Actualités

« Aidez les femmes à trouver les meilleurs solutions pour les accompagner »

Assemblée Générale Extraordinaire

Témoignages.re / 8 septembre 2019

A l’occasion de l’Assemblée Générale Extraordinaire présidée par Firose Gador, Josiane Jaurés, adhérente du PCR à Sainte-Suzanne, a lancé un appel plein d’émotion aux « responsables politiques, élus et adhérents du PCR » pour que cessent les violences faites aux femmes.

Alors que le Grenelle sur les violences conjugales a lieu en ce moment à Paris, à La Réunion, le Parti Communiste Réunionnais a tenu a rappelé et apporté son soutien « aux femmes qui vivent dans la peur ».

« La situation à La Réunion est très mauvaise, voire catastrophique. Notre île est classée 3ème département de France » ayant le plus grand nombre de cas de violence conjugale. Environ 6000 femmes portent plainte auprès de la gendarmerie, « mais le pouvoir en place ne nous écoute pas, il faut supplier, pleurer, se mettre à genou, insister afin que les fonctionnaires de l’état prennent nos plaintes », a dénoncé Josiane Jaurès.

Lors de son allocution émouvante, elle a demandé « comment faire pour leur faire comprendre que nous sommes battues, harcelées, manipulées et vivons dans une peur que je ne trouve pas les mots pour définir ».

Assurant ne pas avoir confiance « en cette loi française qui laisse ces femmes sans défense auprès de leurs bourreaux », Josiane Jaurés a appelé : « aidez nos femmes, je vous en supplie. Nous les femmes, nous sommes les piliers de la famille. Nous femmes, nous avons la force, le courage, l’amour pour faire vivre notre famille dans la dignité ».

En dépit des mesures prises par le gouvernement, cette dernière a assuré qu’il n’était pas suffisant, « les structures d’hébergement ne sont pas sécurisée, la preuve ces hommes retrouvent leurs femmes malgré les interdictions. Ces femmes étaient mises à l’abri. Ils les tuent parfois même avec leurs enfants. Personnellement, je ne crois pas à cette justice française, trop lente ».

Face aux lenteurs administratives, aux problèmes récurrents que rencontrent les femmes, Josiane Jaurés a proposé de « créer une association avec des personnes, de tout bord : des politiques, de la justice, des professionnels de santé et d’autres, afin d’accompagner ces femmes qui souffrent en silence ».

Se disant prête à se lancer dans ce projet, la militante de Sainte-Suzanne assure que « seule, je ne pourrais pas les défendre. Nous femmes, nous avons besoin de soutien moral, de finances, de sécurité et d’accompagnement. Alors je lance un appel à tout le monde ici présent à réfléchir ensemble et trouver une solution ».

Pour conclure, Josiane Jaurés a appelé à fixer les modalités de fonctionnement de cette nouvelle structure pour « régler définitivement ce problème de violence qui n’a plus de raison d’être à La Réunion. Comme le disait, notre jeune député qui parti très jeune : ,nou lè pa plus, nou lè pa moin mais respect a nou ».