Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Transports aériens

Large rassemblement politique pour « défendre Air Austral qui appartient aux Réunionnais »

Mobilisation contre le projet de rapprochement capitalistique avec Corsair au sein d’une holding dominée par des représentants du lobbying antillais

lundi 15 novembre 2021, par Manuel Marchal


Hier devant la Préfecture, l’assemblée générale intersyndicale du personnel d’Air Austral a été marquée par le soutien d’un large rassemblement d’élus contre le projet de rapprochement capitalistique avec Corsair au sein d’une holding dominée par des représentants du lobbying antillais. Ce projet soutenu par l’État est la condition au versement d’aides directes alors qu’Air Austral, à la différence d’Air France et de Corsair, n’en a pas bénéficié. Tous les groupes politiques de la Région et plusieurs députés font d’ores et déjà cause commune pour soutenir l’ancrage réunionnais d’Air Austral, une condition nécessaire au maintien d’une politique de désenclavement de La Réunion décidée par les Réunionnais.


L’assemblée générale intersyndicale d’Air Austral hier devant la Préfecture a commencé par les prises de parole des délégués du personnel qui ont mis en avant l’identité réunionnaise de la compagnie menacée par le rapprochement avec Corsair au sein d’une holding, et le risque de casse sociale de cette fusion déguisée. Sont ensuite intervenus plusieurs responsables politiques venus soutenir les revendications.
Une forte délégation de la Région était accompagnée par les députés Philippe Naillet, Jean-Luc Poudroux et Karine Lebon. La délégation du Conseil régional était conduite par la présidente Huguette Bello et comprenait notamment Patrick Lebreton, 1er vice-président de la collectivité, Jean-Bernard Maratchia, élu délégué à l’agriculture, Fabrice Hoarau, élu délégué à l’environnement, Normane Omarjee, 3e vice-président délégué au désenclavement, Céline Sitouze, 8e vice-présidente déléguée à l’éducation, Patricia Profil, élue délégué à la coopération régionale en matière sportive et culturelle, ainsi que Jean-Jacques Morel, chef de l’opposition. Tous les groupes politiques de la Région ont ainsi affirmé leur soutien à la cause défendue par les salariés d’Air Austral.

« Tout doit être fait pour préserver l’identité réunionnaise »

Huguette Bello a souligné « le rassemblement des élus de tous bords ». La France doit prendre sa place en matière de désenclavement aérien, « elle doit écouter les Réunionnais qui se battent pour être entendu », poursuit-elle rappelant la sombre période du monopole d’Air France sur la liaison entre La Réunion et la France, avec ses tarifs prohibitifs.
Elle a également insisté sur la nécessité de prendre en considération la voix des Réunionnais. Air Austral, c’est en effet beaucoup d’argent public investi, et « tout doit être fait pour préserver l’identité réunionnaise » de la compagnie, ses 900 emplois directs et les 3000 indirects. « Nous allons défendre Air Austral qui appartient aux Réunionnais », a-t-elle dit avec force.
Et cela d’autant plus qu’ « Air Austral a montré son professionnalisme », tout d’abord sur la desserte de Mayotte puis sur les autres lignes qui furent ouvertes par la suite.

Appel aux investisseurs réunionnais

« Grâce à Air Austral, la Réunion a la maîtrise de son désenclavement », souligna-t-elle. Ceci concerne pas uniquement les personnes, mais aussi l’économie. Car « Air Austral travaille pour nos planteurs » et étant un des moyens utilisés pour exporter leur production. La présidente de la Région en a appelé à « la solidarité de tous les Réunionnais pour Air Austral ».
« Nous refusons toute remise en cause de l’identité réunionnaise de Air Austral », réaffirma-t-elle avant de dénoncer l’inégalité de traitement subie par la compagnie face aux conséquences de la crise sanitaire : « on a aidé Air France, Corsair, et pourquoi pas Air Austral ? Le gouvernement doit aider Air Austral comme il a aidé les 2 autres compagnies ».
Elle a souligné la détermination du rassemblement des élus « pour avoir de l’État les moyens à la hauteur de la gravité de la situation ». Elle a également rappelé qu’il y a beaucoup d’argent à La Réunion, et a lancé un appel « aux investisseurs réunionnais » pour qu’ils soutiennent Air Austral : « La Réunion a besoin d’un patriotisme économique ». Et de conclure : « cette mobilisation est un encouragement pour mener le combat. Vive Air Austral, vive le combat mené par ses employés ».

Parlementaires mobilisés à Paris

Le député Jean-Luc Poudroux s’est dit « solidaire de votre action ». « Air Austral est notre enfant, Air Austral a été créé par la Région présidée par Paul Vergès et le Departement que j’avais l’honneur de présider ». Ensemble, les deux collectivités ont été des fondatrices d’Air Austral.
« Cette compagnie doit être sauvée. Nous réussirons ensemble ».
Pour le député Philippe Naillet, « Air Austral doit vivre ». Il a rappelé la nécessité pour La Réunion d’avoir une « compagnie réunionnaise », car il ne peut y avoir de stratégie de désenclavement sans compagnie régionale : l’essentiel est d’avoir une compagnie qui porte la stratégie ».
Il a insisté sur la volonté de rassembler les parlementaires pour intervenir au plus haut niveau de l’État, notamment en allant directement plaider la cause de la compagnie auprès des ministères concernés.
La députée Karine Lebon a salué l’unanimité pour la défense de la cause d’Air Austral. « Nous avons appris que Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer doit venir dans les prochains jours, nous l’attendons sur ce sujet ».
Marie-Noëlle Wolf, déléguée syndicale UNSA, a ensuite diffusé l’enregistrement de la question posée au gouvernement par le député Jean-Hugues Ratenon lors d’une séance à l’Assemblée nationale.
Un large spectre de la classe politique a donc affirmé son soutien à la cause d’Air Austral, compagnie aérienne réunionnaise.

M.M.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus