Transports aériens

Un Réunionnais responsable n’est pas un assisté agressif

Achat de deux Airbus A380 par Air Austral

Manuel Marchal / 20 janvier 2009

La Réunion est confrontée à un handicap structurel : son enclavement. Jusqu’à présent, toutes les solutions mises en œuvre n’ont pas permis de régler durablement cette question. Deux attitudes sont alors possibles : soit sombrer dans l’assistance agressive, soit agir de manière responsable en recherchant une solution structurelle capable de faire baisser le prix du billet d’avion durablement. La deuxième attitude est celle d’Air Austral.

Un courrier des lecteurs paru dans la presse hier est révélateur d’un comportement d’assistance agressive à la suite de l’annonce par Air Austral de l’achat de deux Airbus A380. Cette attitude s’oppose totalement à un comportement responsable au service de l’intérêt général.
Voici 18 mois, Air Austral et Airbus avaient annoncé ce projet commun. Pendant 18 mois, Airbus a travaillé sur ce projet avec la compagnie régionale pour conclure à la faisabilité de la proposition réunionnaise. Et d’ici cinq ans, un A380 aux couleurs d’une compagnie réunionnaise transportera 840 personnes trois fois par semaine. Cet avion sera rejoint par un autre A380 un an plus tard afin que chaque jour, 840 personnes puissent avoir droit à un prix du billet d’avion 30% moins cher, toute l’année.
Jeudi, juste après la signature de la commande, Airbus s’est saisi de l’expérience réunionnaise pour la proposer au monde. Cela veut dire que La Réunion est possible d’imaginer des réponses crédibles à des problèmes auxquels le monde doit faire face. Cette fois-ci, c’est dans le domaine de la démocratisation des prix du transport aérien que La Réunion apporte une contribution importante, tout de suite mise en valeur par Airbus.
Mais pour ceux qui se complaisent dans l’assistance agressive, attendre cinq ans c’est trop long. Et que fait-on pendant ce temps ? La décision responsable est d’épargner pour un projet.
L’accord intervenu entre Air Austral et Airbus rappelle qu’un Réunionnais responsable n’est pas un assisté agressif. Et d’ailleurs, défiscalisation ou pas, le projet se fera, et les deux avions seront remboursés au bout de 12 ans.
Ce comportement responsable tourne le dos au modèle de l’assistance agressive véhiculée par les conséquences des politiques menées depuis Paris depuis des décennies.

M.M.