Transports aériens

Mayotte : Air France fait marche arrière

Le gouvernement accusé de prendre parti pour Air Austral contre les Mahorais

Manuel Marchal / 4 mai 2021

Air France a décidé de renoncer à l’ouverture d’une nouvelle ligne reliant Mayotte à Paris via Nairobi. Cette décision est vivement critiquée à Mayotte. Les Mahorais espéraient que l’arrivée de ce nouvel acteur allait amener la concurrence sur la ligne Mayotte-Paris et donc une baisse des prix. Ils dénoncent le choix de préserver les intérêts d’Air Austral au détriment de ceux de Mayotte. Reste à savoir si Air France compte rebondir en augmentant sa desserte de La Réunion, ce qui n’arrangera pas les affaires d’Air Austral.

JPEG - 89.3 ko
Boeing 777 d’Air France. Photo d’archives.

Air France renonce à desservir Mayotte. C’est Mansour Kamardine, député de Mayotte, qui a annoncé la nouvelle hier. Voici ce qu’il dit à notre confrère des « Nouvelles de Mayotte » dans son édition du 4 mai :

« C’est une fois de plus les Mahorais qui trinquent et c’est inacceptable ! Il faut que les Mahorais se réveillent car ils ne peuvent accepter ce diktat ! Air Austral a un comportement aux antipodes de l’entreprise citoyenne en faisant les poches de Mahorais. Je vais bien entendu adresser un message au ministre des Outre-mer pour lui faire part de ma désapprobation et je saisirai également par l’intermédiaire du député européen François-Xavier Bellamy l’autorité européenne pour dénoncer l’organisation de ce monopole d’Air Austral avec la complicité du gouvernement »

Annoncée pour le 5 juillet avec 4 vols hebdomadaire via Nairobi, la nouvelle ligne d’Air France ne se fera pas. Il est clair que ce projet menaçait directement les intérêts d’Air Austral. En effet, Air Austral détient le quasi-monopole du désenclavement de Mayotte via sa filiale Ewa ou la maison-mère. Mais le choix d’anciens avions d’essai de Boeing pour assurer la ligne directe pour Paris via une escale technique à Nairobi n’est pas sans conséquence. Les Boeing 787 d’Air Austral ont été affectés par plusieurs incidents qui ont alimenté le mécontentement à Mayotte contre la compagnie réunionnaise.

En desservant Mayotte directement depuis Paris, Air France démontrait qu’il existait une alternative à Air Austral. Cette alternative était d’autant plus sérieuse que l’État est actionnaire d’Air France. Si l’expérience était concluante, le coup porté à Air Austral était sérieux, car la desserte quasi-exclusive de Mayotte est ce qui la différencie de ses concurrentes. L’arrivée d’Air France faisait tomber ce qui peut être considéré comme un atout en cas de négociation avec les pouvoirs publics pour obtenir les fonds nécessaires à la poursuite de l’activité d’Air Austral.

Le recul d’Air France s’explique par la levée de bouclier des concurrents d’Air France sur les lignes reliant Paris aux collectivités de la Caraïbe et de l’océan Indien. Ils dénonçaient l’augmentation de l’offre d’Air France ainsi que la baisse des prix sur ses tarifs, qui était permise selon eux par les importantes aides publiques reçues par la compagnie nationale française pour faire face à la crise sanitaire.
D’après les informations des « Nouvelles de Mayotte », des pressions ont été exercées pour qu’Air France ne puisse assurer que 2 vols par semaine au lieu des 4 prévus. Insuffisant pour la compagnie française qui a décidé de renoncer à ce projet.
Reste à savoir si Air France compte rebondir en augmentant sa desserte de La Réunion, ce qui n’arrangera pas les affaires d’Air Austral.

M.M.