Transports aériens

Liquidation d’Air Seychelles demandée par des créanciers

Après la disparition de South African Airways, une autre compagnie de notre région voit son existence menacée

Manuel Marchal / 28 août 2021

Des détenteurs d’obligation vont demander la liquidation de la compagnie aérienne Air Seychelles, incapable de rembourser plus de 71 millions de dollars qui leur sont dus. L’audience au tribunal est prévue le 6 septembre. Après la disparition de South African Airways, les nombreuses suppressions d’emploi à Air Mauritius, l’aggravation des difficultés d’Air Madagascar et la menace de dilution d’Air Austral dans une holding dont la direction échappera probablement aux Réunionnais compte-tenu de la puissance du lobbying antillais, les conséquences de la gestion politicienne dans certaines compagnies et de la crise COVID-19 amènent une totale recomposition du paysage aérien dans notre région.

JPEG - 55.3 ko
Photo Air Seychelles.

En 2015, Air Seychelles était devenue une filiale à 40 % d’Etihad, les 60 % restants étant propriété de l’État seychellois. La compagnie du Golfe avait alors obtenu la direction opérationnelle d’Air Seychelles. Les vols long-courriers d’Air Seychelles alimentaient alors le hub d’Etihad aux Emirats arabes unis, escale indispensable pour se rendre ou aller aux Seychelles avec la compagnie nationale.

En avril de cette année, le ministère des Finances avait annoncé qu’il avait conclu un accord pour que l’État reprenne la pleine propriété d’Air Seychelles. Dans un contexte de crise mondiale du secteur lié à la pandémie de coronavirus, Etihad souhaitait se désengager. Sur le plan opérationnel, la renationalisation s’est traduite par la fin des vols long-courrier, Air Seychelles se limitant aux lignes intérieures et régionales. Sur le plan comptable, Etihad a accepté de céder la participation de 40 % qu’elle détient à un prix très avantageux.
Air Seychelles devait 72,3 millions de dollars à Etihad ; avec la dépréciation de 79 pour cent, les Seychelles doivent payer 11,34 millions de dollars. Un total de 71,5 millions de dollars est toujours dû aux détenteurs d’obligations. Cette dette menace la survie d’Air Seychelles.

Audience le 6 septembre

Selon un communiqué de presse du Comité agissant au nom de détenteurs d’obligations, « une requête a été déposée le 19 août pour la liquidation d’Air Seychelles et le 24 août, cette requête a été signifiée et reconnue par Air Seychelles ». Air Seychelles doit comparaître devant la Cour suprême le 6 septembre. Un avocat des pétitionnaires a déclaré que ses clients « veulent seulement récupérer l’investissement qu’ils ont fait dans la compagnie aérienne ».
Le comité a ajouté « qu’à ce jour, il n’y a eu aucun engagement de fond, ni aucun sentiment d’urgence concernant la situation de la compagnie aérienne, ni de la part d’Air Seychelles ni de son actionnaire unique, le gouvernement des Seychelles ».
Le Comité a donc conclu que la seule option viable qui reste est de déposer une requête en liquidation d’Air Seychelles afin de demander le recouvrement des dettes qui lui sont dues ainsi qu’aux autres obligataires d’EA Partners. EA Partners a été créé en 2015 pour permettre à Etihad Airways de financer les compagnies aériennes dans lesquelles elle détient des participations.
Le président seychellois Wavel Ramkalawan a présidé hier une réunion avec le ministre des Transports Anthony Derjacques et le conseil d’administration d’Air Seychelles à State House pour discuter de la question.
Après la réunion de vendredi, Derjacques a rassuré le public affirmant que le gouvernement fera le nécessaire pour soutenir Air Seychelles dans cette affaire judiciaire. « Nous espérons que nous pourrons apporter un résultat positif et que nous pourrons aller de l’avant avec la compagnie aérienne », a déclaré Derjacques, qui a ajouté que la sécurité de l’emploi des employés est extrêmement importante pour qu’Air Seychelles continue d’être une compagnie aérienne commercialement viable.

M.M. avec Seychelles News Agency