Actualités

Carrière de Bois-Blanc : « Un désastre environnemental »

Législative partielle dans la 7e circonscription : 3 questions à Gilles Leperlier

Témoignages.re / 8 septembre 2018

Gilles Leperlier, candidat à l’élection législative sur la 7e circonscription, défend un programme de développement durable et solidaire pour La Réunion. Témoignages donne la parole au candidat du Parti Communiste Réunionnais, ainsi qu’à sa suppléante Jessie Caro, sur leurs propositions phares.

JPEG - 113.4 ko
Gilles Leperlier.

Alors que la Commission d’Enquête a autorisé l’ouverture de la carrière de Bois-Blanc, Gilles Leperlier revient sur son opposition à ce projet. Le candidat à l’élection législative sur la 7e circonscription nous livre sa solution alternative.

Gilles Leperlier, vous aviez appelé à dire « non à la carrière de Bois-Blanc », pourquoi ?  
Ouvrir cette carrière, c’est exposer la population à de lourdes nuisances : augmentation du trafic routier, nuisances sonores causées par les tirs de mine, inhalation de poussière, risque explosif… La population a déjà dit « non », et son avis doit être entendu et pris en considération. De plus, les enjeux environnementaux et paysagers ne sont pas pris en compte. Ouvrir une carrière à cet endroit, c’est réduire en poussière une partie de notre nature et de notre paysage réunionnais. J’estime que notre santé et notre environnement sont prioritaires.

Malgré cela, la commission d’enquête a rendu un avis favorable… Qu’en pensez-vous ?
Une fois encore, les politiques en place affichent leur mépris de la population, au profit de grosses sociétés. Cette décision illustre l’inconscience des politiques face aux dangers climatiques qui nous guettent. Nous le voyons dans le monde entier, le réchauffement climatique est en train de tuer la planète et l’espèce humaine à petit feu. Et il aura de lourdes conséquences sociales, économiques et environnementales. C’est pourquoi il est important de se mobiliser, encore et encore, contre ce genre de décision. Je serai ce dimanche, aux côtés du collectif « Touch pa nout roche », pour faire entendre la voix de la population.

Le chantier de la route en mer est malgré tout bien entamé, quelle alternative proposez-vous ?
Nous étions contre la Nouvelle Route du Littoral au départ, nous avons toujours défendu un mode de transport et de déplacement en commun et écologique. Le projet étant autant avancé, nous serons obligés de le terminer. C’est pourquoi nous proposons la solution du « tout viaduc », avec si nécessaire un fond de compensation pour les transporteurs. Nous demanderons également à ce que la route soit soumise à une expertise environnementale et financière avant d’amorcer la seconde partie.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Suite de la série, à quand le prochain épisode ? Ce qu’il faut c’est faire comprendre aux citoyens que l’on ne peut pas raisonnablement poursuivre dans cette voie actuelle : plus de 25 000 voitures importées chaque année, sans compter camions, tracteurs, remorques, motos, cars... Tout cela pollue, engendre des poussières cancérigènes pour nos poumons, sur l’île de la Réunion, il y a 4 ou 5 fois plus d’ashmatiques qu’en France métropolitaine ! A quand une pétition et un encouragement à utiliser les transports en communs ? Seuls 5% de la population les utilisent, soit 10 fois moins que la moitié. Cela est scandaleux ! Dunkerque vient de les rendre gratuits, c’est possible. D’abord les WE, ensuite donc, tous les jours, cela entraîne en plus du lien social. Il n’y a plus d’argent, de délis, de contrôleur, c’est payé grace aux taxes sur les transports que les entreprises doivent acquitter. Cela fait plus de 22 villes qui ont franchi les pas (Aubagne, Castres, Dunkerque... Voir la liste sur internet). Conclusiion, c’est donc possible si on le veut vraiment, et créateur d’emploi. Vive le retour du train local, un "TER-PEI" entre St Benoît et St Joseph, plus des téléphériques, propres, silencieux, créateurs d’emplois durables, propres eux aussi, voilà, c’est tout. Nous verrons bien combien de temps prendrons les décideurs à se décider, pour nous, notre avenir, celui de nos enfants, de notre planète qui surchauffe. Voir la presse, où des célébrités réagissent, "notre maison brule et on ne fait rien" disait Mr J Chirac, il y a quelques années déjà. Entre temps, Mrs Sarkozy, Hollande et Macron sont devenus présidents de la République, et Mr Nicolas Hulot est parti, marre d’être contrarié, bloqué dans son action pourtant nécessaire car l’économie doit être au service de l’économie ! Avec tout ce qui se passe dans le monde, sur l’île de la Réunion aussi, finalement, il est facile de constater qu’on en est loin, l’individualisme, l’égoisme, le narcissisme l’a emporté, c’est bien dommage. Il faut plus d’humanité, d’altruisme et de pédagogie. Ne pas se laisser séduire par le "toujours plus pour (sembler) être plus heureux", bon dimanche, Arthur qui constate les dégats de jours en jours. La Réunion est de plus en plus polluée !

    Article
    Un message, un commentaire ?