Transports aériens

French Bee : l’occasion ratée pour La Réunion

Quand un projet réunionnais stoppé par Didier Robert n’est pas perdu pour tout le monde...

Témoignages.re / 27 août 2020

FrenchBee est désormais totalement opérationnelle avec une flotte uniquement composée de l’avion idéal pour la « continuité territoriale », l’Airbus A350-900, et un modèle low-cost diminuant le coût de production. Dans un monde du transport aérien bouleversé par la crise COVID, French Bee annonce donc des jours difficiles pour ses concurrents. Or, tous les bénéfices et emplois créés par French Bee auraient dû revenir à La Réunion. Mais quand Didier Robert était président d’Air Austral et de la Région Réunion, il a fait le choix de miser sur des bons de réduction pour les billets d’avion pour préparer les élections plutôt qu’investir dans des avions permettant de faire structurellement baisser les prix. L’idée n’était pas perdue pour tout le monde. French Bee est donc le rappel quotidien d’une occasion ratée pour La Réunion.

JPEG - 72.4 ko

French Bee, c’est aujourd’hui une flotte ultra-moderne de 4 Airbus A350, embarquant chacun plus de 400 passagers. Samedi, Marc Rochet, PDG de la compagnie est arrivé à La Réunion à bord d’un nouvel appareil livré à French Bee, un Airbus A350-900 comme les trois autres avions de la flotte.
Lors de sa visite, Marc Rochet a annoncé une baisse probable du prix du billet d’avion : 500 euros l’aller-retour entre La Réunion et la France.

Finie la période d’essai pour French Bee

Cette annonce signifie que la période de rodage est terminée. Jusqu’à présent, French Bee était composée d’une flotte hybride composée d’Airbus A330 et d’Airbus A350-900. Elle est désormais intégralement équipée en A350-100 avec un nombre de passagers emarqués équivalent à celui de ses concurrents. La différence réside dans l’avion utilisé. Dernier né d’Airbus, l’A350-900 consomme moins de carburant que les Boeing 777-300 d’Air Austral et d’Air France. A nombre de passagers équivalent, le coût d’un vol est donc moins élevé. Par conséquent, French Bee dispose d’une marge de manœuvre supérieure à ses concurrents pour faire baisser les prix, tout simplement parce qu’il dispose de la technologie lui permettant. Ceci, adossé à un modèle low-cost, fait que structurellement, French Bee a un coût de production moins élevé, car il dispose de l’avion idéal pour la clientèle potentielle sur la ligne entre Roland-Garros et Orly.

La concurrence va souffrir

Autrement dit, la concurrence a intérêt à s’aligner si elle ne veut pas perdre des parts de marchés supplémentaires car le contexte est bien différent de celui dans lequel French Bee a lancé sa ligne vers La Réunion. En effet, la crise COVID-19 est passée par là : « les gens vont moins voyager. Les prix vont baisser. La clientèle « business » a pris un coup dans l’aile. Je n’imagine pas que les voyages d’affaires reviennent au même niveau avec le développement des nouveaux outils de communication ».
Ceci signifie d’une part que French Bee veut renforcer sa position au sein d’un trafic réduit, et que d’autre part ses concurrents vont souffrir d’une perte de recettes venant de leurs « passagers à forte contribution », la classe Affaires. Or, French Bee ne vise pas cette clientèle pour remplir ces avions, ce qui n’est pas le cas d’Air France et d’Air Austral qui ont une classe Affaires dans leurs vols.

Une idée pourtant réunionnaise

Parmi les commentaires suite à cette annonce, force est de constater que des reproches sont faits à French Bee, notamment sur le fait que cette société n’investit pas à La Réunion et ne créent donc pas suffisamment d’emplois dans notre île. Mais est-ce étonnant ?
En effet, French Bee est une filiale d’Air Caraïbes, qui comme son nom l’indique n’est pas basée à La Réunion. Pour sa part, le nœud stratégique des activités de French Bee se situe à Orly, aéroport à partir duquel s’organisent ses différentes lignes vers La Réunion, la Caraïbe et la Polynésie. Tout comme Air France ou Corsair, le centre de ses intérêts ne se situe donc pas à La Réunion.
Il est alors bon de rappeler que l’idée du low-cost long courrier s’est d’abord matérialisée à La Réunion. Un partenariat avait été acté entre Air Austral et Airbus en vue de la mise en ligne de quatre Airbus A380 dont 2 avaient été déjà commandés. Marc Rochet était alors une des chevilles ouvrières de ce projet qui visait une baisse des prix des billets d’avion de 30 % pour tout le monde toute l’année sans subvention. L’A380 haute densité était alors l’avion idéal de la « continuité territoriale ».

Air Austral ne pourra pas rivaliser à cause de Didier Robert

Le changement de direction décidé par Didier Robert à la tête d’Air Austral a mis fin à ce projet. L’argument officiel était le risque de « cannibaliser » la clientèle d’Air Austral. Mais en réalité, ce projet s’opposait à la politique clientéliste mise en place à la Région Réunion pour assurer le maintien au pouvoir de Didier Robert : distribuer des bons de réduction pour les personnes qui veulent voyager en France. Mais l’idée ne s’est pas perdue pour tout le monde.
Marc Rochet est parti à Air Caraïbes. Entre temps, l’évolution technologique avait fait de l’A350-900 l’avion idéal de la « continuité territoriale ». Et c’est donc une compagnie basée aux Antilles qui a lancé le low-cost long courrier à La Réunion, avec un aller-retour quotidien.
Tous les bénéfices créés par French Bee aurait pu bénéficier à La Réunion, tout comme les emplois créés. Mais tel n’a pas été le choix de Didier Robert et de la direction qu’il a mis à la tête d’Air Austral. French Bee est donc le rappel quotidien d’une occasion ratée pour les Réunionnais, une occasion sacrifiée aux profits d’intérêts personnels qui placent désormais Air Austral dans l’incapacité de rivaliser.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • N’est pas Feu Pierre LAGOURGUE , qui veut Président du Conseil Régional (1986 - 1992) a libéré le ciel réunionnais en imposant Point Air en concurrençant la compagnie nationale Air France qui avait le monopole sous l’ère de Michel Debré , une erreur !!!

    Au fait C ki Didier Robert ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Air Caraïbes est une compagnie Métropolitaine détenue par le groupe Dubreuil .
    French bee est une filiale d’Air Caraïbe.
    Le projet d’un A380 low-cost configuré à 840 sièges étaient une fausse bonne idée ,cet aménagement cabine étant totalement irréalisable sur du long courrier et de ce fait ne permettant pas les économies envisagées alors .
    Le modèle économique de french bee ,premier compagnie low-cost Française en long-courrier,semble faire sont chemin ,avec des machines fiables ,modernes et économiques.
    La concurrence sera rude en effet !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Vive au plus vite un TER péi entre Ste Rose et St Joseph. Concernant les A 380 commandés jadis, quel gâchis pour tout le monde en effet, c’est bien dommage. Des pris réduits de 30% pour tous, cela aurait été très bien, juste pour tous. Espérons, si c’est possible, qu’ une alternance viendra à la Région, pour revenir sur cette idée, la remettre d’actualité, comme le train péi finalement, entre temps, quand on y pense, que de temps d’argent perdu, et ce n’est pas fini, d’ailleurs, personne ne connait la date exacte de livraison de la RNL, en attendant, les bouchons, la pollution, le bruit va non seulement se poursuivre mais hélas s’accroître encore. Qui nous dit qu’avec une nouvelle équipe aux commandes de la Région, on puisse à nouveau espérer ? Sachant qu’il serait possible alors d’acheter des A 380 d’occasion, donc moins chers que neufs remis à neuf, pour la compagnie, quand pensez-vous ? Arthur qui tousse en vélo en attendant le retour du train de voyageurs et pour le fret.....

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Oui pari réussi pour french bee pour info ils font travailler des sous traitants Réunionnais de part leurs salariés.Pour info également nous continuons à donner de l’argent au syndicat mixte de Pierrefonds,alors que l’aéroport est à l’arrêt et que vu son exclusivité commercial avec Air Mauritius ( Air Austral a arrêté tout contrat de part l’incompétence des cadres de cet aéroport) nous pouvons affirmer qu’il est définitivement hors service. Nous contibuables je voulons plus donner de l’argent pour que des pseudos salariés restent chez eux .

    Article
    Un message, un commentaire ?