Actualités

33 listes aux Européennes : « l’expression d’une grave crise politique »

33 listes déposées : commentaire de Julie Pontalba, la candidate PCR sur la liste PCF

Témoignages.re / 9 mai 2019

33 listes déposées et un mode de scrutin marqué par le retour aux listes nationales : à moins de trois semaines des élections européennes, Julie Pontalba a donné mardi son analyse de la situation. La candidate PCR en 6e position sur la liste PCF conduite par Ian Brossat souligne l’importance d’aller plus loin que le statut de région ultrapériphérique de l’UE pour régler les principaux problèmes de la population : emploi, pauvreté et nécessité d’anticiper l’avenir.

JPEG - 115.6 ko
Le 26 mai, les électeurs auront le choix entre 33 listes pour décider des futurs députés au Parlement européen.

Julie Pontalba rappelle tout d’abord que La Réunion a toujours été représentée au Parlement européen avec dès 1979, l’élection de Paul Vergès sur la liste PCF. Et je profite pour rappeler que la création des RUP émane d’une réflexion de Paul Vergès lors de son premier mandat au Parlement européen. Ce statut aux régions éloignées de l’Europe des spécificités et des fonds supplémentaire sont accordés.
Elle souligne aussi qu’à partir de 2004, les Outre-mer avaient leur propre circonscription. En 2009 et 2014, un découpage en trois bassins de cette circonscription a permis aux trois « bassins » d’être représentés : un député pour l’Atlantique, un pour l’océan Indien et un pour le Pacifique. C’est comme cela que Elie Hoarau a été élu en 2009 pour le bassin Océan Indien, ainsi que Younous Omarjee en 2014.

Retour à l’ancien mode de scrutin

« Qu’en est-il aujourd’hui ? Nous retournons à la circonscription unique, donc la fin de la circonscription Outre-mer, avec 33 listes déposées.
Cette année, en 2019, retour à la circonscription unique est une régression pour les outre-mer dans leur ensemble. Bien sûr que La Réunion tire son épingle du jeu car c’est la région la plus peuplée, explique Julie Pontalba. Cela ne va pas aider à faire diminuer les taux d’abstention qui pour ces élections notamment sont très élèves. Lors du dernier scrutin le taux d’abstention en Martinique a dépassé les 75 %. « Enfin, il serait prétentieux qu’un Réunionnais se dise porte parole des autres pays abandonnés. On doit être solidaire mais ne jamais cautionner un système aussi injuste et anti-démocratique »n souligne Julie Pontalba.

33 listes

« En 40 ans, nous sommes passés de 11 à 33 listes », constate Julie Pontalba, « c’est 13 listes de plus qu’en 1999 pour un même type de scrutin. On pourrait penser que c’est l’explosion de la démocratie en France, mais loin de là, nous pensons ce record est plutôt l’expression d’une grave crise politique, d’un climat de défiance ».
Elle rappelle que depuis le mois de novembre, les écrans ont été envahis par des images de policiers qui frappent des manifestants pacifiques et les blessent au visage sans ménagement, des personnes âgées qu’on ne respectent même plus, des femmes qu’on frappent et trainent par terre par les cheveux,..des policiers qui n’en peuvent plus eux non plus au point de donner la mort. « C’est ça une société démocratique ? », interroge-t-elle.

L’absence de débats politiques sur des perspectives communes a conduit à l’atomisation de la représentation populaire, explique la candidate citant trois listes « de mouvance Gilets Jaunes ».
« La faiblesse des intentions de vote montre que le foisonnement des listes n’est pas l’expression d’une soudaine passion de l’électorat », analyse-t-elle, « tout le monde veut en découdre avec le pouvoir. C’est bien la preuve d’une crise politique profonde ».

Informer la population

Les enjeux européens sont complètement occultés au profit d’un débat national, un débat qui se réduit même parfois à un affrontement entre 2 partis politiques. « Encore une fois c’est dommage car l’Europe est très présente dans la vie de tous les jours. Les citoyens méritent mieux, méritent que chaque candidat explique son programme, ses projets pour la population, ses projets pour l’amélioration des conditions de vie dans le cadre de ces européennes », poursuit la candidate de « Pour une Europe des gens contre l’Europe de l’argent ». Or beaucoup de choses sont à dire durant cette campagne.
Pour les RUP, donc La Réunion, la Commission européenne a engagé une réflexion qui s’est conclue en 2017. Le document final reconnaît les insuffisances en ces termes : « Malgré les progrès accomplis au fil des années, les régions ultra-périphériques restent confrontées à de grandes difficultés, encore accentuées par la mondialisation et le changement climatique. Leur développement est fragile. (souligné dans le texte) ».
Les termes de ce bilan sont valables pour nous et rejoignent la position de l’Insee. En 2013, l’institut affirmait dans une étude sur les inégalités que “La Réunion est un Département socialement hors norme”.

En clair, il faut une nouvelle cohérence, de nouvelles normes, car le système décisionnaire actuel situé à Paris et Bruxelles ne marche pas souligne-t-elle. « Un seul exemple : le taux de chômage, en 2019 (24 %) est quasiment le même qu’il y a 40 ans (25 %) ! Nous faisons du sur-place alors que la pénurie d’emploi touche déjà 180 000 personnes, soit 4 fois qu’en 1980 ; 260 000 enfants scolarisés poussent derrière, et 120 000 bébés vont naître dans les 10 prochaines années. 43 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. 6 jeunes sur 10 de moins de 25 ans ne travaillent pas ». D’où l’importance de « réfléchir ensemble à l’avenir d’un million d’habitants » en 2030, soit deux mandats de député au Parlement européen.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Moi je suis un idiot de comptable. Je compte.
    50 à 60 % d’abstention annoncée.
    33 listes : c’est la dispersion des voix en sachant que l’abstention est là. Bien là ?
    Comme comptable j’ai lu les commandes et ...3 listes de Gilets Jaunes . Au départ ...une seule liste et la dame a abandonné parce que dit-elle ...Et vous avez entendu comme moi :" Nous ne faisons pas de politique ’elles, ils sont toutes pourries, tous pourris et ..toc :3 listes. 75 noms par liste.i fé in shié . Elles n’ont pas d’argent. Ils n’ont pas d’argent et hop par miracle en veux-tu combien !!! Bizarre NON !!!
    La vraie réponse celle qu’elles, qu’ils ne veulent pas dire c’est que "nous les candidates , les candidats de ces 3 listes ,nous prendrons des voix à Ian BROSSAT . Il est un candidat qui "monte". De plus en plus les médias l’invitent, ses meeting sont "bondés’ . Alors , comme par hasard au moment où la Liste PCR-PCF est prise au sérieux :ces "faux-gilets jaunes" chouchoutées, chouchoutés par les journalistes -qui sont des salariées, salariés des Grands Patrons et qui doivent obéir aux ordres de leur Patron . -c’est normal- Alors on annonce la surprise du jour : 3 listes des Gilets-Noires
    .PUB...PUB pour ces 3 listes des faux Gilets Jaunes , pardon des Gilets NOIRS annonciateurs des ténèbres.
    Demain ces gilets jaunes-noires seront récompensées, récompensés. Elle aura son petit boulot . Lui il aura son petit logement . La reconnaissance du ventre ..les patrons le pratiquent - les anciens compatriotes se souviennent de bal de riz ,des bonbonnes de rhum au temps de DEBRE-ISAUTIER... et ...Merci PATRON diront les candidates, les candidats des 3 listes des Gilets Noires. Des voix en moins pour Ian et julie : ça compte et tiens : un pti moné.
    Dalon faut pas se laisser endormir par les salariés - les journalistes-des Patrons de journaux écrits , parlés . Elles font leur boulot .Ils font leur boulot . Eh bien nous aussi faisons notre boulot et mieux qu’elles, mieux qu’eux :ALON DI PARTOU VOT POU JULIE. Un FANM SIR. UN FANM KON OU.LI KONE A NOU.
    Vi veu vot pou ou . Vot JULIE ;
    Vi vot Julie vi vot pou ou.
    Alon batail alon batail
    et au boulot et ensemble faisons du beau travail. Nous qui sommes des travailleurs nous savons bien travailler .Nous méritons la victoire de Julie PONTALBA et elle aussi . CQFD.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • L’Europe met à la disposition des Régions Ultra Périphériques des moyens d’exploiter leurs potentiels.
    Ces moyens ne servent pas les intérêts de l’importation. Ils permettent le développement durable, d’aller vers l’autosuffisance alimentaire, de produire pour l’exportation.
    Nous sommes dans un marasme économique et social,dont les causes proviennent d’une économie basée sur l’importation, au profit des monopoles, de la grande distribution, des multinationales et de la finance.
    Elle est soutenue par la classe politique car elle génère le clientélisme électoral, le chantage à l’emploi, l’esclavage mental, afin d’accéder au pouvoir ou d’y rester. C’est une sacro-sainte alliance de l’ensemble de la classe politique.
    Le tout importation voit arriver des produits concurrencer nos cultures, aux qualités largement inférieures.
    Le curcuma, la vanille, les fruits et légumes de Madagascar, d’Inde, de Chine, du Sud-Est Asiatique, d’Australie ou d’Afrique du Sud. Le café Bourbon Pointu, endémique, pousse sur nos terres, acheté à 100€ le kilo, revendu 650€ le kilo sur le marché international.
    Nous pouvons, grâce au programme européen, inverser tout cela. Produire et vendre aux plus offrants à l’instar du café.
    Il ne manque que la volonté politique. Dommage que le Plan de Survie, ou le programme de développement inscrit dans Combat pour l’Autonomie ont jeté à la poubelle de l’Histoire.

    Article
    Un message, un commentaire ?