Transports aériens

Les pros du tourisme ont-ils encore confiance en Air Austral ?

Conséquence des décisions stratégiques à l’origine d’un déficit de 4,5 millions d’euros

Manuel Marchal / 18 juillet 2019

Le résultat négatif de la stratégie de la direction d’Air Austral est évoquée dans le « 1er média des pros du tourisme », « Tour Mag ». Notre confrère s’interroge sur les chances de survie de la compagnie avec des pertes cumulées de 50 millions d’euros, « Et même si la SEMATRA, l’actionnaire principal, affilié au Conseil Régional de la Réunion remet une nouvelle fois au pot, jusqu’où tout cela mènera-t-il ? C’est bien beau d’accuser la hausse des carburants, ce n’est quand même pas que ça… ». Chez les professionnels du tourisme, la méfiance s’installe vis-à-vis d’Air Austral à en croire « Tour Mag ».

JPEG - 53 ko

Air Austral est à l’honneur de « Tour Mag », qui se qualifie de « 1er média des pros du tourisme ». Notre confrère consacre un article, intitulé « Air Austral, une compagnie de plus en plus fragile financièrement », et un éditorial au sujet de deux événements relatifs à la compagnie réunionnaise : la présentation d’un deficit de 4,5 millions d’euros et le rapport de la Chambre régionale des comptes.
Sur ce dernier point, « Tour Mag » met dans son article en évidence cet extrait du rapport : « « La taille de la flotte, composée de neuf appareils, et l’étroitesse de ses marchés, exposent la compagnie aux fluctuations de la demande et aux risques financiers liés à l’exploitation des appareils », prévient le rapport, évoquant les fluctuations du prix du carburant, et le développement de la concurrence des compagnies à bas coûts qui remet en cause le leadership d’Air Austral dans les parts de trafic passagers à l’aéroport Roland Garros de Saint-Denis.

« Bien beau d’accuser la hausse des carburants »

« Le résultat net est en baisse continue depuis 2015 (…), les charges exceptionnelles liées à des opérations financières visant à financer les investissements amoindrissent le résultat net », peut-on aussi y lire. »
Sur l’assemblée générale, « Tour Mag » reprend quelques extraits de la lettre lue par une déléguée du personnel à cette occasion : « Les décisions sont souvent prises au détriment de nos conditions de travail, mais plus grave encore, au détriment de nos passagers. Nous sommes démotivés » « Notre compagnie pourrait-elle survivre et continuer à se développer ? ». L’article se conclut en évoquant les problèmes de fiabilité des avions d’Air Austral, responsables de retards et d’annulations de vol.
Dans son éditorial intitulé « La case de l’Oncle Dom : la fin d’une belle histoire Austral ? », « Tour Mag » écrit que « les nouvelles sont loin d’être rassurantes et ce n’est hélas, pas fini ». « Si j’en crois les chiffres annoncés par Air Austral, ce sont quand même pas loin de 50 millions de pertes cumulées. Et même si la SEMATRA, l’actionnaire principal, affilié au Conseil Régional de la Réunion remet une nouvelle fois au pot, jusqu’où tout cela mènera-t-il ? C’est bien beau d’accuser la hausse des carburants, ce n’est quand même pas que ça… », écrit l’éditorialiste Dominique Gobert.

« Une certaine méfiance »

« Quid de cette flotte de 9 aéroplanes, quasi neufs pour un plan de vol extrêmement restreint ? Quid de cette gestion des vols, d’annulations en retards divers et variés qui finissent par lasser les clients et les personnels de la compagnie ? Les uns comme les autres n’en peuvent plus ! Quant aux distributeurs, tout comme les voyagistes, ils restent de plus en plus « prudents », mais il est certain qu’une certaine méfiance est en train de s’installer ». Et de conclure : « Tiens, j’ai une petite pensée pour Gérard Ethève, le fondateur ou du moins le père spirituel d’Air Austral… »
Manifestement, la gestion d’Air Austral entame la confiance des professionnels du tourisme envers la compagnie réunionnaise. Ce n’est pas rassurant pour l’avenir.

M.M.