Transports aériens

Air Austral bientôt vendue à Qatar Airways ?

Des dizaines de millions d’euros d’argent public injectés pour qu’ensuite une société étrangère prenne le contrôle du désenclavement de La Réunion ?

Manuel Marchal / 9 mars 2021

Ce sont encore 60 millions d’euros d’argent public qui doivent être injectés à Air Austral pour l’aider à passer un cap difficile. Un partenariat avec Qatar Airways est évoqué, la compagnie réunionnaise connaîtra-t-elle le sort d’Air Seychelles, devenue une filiale d’une compagnie aérienne du Golfe ?

JPEG - 74.6 ko

Quand Didier Robert s’est octroyé la présidence d’Air Austral, il décida de modifier le capital de la société. En conséquence, Air Austral est devenue une filiale à 99 % de la SEMATRA, société d’économie mixte dont la Région Réunion, présidée par Didier Robert, détient la majorité des actions. Puis, l’entreprise a changé de gouvernance, en supprimant le Conseil de surveillance et en faisant de l’ancien directeur opérationnel le PDG de la compagnie.

Autant dire que l’avenir de la compagnie réunionnaise est fortement liée à la politique menée à la Région. Autrement dit, tant que la Région Réunion mettra de l’argent dans Air Austral, la compagnie pourra toujours s’en sortir.
Mais la Région est confrontée à une crise financière. Pour 2020, son président avait fait voter un budget en baisse de plus de 20 %, soit un manque à gagner de plus de 250 millions d’euros pour l’économie réunionnaise : du jamais vu qui a laissé la classe patronale alliée à Didier Robert silencieuse, mais qui ne manque pas de produire des effets.

Au moment de cette crise financière survient la crise sanitaire causée par la COVID-19. Malgré le maintien de l’ouverture de l’aéroport et l’interdiction des quarantaines et des tests obligatoires à l’arrivée, Air Austral a vu son trafic fortement baisser. Mais comme Air France, elle peut compter sur la puissance publique pour boucher le trou, reste à savoir si cette situation sera longtemps tenable pour la Région Réunion, qui n’a pas les ressources financières de l’État français.
Aujourd’hui, les conseillers régionaux doivent se pencher sur une nouvelle aide publique pour Air Austral. Sur 60 millions d’euros demandés, 15 millions viennent d’un emprunt de la SEMATRA (actionnaire principal la Région), 30 millions de l’État (Plan de relance) et 5 millions de la Banque des territoires. Lors de sa rencontre hier avec des patrons, le président de Région.
Didier Robert a annoncé l’ouverture de discussion avec Qatar Airways dans le domaine de la coopération commerciale. Or, il s’avère que le groupe Dubreuil, propriétaire de French Bee, ainsi qu’Océainde avaient manifesté leur volonté d’entrer dans le capital. Aujourd’hui, avec l’accélération de la crise, « toutes les options peuvent être posées. Y compris celle d’investissements directs », écrit le « JIR » de ce jour citant Didier Robert.

60 millions dans la corbeille de la mariée ?

Le précédent d’Air Seychelles est dans toutes les mémoires. En difficulté financière, elle était devenue une filiale d’une autre compagnie du Golfe, Ethiad, en 2012. 8 ans plus tard, la situation financière s’est aggravée et Ethiad a décidé d’arrêter les frais. Air Seychelles va donc stopper les vols internationaux et moins de 100.000 Seychellois ont sur leur tête une dette de plus de 150 millions de dollars. Par conséquent, les Seychellois ne maîtrisent plus leur désenclavement et vont devoir payer.
La Région Réunion a-t-elle encore les moyens d’entretenir une compagnie aérienne long-courrier ? Cette nouvelle aide de 60 millions d’euros n’a-t-elle pas pour but de rendre la compagnie plus attractive en vue d’un rachat par Qatar Airways ? Ce serait alors la fin de la compagnie réunionnaise avec une grave conséquence : aucune compagnie desservant La Réunion ne serait réunionnaise.

M.M.