International

L’Inde va se poser sur la Lune

Conquête spatiale

Témoignages.re / 7 septembre 2019

L’atterrisseur Vikram est actuellement en position autour de la Lune et devrait s’y poser, après l’accord de l’Agence spatiale indienne, Isro. Une première pour le pays qui deviendra le troisième état à se poser sur la Lune.

Depuis son arrivée à proximité du satellite le 20 août, la mission Chandrayaan-2 se prépare à cet « alunissage ». Le 2 septembre, l’orbiteur et l’atterrisseur Vikram, qui transporte le rover Pragyan, se sont séparés.

Vikram a ensuite réalisé deux manœuvres pour abaisser son orbite et se trouvait le 6 septembre sur une orbite elliptique de 36 kilomètres par 110 kilomètres, prêt à se poser sur la Lune.

La descente était prévue dans la soirée du 6 septembre, entre 21 h et 22 h, heure de Paris. Le site d’atterrissage visé est situé au pôle sud de la Lune, dans une plaine se situant entre les cratères Manzinus C et Simpelius N, caril s’agit d’une plus grande zone restée dans la pénombre.

Le rover pèse 27 kg et possède six roues. Il est conçu pour parcourir jusqu’à 500 mètres à la vitesse d’un centimètre par seconde. Il fonctionnera à l’énergie solaire et embarque des caméras, un spectromètre pour étudier la composition des roches et un spectroscope laser.

Le principal objectif de la mission Chandrayaan-2 est de démontrer la capacité de l’Inde à atterrir sur la surface lunaire et à piloter un rover. Or ce 7 septembre, Vikram ne répond plus. L’agence spatiale indienne a annoncé avoir perdu le contact avec la sonde.

« La descente de l’atterrisseur Vikram se déroulait comme prévu », a expliqué le président de l’agence spatiale (ISRO), K. Sivan, cité par Radio France International. « Puis la communication entre l’atterrisseur et le contrôle au sol a été perdue. Les données sont en cours d’analyse », a-t-il ajouté.

Venu de Bangalore pour l’évènement, le Premier ministre Narendra Modi, a souhaité réconforté les scientifiques, leur assurant que « ce (qu’ils avaient) fait n’était pas un mince exploit ».

« La vie connaît des hauts et des bas. Votre dur labeur nous a déjà enseigné beaucoup et le pays tout entier est fier de vous. Si la communication se rétablit (...) tous les espoirs sont permis (...) Notre voyage continuera. Soyez forts. Je suis avec vous  », a assuré le Premier ministre.