Transports aériens

Questions autour d’un A380 affrété par Air Austral

La compagnie réunionnaise encore victime des turpitudes de ses Boeing 787

Manuel Marchal / 31 juillet 2018

Une nouvelle fois, un Boeing 787 d’Air Austral sera au garage. Face à cette indisponibilité, la compagnie a affrété auprès d’HiFly un Airbus A380 ex-Singapore Airlines de haut standing, car il ne dispose que de 470 sièges avec des lits en première classe. De quoi s’interroger.

JPEG - 40.9 ko
L’avion est aux standards de Singapore Airlines. (photo HiFly)

Décidément, les Boeing 787 d’Air Austral répondent bien à leur surnom de « Terrible Teens » qui leur a été donné quand ils étaient stockés pendant plusieurs années sur une piste désaffectée à Seattle aux États-Unis.
Rappelons que l’ancienne direction d’Air Austral avait acheté un Boeing 777 LR afin de pouvoir réaliser des liaisons Mayotte-Paris sans escale. Cet avion était la solution technique pour répondre à une équation : voler 9.000 kilomètres en décollant depuis une piste bien plus courte que celle de Gillot. Mais l’arrivée d’une nouvelle direction à la tête de la compagnie réunionnaise a mis fin à ce projet. Le Boeing 777 a été cédé afin de dégager de la trésorerie, et Air Austral a décidé d’exploiter 2 Boeing 787 stationnés depuis 4 ans sur un parking, réacteurs démontés. Ils faisaient partie de la série prototype de cet avion et Boeing avait les plus grandes difficultés à trouver des acquéreurs. En effet, le 787 avait connu une mise au point difficile.
D’ailleurs, tous les problèmes sont encore loin d’être réglés. Air Austral en subit encore les conséquences avec plusieurs pannes depuis la mise en ligne de ces avions. La dernière relève d’un problème critique qui peut faire exploser le réacteur si elle n’est pas traitée en urgence. Un 787 est donc immobilisé.

Air Austral avait commandé 2 A380

Pour pallier à cette indisponibilité, la compagnie a affrété un Airbus A380 auprès de HiFly. C’est un des premiers avions de ce type mis en ligne, il appartenait à Singapore Airlines, compagnie de lancement de l’A380. C’est un avion de 470 sièges avec encore l’aménagement originel, c’est à dire des lits en première classe, 60 en classe affaires et seulement 311 en économique, soit moins que dans un 777 d’Air Austral.
Cet avion devrait assurer 5 rotations entre La Réunion et Paris, avec un premier départ qui devrait avoir lieu le 22 août. C’est une période qui coïncide avec la rentrée à Mayotte, une période de grande activité pour Air Austral.
L’annonce de cet affrètement a été faite par le « JIR » de samedi dernier. Ce sera la 3e fois qu’un A380 se posera dans notre île, et contrairement à ce qu’écrit notre confrère, la première n’était pas un vol pour tester la piste. En effet, si un Airbus A380 s’était posé à La Réunion le 11 novembre 2009, c’est parce qu’Air Austral avait commandé deux appareils de ce type, avec une option sur deux autres. Airbus venait donc présenter l’avion à son client.

Une grosse dépense

L’A380 d’HiFly a néanmoins une capacité en passagers plus importante que le 787 qu’il remplace. De plus, les prestations proposées sont en décalage avec l’offre de la compagnie qui ne commercialise pas de première classe, et a diminué le nombre de sièges en classe affaires.
Nul doute qu’affréter un A380 ex-Singapore Airlines est une dépense très élevée. On peut donc s’interroger sur les raisons qui ont motivé un tel choix. En effet, sans la subvention versée par la Région au titre de la « continuité territoriale » par l’intermédiaire de bons de réduction sur les prix des billets d’avion, les comptes de la compagnie donneraient un tout autre résultat. Où donc Air Austral a-t-il été cherché l’argent pour financer l’exploitation d’un A380 ex-Singapore Airlines ? Pourquoi ne pas avoir simplement mis en ligne un avion équivalent au 787 qui sera indisponible ? Qui pourra se payer un voyage en lit en première classe ?

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • C’est peut être pour Air Austral, un moyen de tester l’A380 en conditions réelles d’exploitation. Si cet avion répond effectivement bien aux attentes d’AA pourquoi ne pas se laisser tenter ensuite par les deux A380 neufs qui étaient initialement prévus ?
    Cela libérerai en plus quelques avions pour venir renforcer la flotte d’Air Madagascar

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il s’en passe dans le ciel jusqu’ici. Les avions A 380 peuvent aussi transporter du fret, Je trouve que transporter des élèves depuis Marseille à Mayotte ou à la Réunion est une bonne idée. Ensuite, on pourrait poursuivre avec les produits locaux, comme par exemple les lectchis, les mangues dont les arbres sont déjà en fleur. Ne pas oublier aussi les bananes, épices, vanille, ylang-yllang, rhum etc...Il y a tant à faire sur l’île de la Réunion.... En bonne intelligence bien sur, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?