Transports aériens

A220 d’Air Austral retardés : garanties financières demandées

Après l’arrivée d’Air France à Mayotte, nouvelle mauvaise nouvelle pour Air Austral

Manuel Marchal / 29 avril 2021

Depuis le mois de décembre, Air Austral aurait dû prendre livraison de deux avions Airbus A220 pour succéder à ses Boeing 737 sur les lignes régionales. Mais faute de garantie financière suffisante de la part d’Air Austral, la livraison de ces avions est reportée à une date indéterminée. Air Austral se tourne vers l’État, la Région et la SEMATRA pour tenter de débloquer la situation. Rappelons que sous les présidences de Pierre Lagourgue et Paul Vergès et la direction de Gérard Ethève, jamais la Région ou la SEMATRA n’ont été caution de quoi que ce soit pour qui que ce soit.

JPEG - 80.6 ko
Didier Robert, président de la Région et ex-président d’Air Austral et Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral, avec des responsables d’Airbus lors de l’annonce de la commande des avions dont la livraison est reportée à une date indéterminée. (photo Airbus)

« Les Nouvelles de Mayotte » de ce jour fait état d’une note interne de la direction d’Air Austral à ses salariés. D’après cette note, une équipe d’Air Austral est au Canada pour prendre livraison des deux premiers Airbus A220 destinés à remplacer les Boeing 737 de la flotte moyen-courrier.
Plusieurs vols ont été déjà effectué par des pilotes d’Air Austral accompagnés d’instructeurs d’Airbus.
Mais il s’avère que cette livraison était annoncée pour décembre dernier avant d’être repoussée à janvier, puis mars, puis mai, « voilà que cette livraison est repoussée sine die », écrit notre confrère.
L’explication de la direction d’Air Austral est la suivante :

« Comme nous l’avions déjà écrit, dans le contexte difficile du COVID-19 et face à ses impacts sur notre compagnie, notre partenaire financier EDC, organisme de crédit export canadien, a souhaité obtenir en décembre des garanties supplémentaires de la part de l’État français, de la Région et de la SEMATRA. Ces derniers jours, les équipes d’Air Austral ont tout mis en œuvre pour rapprocher les positions mais certains points nécessitent plus de temps. En concertation avec Airbus, la direction générale a donc pris la décision de reporter la livraison de ces 2 appareils afin de nous donner le temps de finaliser proprement le dossier de financement ».

Autrement dit, pas question de laisser partir les Airbus A220 du Canada vers leur base de La Réunion si les garanties financières permettant de les payer ne sont pas suffisantes.

L’Etat actionnaire d’Air France au secours d’Air Austral ?

Rappelons qu’à partir du 5 juillet prochain, Air France assurera 4 vols hebdomadaire Mayotte-Nairobi-Paris, ce qui portera forcément un coup à Air Austral qui avait jusqu’à présent le monopole de la liaison vers la France par Nairobi, et cela tombera au moment où le trafic est le plus important, compte tenu des vacances scolaires à Mayotte et en France. L’État français est actionnaire de cette compagnie qui bénéficie d’un large soutien des pouvoirs publics pour un total de plus de 10 milliards d’euros pour faire face aux effets de la crise COVID.

Rappelons également qu’Air Austral bénéficie déjà d’un soutien important de la Région, actionnaire majoritaire de la SEMATRA qui détient l’essentiel du capital d’Air Austral.

Rappelons enfin que sous les présidences de Pierre Lagourgue et Paul Vergès et la direction de Gérard Ethève, jamais la Région ou la SEMATRA n’ont été caution de quoi que ce soit pour qui que ce soit.

Manifestement, l’organisme de crédit qui avance l’argent à Air Austral n’est pas sûr que la compagnie réunionnaise puisse faire face à ses échéances. La direction d’Air Austral se tourne donc vers la Région et vers l’État, actionnaire du concurrent Air France, pour que le dossier de financement puisse passer. Les institutions sollicitées vont-elles donner suite ? Affaire à suivre.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • L’état n’est actionnaire d’Air France depuis presque 20 ans qu’à hauteur de 15%.
    D’autre part il est difficile de comparer des contextes totalement différents entre l’époque de Messieurs Vergés et Etheve et le contexte d’aujourd’hui,Si en faire la comparaison ne sert qu’une idéologie politique,mieux vaut s’en abstenir ...
    La logique de l’A380 pour concurrencer le low-cost est également dépassé et ne correspond plus à la réalité du marché d’aujourd’hui, surtout quand on sait que le projet était d’y assoir 800 passagers pour 11h de vol (une configuration physique, irréalisable ).

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Air Austral "appartient" à la région Réunion ? Dans ce cas, existe-t-il d’autres régions métropolitaines dans la même situation ? Personnellement, je trouve qu’entre des avions pour Quitter l’île et un train TER péi électrique, moderne entre Ste Rose et St Joseph, pour éviter le temps perdu dans des bouchons à répétition, les pollutions qui depuis les fumées qui encombrent les poumons jusqu’aux ravines et autres "centres d’enfouissements techniques" pour les déchets industriels de fin de vie des objets , devenus obsolètes par programmation volontaire, le choix est vide fait. Côté avions, on n’oublie pas le fiasco de l’achat des A380 qui aurait fait baisser les prix des billets, permettre à une plus grande part de la population d’enfin sortir, visiter leur pays la France inconnu pour encore pas mal de personnes, de tout âges. Bonne fin de semaine en attendant le retour du train, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?