Déplacements - Transports

Les câbles du premier téléphérique de la CINOR sont arrivés

Un mode de transport plus rapide et moins polluant que les bus

Témoignages.re / 5 juillet 2021

Maurice Gironcel, Président de la CINOR, et Ericka Bareigts, Maire de Saint-Denis, ont présidé ce samedi 3 juillet, à l’opération de déroulage des câbles du Téléphérique Chaudron/ Moufia/Bois de Nèfles par dispositif drone. Cette opération tant attendue, spectaculaire s’il en est, débute donc conformément au calendrier annoncé, en ce début du mois de juillet.

JPEG - 55.6 ko

Éléments emblématiques de ce moyen de transport, les câbles sont les derniers équipements à être installés au terme de la réalisation de l’ensemble des aménagements terrestres structurants.
En effet, sans les pylônes solidement érigés sur leur massif de béton, sans les gares construites aux endroits les plus stratégiques, les câbles ne pourraient être déroulés.
Ce samedi 3 juillet, 4 premiers vols par dispositif drone sont organisés pour le déroulage des câbles sur la boucle de câble Moufia/Bois de Nèfles,
Un vol au-dessus de l’IRSAM (G3 gare de Moufia-P17) ; un deuxième au-dessus de la résidence Pierre et Sable (P17-G4 gare de Bancoul) ; un troisième à l’aval du lycée Nord (G4-P23) et un dernier au-dessus du Lycée Nord (P23-G5 gare de Bois de Nèfles) La durée des vols est d’environ 10 minutes.

Mise en service en décembre 2021

Cette étape des travaux, entamés en janvier 2020, boucle ainsi la phase travaux. Elle sera suivie de la phase d’essais, de septembre à novembre avec l’installation des cabines, avant la mise en service du téléphérique prévue en décembre de cette année.

Opérations de déroulage du câble, complexes et délicates

Ces opérations, programmées répondent à une multitude de critères et de contraintes techniques et de sécurité.
De façon schématique, elles consistent à faire passer le câble tracteur sur ses roulements installés en tête de pylônes que ce soit en ligne ou en gare, puis ensuite en raccorder les extrémités sous forme d’épissure.
Il n’est pas possible de tirer le câble tracteur lui-même en premier lieu, celui-ci est lourd. Aussi a –-t-on recours à une technique efficace consistant à mettre en place la 1ère drisse par les airs à l’aide d’un drone télécommandé. Une fois la 1ère drisse de 6 mm installée, elle sera utilisée pour en installer d’autres de 10 mm puis dérouler les câbles définitifs de l’appareil (câble de communication de18 m m et câble porteur tracteur 46 mm) Tout au long de l’opération la tension du câble doit être surveillée. Il ne doit pas tomber. Cette surveillance s’effectue à partir du sol. Une fois déroulé, le câble porteur tracteur doit être mis à sa tension définitive (environ 30T) et épissuré afin de former les 2 boucles de câble (G1-G3 boucle 1 et G3-G5 boucle 2). Les opération d’épissure (*) se dérouleront au niveau du P4, mail du Chaudron, pour la 1ère boucle et sous la gare de Bois de Nèfles pour la 2e.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Comme on dit, mieux vaut tard que zamé ! Manque plus que le TER péi Ste Rose-St Joseph, ça sera très bien, et pourquoi pas précurseur pour les autres qui suivront ici et ailleurs, les montagnes à gravir ne manquent pas, comme celui prévu entre St Leu et Cilaos, dont on n’entend plus parler hélas, espérons qu’avec Hugette Bello, cet autre beau projet ressortira des cartons où il se trouve j’imagine, bien au chaud. Le comble serait qu’une fois en service, les citoyens daignent l’emprunter, préférant encore s’agglutiner dans leurs bagnoles polluantes, encombrantes comme les SUV, les rues et les accès, pour au final, encombrer de nouveau nos fragiles poumons, que ce serait triste de voir cela, mais je suis confiant, il faut positiver, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?