Actualités

Attac Réunion manifeste à l’aéroport ce 14 septembre

Contre la privatisation d’Aéroports de Paris, gagnons le référendum !

Témoignages.re / 14 septembre 2019

Le comité réunionnais contre la privatisation des aéroports de Paris, RIP ADP, dont fait partie ATTAC Réunion, manifeste ce Samedi 14 Septembre à 9h30 devant l’aéroport Roland Garros.

La bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris est engagée et concerne la société toute entière, a indiqué le comité réunionnais dans un communiqué de presse.

"C’est une bataille pour la démocratie car il va revenir à toutes et tous de pouvoir décider si un référendum est organisé. Mais c’est aussi une bataille contre les privatisations et pour la préservation et le développement des biens communs et pour les services publics", assurent-ils.

Pour Attac, il s’agit aussi d’un combat pour la sauvegarde de l’environnement et pour la transition écologique, car rien ne serait pire que laisser les clefs du transport aérien aux intérêts privés.

Depuis des années la privatisation des biens publics se fait à marche forcée. Des entreprises assurant des services publics sont vendues à des intérêts privés. Ignorant des objectifs sociaux et environnementaux de long terme, elles en profitent pour augmenter leurs prix, au détriment des usagers.

Elles les transforment en machines à produire des dividendes pour les actionnaires, privant les finances publiques, et donc les services publics, de sommes considérables. Le scandale de la privatisation des autoroutes, celle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, impulsée par l’actuel président de la République lorsqu’il était ministre, en sont de tristes exemples.

Mais cela ne leur suffit pas : outre les aéroports, la Française des Jeux, Engie, l’Office National de la Forêt, les barrages hydroélectriques, les ports, les routes nationales et d’autres sont les nouvelles cibles.

Les militants d’Attac déplorent que "pendant ce temps, les hôpitaux publics sont au bord de l’explosion, des services hospitaliers, des lignes ferroviaires et des bureaux de postes ferment, les services publics s’éloignent des usagers, le statut de la Fonction publique est démantelé, les administrations et les entreprises publiques sont de plus en plus gérées comme des entreprises privées avec pour seul critère la rentabilité financière, au détriment de la satisfaction des besoins sociaux de toute la population".

La bataille contre la privatisation d’AdP est commencée, soulignent-ils, en précisant qu’après des luttes syndicales importantes, plus de 200 parlementaires ont été à l’initiative du processus de référendum d’initiative partagée. Des appels à signature se multiplient.

Compte tenu de l’impératif de la procédure institutionnelle, qui exige qu’il y ait 4,7 millions de signatures de citoyen(ne)s, et qui exclut toutes celles et ceux qui vivent ici et n’ont pas le droit de vote, donnons à cette campagne l’ampleur nécessaire et impulsons une dynamique de rassemblement.

Il s’agit, selon eux, d’en faire l’affaire de la société et des citoyen(ne)s. C’est pourquoi nous lançons une coordination de mouvements et d’organisations syndicales, associatives et politiques contre la privatisation d’Aéroports de Paris et plus largement contre les privatisations, pour les services publics et les biens communs.

Attac veut atteindre 4,7 millions de signatures, pour que puisse se tenir un référendum national. "Si cet objectif est atteint, ce sera un grand coup d’arrêt au rouleau-compresseur d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui projettent de privatiser un grand pan de l’économie et qui laminent ce qu’il reste de services publics", écrivent les militants.

Pour signer la demande de référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris :
https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1