Actualités

Célébration du 75e anniversaire de l’abolition du statut colonial de La Réunion Place Paul-Vergès à Saint-Denis

Initiative de l’association « Pour le 19 mars célébré »

Manuel Marchal / 17 mars 2021

Vendredi 19 mars à Saint-Denis, l’association « Pour le 19 mars célébré » invite à une cérémonie marquant le 75e anniversaire de l’abolition du statut colonial à La Réunion. Le 19 mars 1946 était promulguée la loi mettant fin au statut d’infériorité des Réunionnais, moins de 6 mois après l’élection des députés à qui les Réunionnais avaient confié cette mission : Raymond Vergès, fondateur de Témoignages, et Léon de Lépervanche.

JPEG - 86.5 ko

La Section PCR de Saint-Denis a publié hier le communiqué suivant :

« Tous les ans depuis une quinzaine d’années nous cherchons à marquer par une action la date du 19 mars, date anniversaire de la loi qui a fait sortir La Réunion du statut colonial, grâce à l’action des députés Léon De Lépervanche et Raymond Vergès.
Cette année, l’association « Pour le 19 mars célébré » vient de tenir son AG et certains de ses membres (qui sont aussi membre de la section de Saint-Denis) ont collaboré à l’écriture d’une brochure qui sera présentée ce vendredi 19 mars 2021, Place Paul Vergès, à Saint Denis. »
Le communiqué se poursuit par la présentation du déroulé de cet événement :

9h : accueil et installation

9h15 : présentation de l’initiative par l’Association pour le 19 mars célébré.

9h30 : présentation de la brochure par Julie Pontalba et Risham Badroudine.

10h10 : intervention de Raoul Lucas

10h20 : intervention de Elie Hoarau

10h30 : intervention de Mme la Maire, Ericka Bareigts

10h50 : remerciements.

11h00 : fin.

L’aboutissement d’une revendication des syndicats réunionnais

Ce sera donc à Saint-Denis, sur la place qui porte le nom de Paul Vergès, qu’aura lieu cette commémoration. Ce choix symbolique rappelle que lorsqu’il était sénateur, Paul Vergès fut l’auteur d’une proposition de loi demandant à ce que le 19 mars puisse être un jour férié à La Réunion.

En effet, dans toutes les anciennes colonies, la fin du statut colonial est généralement un jour férié, et c’est souvent la fête nationale. Rien de tout cela à La Réunion, où le statut colonial a été aboli depuis 75 ans. D’où des initiatives telles que celle de l’Association pour le 19 mars célébré qui luttent pour que les Réunionnais puissent pleinement s’approprier cette date de leur histoire.

Pourtant, la fin du statut colonial est une revendication qui fut portée depuis les années 1930 par les syndicats et la Ligue des droits de l’Homme, afin d’obtenir l’application automatique des lois sociales votées en France dans le but d’améliorer la situation des plus pauvres. Ces syndicats se structurèrent en Fédération réunionnaise du Travail, fondée en 1937 dans le cinéma Casino du Port, le bâtiment voisin de celui qui abrita 18 ans plus tard le congrès fondateur du Parti communiste réunionnais.
Ce mouvement social trouva sa traduction politique dans le CRADS, un front de libération animé par les communistes, qui donna à La Réunion ses deux premiers députés élus au suffrage universel : Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, des anciens dirigeants syndicaux de la FRT.

Cette élection se fit sur une base claire : la fin du statut colonial. Moins de 6 mois après leur élection, les deux députés de La Réunion avaient atteint cet objectif, s’est alors ouvert une nouvelle bataille : l’égalité.

M.M.