Actualités

Au peuple réunionnais de choisir son avenir

Depuis le soutien du PCR et son entrée en campagne, la dynamique ne cesse de s’amplifier autour de Jean-Luc Mélenchon

Manuel Marchal / 11 avril 2017

8 jours après l’annonce du soutien du PCR à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, l’entrée en campagne du Parti communiste réunionnais est bien accueillie par la population. Depuis l’entrée en campagne du PCR, la dynamique ne cesse de s’amplifier autour de Jean-Luc Mélenchon. Le PCR est le seul parti ayant des responsabilités électives à soutenir cette candidature à la présidentielle. Il a décidé de s’engager à fond pour que le score de son candidat soit le plus élevé possible à La Réunion, sur la base d’un projet permettant de donner le pouvoir au peuple, pour que les Réunionnais puissent décider eux-mêmes de leur avenir.

JPEG - 51.5 ko
Le mot d’ordre du 9e Congrès du PCR : rassemblement pour la responsabilité.

Le Parti communiste réunionnais est entré en campagne au soir du 2 avril, date de l’annonce de son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Cette décision s’est faite sur la base d’une convergence. Le PCR estime en effet qu’il est nécessaire de changer de cadre pour que les Réunionnais puissent avoir la possibilité de mettre fin à la crise qu’ils subissent depuis des décennies. Cette situation trouve ses racines dans l’intégration de La Réunion à la France. Dans ce cadre, le PCR a mené des batailles pour que la loi du 19 mars 1946 s’applique. C’est la lutte victorieuse pour l’égalité sociale. Elle a permis aux Réunionnais d’obtenir des milliards d’euros et une couverture sociale qui a libéré les plus démunis de la menace de famine et de la surmortalité provoquée par la misère.

Mais dès 1959, une nouvelle génération de communistes autour de Paul Vergès avait défini une nouvelle ligne sur la base d’une analyse. La départementalisation était inapplicable à La Réunion, ce qui signifiait que l’intégration à la France d’un pays situé à 10.000 kilomètres était impossible. D’où la naissance du mot d’ordre d’autonomie, avec comme moyen la création d’une assemblée élue par les Réunionnais chargée de gérer leurs affaires, et celle d’un outil pour libérer le peuple réunionnais du joug colonial : le Parti communiste réunionnais.

Réussir comme nos aînés

Populaire dans les masses, cette ligne a été combattue par tous les moyens par les tenants du statu quo. La violence et la corruption cherchaient à affaiblir le mouvement. Cela ne fit que renforcer le lien entre le PCR et son peuple.

58 ans après la création du PCR, les communistes ne sont plus les seuls à appeler à ce changement de cadre. Les hommages rendus lors des obsèques de Paul Vergès ont été très clairs sur ce point. Deux responsables de la droite, Nassimah Dindar, présidente du Département, et Didier Robert, président de la Région, ont fait le même constat. Le cadre actuel manque de lisibilité, et il convient de sortir du néocolonialisme. Du côté du Progrès, Patrick Lebreton a dit récemment qu’il faut « changer de logiciel », confirmant les propos qu’il tenait quand il conduisait la liste d’union avec les communistes aux élections régionales en 2015.

Cette élection présidentielle peut être l’occasion de la réouverture de la fenêtre de tir qui a existé pendant quelques mois d’octobre 1945 à mai 1946 lors de la convocation de la première assemblée constituante de la 4e République. Pendant ces quelques mois, les deux députés de La Réunion, Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, candidats du CRADS et membres du groupe communiste à Paris ont travaillé avec leurs collègues de Guadeloupe, Guyane et Martinique pour présenter une proposition de loi qui fut adoptée à l’unanimité.

Convergences du candidat avec Paul Vergès

Avec le projet d’Assemblée constituante porté par Jean-Luc Mélenchon, une remise à plat devra être faite, plaçant les Réunionnais face à leurs responsabilités. Dans son entretien diffusé hier sur Antenne Réunion, le candidat a en effet indiqué à plusieurs reprises que c’est au peuple de prendre la parole. Il a également à maintes reprises souligné ses convergences avec Paul Vergès, notamment sur l’autonomie énergétique, l’autonomie alimentaire et sur la capacité des Réunionnais à relever des défis à cause de leur environnement insulaire.

C’est avant tout pour ce projet de 6e République construite à partir d’une Assemblée constituante que le PCR a choisi de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Depuis cette décision, le PCR est entré en campagne. Il est la seule force politique organisée et ayant des responsabilités à La Réunion à avoir fait ce choix. Les contacts avec la population lors des distributions de tracts ainsi que les succès des réunions publiques confortent cette ligne. En apportant son soutien à Jean-Luc Mélenchon sur la base de la revendication de la responsabilité des Réunionnais, le PCR a donné une nouvelle impulsion à cette campagne électorale. Une dynamique s’est enclenchée, nul doute que les communistes continueront à l’amplifier pour qu’au soir du premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril, le candidat soutenu par le PCR puisse obtenir le meilleur score possible à La Réunion, grâce à un vote massif des Réunionnais.

M.M. 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Avant de dire que le vote pour Mélenchon est un vote pour l’avenir de la Réunion il faudrait peut être présenter aux réunionnais ce qui est prévu dans son programme pour l’île de la Réunion . Que va t-il changer par rapport au statut actuel pour que l’avenir de la Réunion change .

    Il nous parle d’une nouvelle constitution mais ne nous dit pas vraiment quelle sera la place des outre mer dans la France qu’il veut construire demain . Donner au réunionnais et aux populations d’outre mer la possibilité de gérer leurs affaires avec une plus grande autonomie et surtout une plus grande responsabilité dans leur environnement géographique et géopolitique serait certainement une bonne chose . Mais il ne faudrait pas que derrière ces mots se cachent une volonté de conduire les réunionnais vers une séparation de la mère patrie .

    La seule possibilité d’évoluer dans ce sens là passe par l’organisation d’un référendum dans lequel il ne s’agira pas d’élire un président mais de décider clairement sur le statut de la Réunion et peut être sur celui d’autres territoires si leur population le souhaite .

    Le vote Mélenchon n’est donc qu’une étape à franchir et comme le dit monsieur Elie Hoareau c’est après qu’il faudra rassembler car les communistes ne sont pas les seuls qui veulent que les choses changent à la Réunion.
    Monsieur Mélenchon est actuellement bien placé dans les sondages pour l’élection présidentielle Il occuperait la troisième place devant Messieurs Hamon et Fillon et aurait même la possibilité d’être au second tour si le rassemblement de tous ceux qui veulent un changement et une orientation nouvelle de la politique dans notre pays s’accentue autour de son nom .

    Ce rassemblement intéresse bien entendu les socialistes qui se positionnent vraiment à gauche mais il pourrait également intéresser les radicaux ou les centristes et bien sur de nombreuses personnes qui ne vont plus aux urnes depuis un certain temps et attendent que se présente une occasion sérieuse de changement . Si bien qu’il ne serait pas étonnant si l’attirance exercée par Mélenchon sur les citoyens français continue que celui ci se retrouve au deuxième tour. Ce serait déjà une grande victoire même s’il n’était pas élu . Mais ce serait une victoire du bon sens et de la sagesse populaire et non une victoire exclusivement communiste .

    Ce n’est pas parce que le 8 mai on constatera qu’un peu plus de 40% des électeurs français auront voté Mélenchon que l’on pourra dire qu’il y a 40% de communistes en France . Et si ce raisonnement est valable pour la France il sera valable également pour la Réunion . Les communistes de la Réunion devront tenir compte de cette réalité lorsqu’ils aborderont la deuxième étape celle qui devrait aboutir à une véritable autonomie politique .

    Article
    Un message, un commentaire ?