Déplacements - Transports

Comment finir la NRL ? Propositions de ATR-FNAUT à la Région Réunion

« Réfléchir aux solutions durables pour finir le chantier de la NRL »

Témoignages.re / 15 juillet 2021

Dans une lettre ouverte adressée aux nouveaux conseillers régionaux, l’association ATR-FNAUT fait part de propositions pour tenter de sortir de la crise créée par le lancement du chantier d’une route en mer sans que ses promoteurs aient prévu les matériaux pour la construire, d’où l’impasse actuelle du chantier. Cette lettre s’accompagne aussi d’un appel à signer une pétition : pour une analyse comparative de toutes les solutions proposées.

JPEG - 73 ko

Nous sommes 850 000 habitants sur 2 500 km2, l’île de La Réunion, au milieu de l’océan Indien. Nos ressources et moyens sont limités. Aujourd’hui la Région a engagé l’île dans un chantier de route en mer de 12,5 km, la Nouvelle Route du Littoral (NRL), qui s’est arrêtée faute de matériaux et de finances… En intégrant Bois-Blanc au Schéma départemental des carrières, contre l’avis du public, avis confirmé à chaque consultation, l’État ne se pose-t-il pas d’abord en instrument des grands groupes du BTP ? La Région peut-elle, à son tour, poursuivre la même politique comme ses prédécesseurs ?
Oui, nous héritons maintenant de 5,5 km de viaduc en mer. Et il nous faudra bien terminer rapidement la NRL !

Oui, terminer la NRL… mais non plus de façon irréfléchie

• Quelle est encore la capacité d’investissement régionale sans compromettre les autres priorités (économie & emploi, aménagement & logement, transports dont maritime & ferroviaire, culture & enseignement, environnement,…) ?
• Quelles sont les responsabilités juridiques et financières du « Groupement NRL » défaillant, sur le dérapage des coûts, l’arrêt du chantier et la résiliation du marché ?
• Quel choix retenir parmi les 4 réponses techniques encore possibles (Viaduc, Digue, Tunnel, Galerie couverte) ?

Pour réfléchir aux solutions durables, seul l’éclairage d’experts indépendants nous guidera vers un choix responsable

• Du point de vue économique : Technique constructive pérenne, phasage possible, maitrise locale, mobilisation des PME, investissement et exploitation économique…
• Du point de vue social : Création d’emplois, savoir-faire local et formation, expérience historique du milieu, sécurité des usagers et des chantiers…
• Du point de vue environnemental : Économie des ressources énergie, eau, roches et granulats, faune et flore, migration des alluvions côtiers, hydrogéologie…

Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux,

Vous voilà donc portés par la population aux responsabilités régionales pour aussi sortir la NRL de l’impasse. Peut-être même est-ce prioritaire. Car vous le savez déjà, il vous faut libérer le budget de la collectivité de ce carcan. Votre marge d’action à venir et le développement de l’île en dépendent…
Face à une équation en apparence impossible, au point d’en redouter notre propre hâte à en sortir, existe-t-il d’autres recours que celui d’une expertise indépendante et complète : technique, environnementale, juridique et financière ? L’opinion publique attend une information complète. Et celle-ci reste le préalable à toute éventuelle consultation populaire.
Aujourd’hui nous vous demandons de solliciter humblement le secours de ces professionnels spécialisés et impartiaux hors de l’île et hors du jeu d’intérêt des majors du BTP.
Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les conseillers, l’expression de notre haute considération.

NOUS SIGNATAIRES DE CETTE PETITION DEMANDONS A LA REGION CETTE ANALYSE COMPARATIVE INDEPENDANTE AVANT TOUTE DECISION

ATR-FNAUT, François PAYET

Voir en ligne : http://chng.it/LqTkpzHS



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • cette proposition de l’ATR- FNAUT est certainement très intéressante , mais elle demandera beaucoup de temps , au moins deux ans , d’abord pour les études techniques puis pour les procédures adjudication avant la signature des marché de travaux . et à mon avis nous coûtera plus cher que l’achèvement de route telle qu’elle a été prévue avec une partie digue .
    Certes la nouvelle équipe à la Région devra faire un point précis sur ce qui a été fait et sur ce qui reste à faire et vérifier que tout a été fait correctement et dans le respect de la loi pour bien délimiter ses responsabilités et ne pas endosser les fautes commises par l’équipe de Didier Robert , mais nous avons intérêt à ce que le chantier reprenne le plus tôt possible pour achever rapidement ce qui reste à faire , d’une part parce que l’abandon du chantier mettra en danger la sécurité de la totalité de l’ouvrage en cas de gros cyclone dévastateur et d’autre part parce que parce que les entreprises titulaires des marchés de travaux pourraient nous faire payer très cher cet abandon de chantier indépendant de leur volonté , et les indemnités à verser viendraient alourdir considérable le budget de ce chantier gigantesque .

    Comme je l’ai déjà signalé à plusieurs reprises dans témoignages mais aussi ailleurs , il existe suffisamment de roches massives dans les lits des rivières et ravines de la Réunion qui ne sont pas accessibles aux camions mais qui pourraient être enlevées avec un gros hélicoptère qui pourrait les transporter jusqu’au point d’accès des camions . On peut aussi envisager l’utilisation d’un dirigeable motorisé qui aurait accès au lit des ravines comme par exemple la ravine sèche à Saint Benoit ou aux champs qui contiennent encore des grosses pierres et qui pourrait approvisionner les camions ou emporter leur chargement directement sur le chantier . les engins capables de faire ce travail existent il faudrait consulter les entreprises pour connaitre le coût de leur utilisation et si c’est abordable on pourrait redémarrer le chantier rapidement .au lieu de se lancer dans un autre projet qui nous coutera probablement plus cher .

    Comme les lits des ravines et des rivières appartiennent à L’Etat il ne serait pas difficile d’obtenir son autorisation d’ y aller enlever des roches massives pour la digue.

    Concernant le financement je pense que nous pouvons nous en tenir à ce qui a été déjà prévu , mais si cela n’est pas possible , pourquoi la région ne réaliserait -elle pas un emprunt auprès des réunionnais mais aussi des français d’une manière générale en leur accordant la possibilité de défiscaliser une partie des sommes empruntées au cours des 5 ou 6 prochaines années .

    Enfin , je pense que l’achèvement de ce chantier de la route du littoral devrait être réaliser le plus rapidement possible compte tenu des problèmes circulatoires de notre région et des bouchons causés par chaque grosse pluie ;, mais il faut garder à l’esprit que nous sommes sur le chemin des cyclones et pas à l’abri d’un cyclone exceptionnel qui pourrait causer de gros dégâts au chantier tant que les travaux ne seront pas terminés . et si on peut éviter ce risque il vaudrait mieux continuer les travaux commencés les travaux le plus tôt possible.

    Enfin concernant l’avenir de la route actuelle ; je pense que ce serait une erreur de la démolir après la livraison de la nouvelle route , car rien ne nous garantit que nous ne seront pas obligés de la fermer pour une durée plus ou moins longue suite à une vices caché ou à une catastrophe naturelle . Si cela devrait se produire notre ancienne route pourrait servir de route de secours en attendant que nous ayons construit une autre route secondaire pour désenclaver le plateau de la montagne entre la grande chaloupe et la possession où il existe plusieurs centaines d’ha de terrain qui pourraient être affectés à l’habitat ou aux zones artisanales et industrielles , mais aussi pour alléger le trafic sur le CD21 en cas de fermeture des routes en bord de mer .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • ça dure et ça dure ce machin, dramatique pour nos finances ! Et dire que le train, onze ans après la signature, serait déjà fini, exploité pour le plus grand plaisir de tous, pour une île plus propre, créatrice d’emplois au lieu de ce que l’on vit en ce moment ! Je rêve du retour du train, avec cette fois-ci deux extensions, inclure St Joseph et Ste Rose au tracé initial, voilà, qu’en pensez-vous zot tout ? Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Ce n’est pas parce que la NRL sera achevée qu’elle sera plus sure, solide face aux cyclones à venir, par contre, comme à chaque fois que l’on agrandit un accès, élargit une route, cela provoque un effet "aspirateur", c’est à dire un accroissement du trafic à cet endroit, une fois que les utilisateurs l’empruntent, reconnaissent donc son utilité, c’est paradoxal mais c’est ainsi. C’est la raison pour laquelle il est préférable en ville, par ex, de réduite la largeur des rues pour encourager les autos à ne plus venir en centre-ville mais plutôt à abandonner leur sacrée voiture sur des grands parkings à l’extérieur, puis d’employer les transports publics, parfois gratuits en plus, comme par ex la ville de Montpellier, et les gens ne s’en portent pas plus mal bien au contraire, l’air est meilleur, il n’y a plus de bruit d’échappement, la sécurité est bien meilleure et cela encourage les citoyens à se bouger au lieu de tourner en rond comme ici aussi, pour trouver une "bonne place" c’est à dire pas loin mieux, à l’ombre et gratuite, le luxe individualiste en somme "moi d’abord" et "les autres, quels autres ? Ils existent eux, chacun son pb !" Que c’est trsite d’entendre, de voir cela, mais ça se déveioppe bien quand même hélas, même sous les tropiques ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?