’un riverain de carrière serait moins importante que celle d’un automobiliste sur la route du littoral actuelle ? Une telle comparaison est indécente n’est-ce pas ?
C’est pourtant le crédo de nos décideurs !
Alors qu’on pourrait préserver l’une et l’autre, eux préfèrent diviser pour mieux régner…

Et ils sont très malins car aujourd’hui, beaucoup pensent qu’il n’y a plus de problème de carrières pour la digue en raison du dernier accord trouvé sur les andains avec les transporteurs.
Mais c’est faux !!

Cet accord sur les andains n’est qu’une solution-tampon en attendant l’ouverture des carrières aux Lataniers et à Bois Blanc pour lesquelles, rappelons-le, les procédures sont toujours en cours !

Au-delà du fait que ce prélèvement massif d’andains est problématique (pas d’étude hydrogéologique digne de ce nom pour un prélèvement aussi massif), ces andains :
1- ne suffiront pas (seulement 2,6 millions de tonnes sur un besoin de 8 milllions)
2- ne constituent pas pour la plupart des roches massives de la qualité dont ils ont besoin.

D’ailleurs, au sortir de cette réunion du 18 octobre, Didier Hoareau (Président de l’OTI) l’a bien dit :
« Le préfet nous l’a bien dit : LES CARRIERES NE SONT PAS ABANDONNEES DANS LE DISPOSITIF D’APPROVISIONNEMENT, et Bois Blanc est toujours au programme. L’Etat compte toujours dessus, en l’intégrant au schéma départemental des carrières"

Effectivement, les procédures sont toujours en cours pour l’ouverture de ces deux carrières :
1- MODIFICATION EN COURS DU SDC (Schéma des Carrières) : Pour y intégrer une nouvelle variante de Bois Blanc. L’Autorité environnementale doit se prononcer d’ici au 4 novembre pour dire si une évaluation environnementale préalable est nécessaire ou pas.
2- MODIFICATION EN COURS DU SAR qui prévoit l’inscription des Lataniers et de Bois Blanc sur la carte des espaces carrières du SAR.
Une enquête publique est d’ailleurs en cours sur cette modification du SAR sur le site de la Région jusqu’au 6 novembre ! Le temps presse ! Allez donner votre avis !!

Vous l’aurez compris : RIEN N’EST FINI !! BIEN AU CONTRAIRE !
Ils cherchent à nous endormir, mais nous sommes bien éveillés !

Pour nos enfants, pour toutes ces familles impactées, ces gramounes, pour notre biodiversité, nos paysages, notre île, nous ne lâcherons rien !

Nous devons finir cette NRL de façon respectueuse et transparente pour la Réunion et pour tous les Réunionnais qui sont engagés sur plusieurs générations sur le coût financier de ce chantier.

Nou lé la ! Nou larg pa !

Stéphanie Gigan
Collectif Contre la Digue