Madagascar

Madagascar : Retour triomphal du Dais royal de Ranavalona III après 123 ans d’exil

Une foule considérable a salué le cortège de l’aéroport au Rova Mandjakamiadana à Antanarivo

Manuel Marchal / 6 novembre 2020

C’est avec une émotion considérable qu’une foule importante a salué le retour du Dais royal de Ranavalona III, hier à Antananarivo. Ce symbole de la souveraineté de Madagascar a eu droit à un accueil digne de celui réservé à un chef d’État de retour d’exil. L’exil du Dais royal de Ranavalona III a duré 123 ans.

JPEG - 122.2 ko

Hier, 123 ans après avoir été volé par des Français puis recelé par l’État français dans son Musée des Armées, le Dais royal de Ranavalona III est revenu à Madagascar hier. Arrivé à bord d’un vol d’Air France, la couronne fut symboliquement remise par l’Ambassadeur de France à Madagascar à Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Culture et de la Communication.
Placé ensuite à bord d’un véhicule découvert et escorté par des gardes, le Dais royal a ensuite quitté Ivato pour prendre le chemin du Rova Mandjakamiadana à Antanarivo.

Dès son entrée dans les faubourgs d’Antananarivo, le cortège a été salué par une foule considérable, certains s’inclinant pour rendre hommage à ce symbole de retour après une si longue séparation. Le même engouement a été relevé tout au long de la progression jusqu’à la porte du Rova surmontée par l’aigle, en passant par Analakely. Au Rova, il fut accueilli par un discours de Lalatiana Andriatongarivo, et d’une princesse de la famille royale.

Ce retour triomphal faisait penser à celui d’un chef d’État revenu d’un long exil. Volé en 1897 par des Français, ce symbole de l’unité malgache utilisé par le souverain pour demander la bénédiction de son peuple était exposé dans le Musée des Armées à Paris. Son retour hier à Madagascar 123 ans après ce vol a fait l’objet d’une virulente sortie de la Commission culture du Sénat, rappelant que selon la loi française, le Dais royal de Ranavalona III appartient à la France et que seule une loi peut autoriser sa cession.

Manifestement, ces sénateurs français n’ont pas compris ce que signifie le retour du Dais royal à Madagascar. Envisagent-ils un instant que les milliers de Malgaches qui ont salué son retour accepteront d’être volé une deuxième fois ?

M.M.