Accueil > Chroniques > Alon filozofé

« Reconstruire nos institutions et nos politiques »

Billet philosophique

vendredi 3 octobre 2008, par Roger Orlu

Peut-on “philosopher” - et comment - sur la grave crise financière et économique qui est en train de secouer la planète de diverses manières dans les pays riches et pauvres ?
Est-il possible de faire une analyse “philosophique” du fait que 100.000 personnes dans le monde possèdent 15.000 milliards de dollars, soit le quart du PIB (produit intérieur brut) de l’humanité, tandis que, selon les derniers chiffres de la FAO (organisation des Nations Unies pour la nourriture et l’alimentation), 925 millions de personnes sur Terre souffrent de sous-alimentation ?
Que penser de la volonté des dirigeants états-uniens d’offrir 700 milliards de dollars publics aux spéculateurs des banques privées, alors qu’en 2007 le nombre de personnes sous-alimentées a augmenté de 75 millions, que 19 millions d’enfants souffrent d’une malnutrition aigüe et que la situation socio-économique d’une partie croissante de la population mondiale empire ?

Comme il s’agit de problèmes économiques, la logique veut que l’on étudie d’abord les analyses des experts en économie. Ceux-ci estiment qu’en France, par exemple, « l’an dernier, c’est plus de 20 milliards d’euros qui ont été “transférés des salaires vers les profits, et ce chiffre atteindrait 57 milliards d’euros cette année ». (1) Et Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, dénonce la politique visant à faire payer aux citoyens les dettes des spéculateurs : « Comme aucun investisseur privé ne veut des placements à risque, on les colle aux contribuables. C’est monstrueux ». (2)
Un universitaire réunionnais, économiste, vient de publier le troisième tome de son Histoire de l’économie de La Réunion. Avant-hier, le professeur Ho Hai Quang a présenté son ouvrage lors d’une conférence-débat passionnante à l’université, en soulignant notamment les graves problèmes qu’a affrontés le peuple réunionnais en passant d’un système à l’autre : l’esclavage, l’engagisme, le colonat et le salariat. Cette Histoire a un fil conducteur, une constante : elle est dominée par la recherche du profit maximum par les classes possédantes et par la dictature des marchés financiers. Sur le site de l’économiste, on trouve un clip qui dénonce ces pratiques, sur la base desquelles on ne peut pas construire une société équitable et donc un développement durable. (3)

Dans le dernier numéro du magazine du Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO, le philosophe Pierre Sané pose des questions essentielles sur « les raisons de la colère » que peuvent susciter toutes ces injustices : « Quand l’Institut de recherche pour la paix internationale (SIPRI) nous apprend, en juin dernier, que les dépenses militaires mondiales ont encore augmenté de 135 milliards de dollars en 2007, et que nous savons que c’est, au dollar près, la somme jugée nécessaire pour atteindre tous les Objectifs du Millénaire pour le Développement - au premier rang desquels l’éradication de l’extrême pauvreté -, que penser ? Que face aux violences, aux injustices et à la pauvreté, nous n’avons d’autres choix que de nous allier pour donner de la force à nos efforts individuels et du sens au mot “humanité”. » (4)

En conclusion, citons cette remarque que nous a fait parvenir un militant syndical réunionnais, pour qui les organisations de travailleurs « souhaitent que les politiques et le MEDEF écoutent un peu plus nos messages d’alerte, ce qui nous aurait peut-être permis d’anticiper sur l’incendie. Il nous faut un véritable sursaut de conscience pour dépasser la crise que nous allons traverser ». Et d’ajouter cette pensée de Muhamud Yunus, prix Nobel de la Paix 2006, à méditer : « La pauvreté est une création artificielle qui a été imposée à l’humanité, Ce système est aveugle à toute autre considération que le profit. La seule chose que nous ayons à faire est de reconstruire nos institutions et nos politiques, et plus personne ne souffrira de la pauvreté ».

Roger Orlu

* Envoyez vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble...! temoignages@wanadoo.fr

(1) Voir “l’Humanité-Dimanche” du 25 septembre, page 9.
(2) Ibidem, page 16.
(3) Voir le site http://www.orange-dioxin.com
(4) Voir le site www.unesco.org/shs/regards

Messages

  • A moyen-long terme, je crois que le système se remettra en route : parce qu’il ne peut en être autrement, à moins de supposer possible, que l’édifice économique mondial ne finisse par s’effondrer, ce qui n’est pas exclut. Possible en effet que les mesures politiques, même coordonnées, ne parviennent à réveiller la confiance des milieux financiers, et surtout celle des (trés nombreux) petits épargnants. Qui ne sont pas tous des spéculateurs, mais dont les dépôts cependant alimentent les marchés. Nous sommes tous des boursicoteurs, sans le savoir parfois, par déléguation, au travers de nos caisses de retraites, par exemple.

    Il y a des raisons structurelles à cette crise boursière : la discordance des cotations, la titrisation excessive, l’extréme dissémination des sources de financements, et bien d’autres encore, qui mériteraient d’être mieux encadrées. Mais il en est une particulièrement perverse : la possibilité de dériver vers des places off-shore, les risques alarmants, lisibles sur des lignes de bilans, via des coquilles créées ex-nihilo, pour éviter de déplaire aux actionnaires, et plus généralement aux investisseurs potentiels. Ce qu’on ne souhaite pas avaler en début de repas, de toute façon, en tant que convives autour d’un même repas, il faudra bien l’avaler, avant le dessert. Il en est une autre, non moins dangereuse, qui est la pression constante, irréfrénée, de ces mêmes personnes (ou organismes, dont les fonds de pension), cet appétit insatiable, pour ramasser des dividendes toujours de plus en plus importants, qui fausse la réalité, et érode peu à peu, le fonctionnement normal et sain d’une entreprise, fut elle cotée en bourse : générer des bénéfices solides pour investir, et non sacrifier les ressources humaines et des outils de production, pour créer artificiellement de la richesse ; Ce à quoi nous assistons, impuissants, depuis déjà quelques années, avec l’ouverture des frontières et la libre circulation des capitaux, sans que nos décideurs ne le déplorent, faisant plutôt les éloges et l’apologie, de la mondialisation, en caressant dans le sens du poil, ces méga-monopoles qui se mettent en place, au prétexte qu’ils seront d’autant plus costauds, s’ils sont plus gros.

    Ils ont oublié la parabole du chêne et du roseau, de La Fontaine, mais c’est compréhensible, s’ils préférent suivre des matchs de sumo. Pendant que nous, consommateurs béats, contribuables rétifs, électeurs dans le brouillard, nous nous réjouissions d’une inflation jugulée, et surtout de pouvoir acheter moins cher, et souvent de qualité discutable, ce qui avant, demandait une part de salaire horaire plus grande, négligeant la longévité du produit, au profit de l’opportunité de l’acquérir ; S’exonérant avec largesse, des détresses sociales induites, des savoirs-faire dilapidés, et d’une dépendance éco-addictive d’autant plus grande, que nous sommes devenus accros à notre sacro-saint pouvoir d’achat, délaissant l’essentiel pour des hochets d’hommes dits modernes ; Pauvres de nous, c’est par ces futiles richesses transitoires, que nous sommes, malgré nous, complices d’une nouvelle forme d’esclavage qui asservit des millions de personnes dans les pays producteurs. Qui sans nous, n’en doutons pas, auraient trouvé d’autres moyens de mieux pouvoir s’épanouir, en se libérant des dominations qui les exploitent (Nous, occidentaux, ayons la décence de le reconnaitre, nous avons participé à entraver la marche de la plus grande partie de nos voisins sur cette terre, vers plus de progrés sociaux, au titre seul de nos conforts quotidiens).

    Et il y a des raisons conjoncturelles : la crise n’est pas que boursière, et cela fait un moment que les moteurs américain et européen, qui tirent vers le haut, les croissances des pays émergents, s’étouffent peu à peu des retours de gaz de leurs endettements chroniques, liant leurs créanciers asiatiques, dans une boucle infernale, qui vire à la spirale mortifère. Les paniques, qui s’agitent par soubresauts, et font frissonner d’effroi les brookers, ne sont pas totalement irrationnelles : elles ont un ressenti profond, mal défini parce que multiforme, mais pourtant bien pressenti par la plupart des acteurs, quoiqu’en disent certains, visiblement inquiets de ne pas être suffisamment rassurants. La menace de récession, voire de dépression, qui s’affine, la récente flambée des coûts pétroliers, des conflits moyen-orientaux qui s’enlisent, d’autres qui surgissent et d’autres encore qui couvent, les désaccords persistants qui creusent les fossés entre les nouveaux blocs mondiaux : l’avenir est instable, et plus gravement, il est de moins en moins contrôlable, en dépit des Davos et des G-delta, censés réunir les raisons de chacun, pour aboutir à un consensus global, de plus en plus hypothétique.

    Aujourd’hui, le monde des finances est alité : d’abord sous perfusion, il est en cours de ré-animation, et gageons que ce grand corps malade finira par renaitre, au mieux, tel Phénix, de ses cendres, au pire, tel un zombie, issu d’un sépulcre nauséabond, à l’aide d’artifices, plus proches des pratiques magiques de la communication, et des thérapies de groupes, que de vrais traitements médi-conomiques radicals, plus aptes certainement, à revitaliser cet organisme atteint de pathologies diverses, qui vont des troubles psycho-somatiques, jusqu’à l’élimination de ses déchets, en passant par le plus soucieux, la probité de sa propre alimentation.

    L’argent souffre d’une surestimation de sa valeur, et c’est cet orgueil qui pourrit sa propre utilisation : un peu d’humilité nous apporterait beaucoup d’Humanité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Facebook Twitter Linkedin Google plus