Actualités

Appels à la candidature d’Ericka Bareigts : « Une fierté pour Saint-Denis, une chance pour La Réunion »

Elections régionales

Manuel Marchal / 16 avril 2021

Trois générations d’élus municipaux dionysiens souhaitent la candidature d’Ericka Bareigts aux élections régionales afin que la Région Réunion soit la collectivité de tous les Réunionnais. En effet, avec Didier Robert à la présidence du Conseil régional, les 152.000 habitants de Saint-Denis sont oubliés par la collectivité, qui n’a contribué qu’à financer seulement 4 % des 310 millions d’euros d’investissements réalisés sur le territoire de la plus importante ville de La Réunion au cours de ces 6 dernières années.

JPEG - 57.1 ko
David Belda, Julie Pontalba, Gérard Françoise, Brigitte Adame, Jean-François Javel et Alexandra Clain.

Trois générations d’élus du Conseil municipal de Saint-Denis ont tenu hier une conférence de presse. Gerard Françoise, Brigitte Adame et Jean-François Javel, élus depuis 2008, David Belda, élu depuis 2014 et Julie Pontalba et Alexandra Clain, élues en 2020. Ces élus souhaitent que Ericka Bareigts soit candidate aux régionales.
Pour Brigitte Adame, la candidature Ericka Bareigts contribuera au développement de Saint-Denis. Elle insiste sur la proximité dont fait part la maire de Saint-Denis. Malgré le fait qu’Ericka Bareigts ait été ministre, elle n’a jamais abandonné Saint-Denis, recevant la population dans les mairies annexes, dit-elle en substance. « Fiers et confiants pour Saint-Denis si Ericka Bareigts est présidente de Région », conclut-elle.

Ericka Bareigts a déjà battu Didier Robert aux municipales

Alexandra Clain soutient l’engagement de la maire de Saint-Denis. Elue responsable de l’agriculture, l’agricultrice fait part de sa fierté d’être dans l’équipe. Elle souhaite que toute La Réunion puisse bénéficier de ce qui s’est fait à Saint-Denis.
Jean-François Javel a connu Ericka Bareigts avant 2008 en tant que militante, « elle travaillait sans relâche pour son parti ». Il estime que le parcours Ericka Bareigts peut inspirer toutes les femmes de La Réunion. Il fait ensuite état du bilan Ericka Bareigts à la présidence de la CINOR et rappelle qu’elle est aussi l’auteur de la loi sur l’égalité réelle qui comprenait plusieurs mesures sociales. Pendant ces 2 mandats de député, elle a travaillé sur les centres d’intérêts matériels et moraux (CIMM) pour faciliter la mutation de fonctionnaires réunionnais à La Réunion.
Enfin, Jean-François Javel rappelle qu’Ericka Bareigts a battu Didier Robert aux municipales de 2020 et a depuis lancé 75 % de ces engagements.

Saint-Denis oubliée par la Région version Didier Robert

Gerard Françoise insiste sur l’attractivité de Saint-Denis est devenue attractive. Des moyens importants mis sur le logement et l’éducation. Saint-Denis investit beaucoup sans l’aide de la Région Réunion : 310 millions les 6 dernières années dont 4 % de subventions de la Région Réunion. Ces investissements représentent 2000 euros par habitants, et la Région Réunion n’a contribué qu’à hauteur de 80 euros sur ces 2000 euros.
Il donne l’exemple de la Nouvelle entrée Ouest de Saint-Denis. Pour le moment, la ville de Saint-Denis et la CINOR se sont engagées à hauteur de 94 millions. Quid du soutien de l’État, de la Région Réunion et de l’Europe ? Autre illustration : le téléphérique Chaudron-Bois de Nèfles qui n’a bénéficié d’aucun soutien du Conseil régional. Pourtant le téléphérique et la Nouvelle entrée Ouest sont des projets qui ne concernent pas que les Dionysiens mais tous les Réunionnais. « C’est pourquoi il est important que les intérêts de Saint-Denis soient aussi défendus », souligne l’élu qui rappelle que la commune compte 152.000 habitants.

« Ericka Bareigts a réussi à fédérer au-delà des aspects partisans »

Julie Pontalba met en avant les graves problèmes socio-économiques à La Réunion, que la COVID-19 amplifie. « Les Réunionnais ont besoin d’une figure politique qui apaise », déclare-t-elle. Sur la base de son expérience à la Mairie de Saint-Denis, l’élue PCR constate qu’Ericka Bareigts est à l’écoute, dialogue et tient ses engagements. Les propositions du PCR en matière de lutte contre la grande pauvreté ont été validées dès le début de la mandature. C’est le cas notamment du crédit solidaire pour financer la création d’activités génératrices de revenus. Ceci indique également qu’Ericka Bareigts porte ces valeurs de lutte contre la pauvreté, dit en substance Julie Pontalba qui ajoute : « Ce qui est fait à Saint-Denis peut être un modèle pour La Réunion ».
« Ericka Bareigts a mis une équipe au travail, elle a réussi à fédérer au-delà des aspects partisans pour se concentrer sur le projet », poursuit-elle avant de conclure : « Une fierté pour Saint-Denis, une chance pour La Réunion ».

« La seule à pouvoir redresser la Région Réunion »

David Belda rappelle les manifestations de jeunes pour l’emploi en 2014 devant la mairie annexe de Bellepierre. En réponse, 50000 solutions d’insertion ont été proposées aux jeunes par la mission locale Nord. Il constate également que la Région Réunion n’accompagne pas la politique culturelle et sportive à Saint-Denis. C’est à se demander si avec Didier Robert président de Région Réunion, les 152.000 habitants de Saint-Denis font-ils partie de La Réunion ?
David Belda insiste sur le partage des connaissances avec les élus, un trait de la gouvernance pratiquée par la maire de Saint-Denis. Et de conclure : « nous sommes convaincus qu’Ericka Bareigts la seule à pouvoir redresser la Région Réunion ».

M.M.