Actualités

Contribution de la section communiste de Saint-Denis au programme régional 2021-2027

Elections régionales

Témoignages.re / 19 avril 2021

La Section PCR de Saint-Denis a publié hier un communiqué contenant ses propositions pour la prochaine mandature du Conseil régional. Les communistes de Saint-Denis avait fait le choix de l’alliance avec Ericka Bareigts aux municipales, et sont fiers que le PCR fasse confiance à la maire de Saint-Denis pour conduire la liste aux régionales.

JPEG - 69.8 ko
Des communistes dionysiens hier à la fête de la victoire au Barachois : Mathieu Raffini (conseiller municipal de Saint-Denis), Florence Moulama (colistière d’Ericka Bareigts), Ary Yée Chong Tchi Kan (secrétaire du PCR aux affaires internationales), Julie Pontalba (conseillère municipale de Saint-Denis), et Jean-Noël Abodi (colistier d’Ericka Bareigts)

Rappel du contexte.

Les Communistes de Saint Denis sont fiers de constater que leur choix d’alliance aux dernières municipales a été juste et que le parti s’en est inspiré pour les Régionales, en faisant confiance à Ericka Bareigts. Nous espérons qu’un débat est définitivement clos : « Didier Robert ne pouvait pas être notre principal adversaire à Saint-Denis et un allié d’autres camarades, ailleurs ». Cette phrase est extraite du rapport d’activités voté à l’AG du 29 août 2020, « Avancer pas à pas, ensemble ».

Rappel du contenu municipal.

« La mandature 2020-2026 s’inscrit dans le calendrier des Objectifs du Millénaire pour le Développement Durable 2015-2030 qui ont été ratifiés par tous les États à l’ONU, et donc la France. L’éradication de la pauvreté a été retenue comme priorité numéro UN. Devant l’échec de l’Etat, les pouvoirs publics doivent prendre le relais. (…)

Nous sommes conscients que l’élimination totale de la pauvreté dépend d’un projet de Développement Durable à l’échelle de La Réunion mais l’occasion nous est donnée d’amorcer le tournant. »

Apport au Programme des Régionales.

1-Abréger la souffrance de nos compatriotes pauvres.
2-Supprimer les avantages accordés à des élus et des hauts fonctionnaires.
3-Redonner le pouvoir aux Citoyens
4-Des villes du 3e Millénaire.
5-Préparer une nouvelle génération de cadres politiques.

1-Abréger la souffrance de nos compatriotes pauvres.

Les statistiques sont connues. Derrière les chiffres, il y a des femmes, des hommes et des enfants qui n’ont même pas 5 euros par jour pour s’alimenter (le prix d’une barquette) ; pour 30 jours, cela fait 150 euros pour ce seul poste de dépense. Généralement, ils sont au chômage, vivent de petits boulots et de colis alimentaires. A ceux-là s’ajoutent les « nouveaux pauvres » constitués de travailleurs précaires et de chefs de petites entreprises ou d’exploitation agricole étranglés par des tas de tracasseries. Des milliers d’entre eux ne se relèveront pas de la crise sanitaire engendrée par les mauvaises décisions prises par 2 fonctionnaires d’Etat.
Il est facile d’identifier nos compatriotes en extrême souffrance, puis de prendre les mesures qui renouent avec la dignité humaine. Nous affirmons que l’Etat et les Collectivités en ont les moyens.

2-Supprimer les avantages.

Dans ce contexte social, un geste apprécié par toute l’opinion serait la fin des avantages accordés aux élus et aux agents de la haute administration. Par exemple, à Saint-Denis, les voitures de fonction ont été supprimées et la dépense a été orientée vers la cantine scolaire. Nous nous sommes félicités que, dès sa prise de fonction, la Maire a refusé de prendre les 40 % d’augmentation d’indemnité à laquelle elle avait droit par la loi.

3-Redonner le pouvoir aux Citoyens.

Les élections divisent le peuple. Après le scrutin régional, nous devons créer un espace de réconciliation et de fraternité. La Conférence Territoriale Publique qui relève de la compétence de la Région doit être élargie aux Citoyens afin d’élaborer un projet de développement solidaire et durable sur 20 ans au moins, avec des objectifs précis et un calendrier de réalisation. Ainsi, chaque personne pourra se sentir utile pour lui, ses proches et son pays.

4-Des villes du 3e Millénaire.

Depuis la loi du 19 mars 1946, la population est passée de 225 000 à 900 000. En 75 ans, une seule commune a été créée, c’est Cilaos. Donc 23 communes et le conseil général sont des institutions qui ont été érigées sous l’Esclavage et la Colonie. Ainsi, durant 300 ans, les rapports détestables qui avaient cours sur les grosses propriétés ont modelé les relations publiques entre élus et administrés. Le système patriarcal était total. Il est grand temps de changer de mentalité.

Par ailleurs, on a besoin aujourd’hui d’un équivalent de 10 villes nouvelles de 20 000 habitants pour absorber la croissance démographique et le déplacement des populations littorales menacées par la montée de la mer. La gouvernance de ces nouvelles entités pourrait être confiée à 10 groupes de jeunes qui devront imaginer et construire des villes du 3e Millénaires Il faut de l’audace. Ce serait un geste de confiance inter-générationnelle.

5-Préparer une nouvelle génération à la politique.

La Région devra se préoccuper de la formation à l’esprit critique de la société réunionnaise. Les grandes transformations en cours, ici et ailleurs, nécessitent d’avoir un peuple clairvoyant et volontariste. La paralysie occasionnée par la pandémie au Sars Cov-2 montre que nous sommes de nature fragile. C’est pourquoi l’enseignement à la modestie et la sobriété doit remplacer celui de l’infaillibilité de l’espèce humaine. L’éducation à la Paix entre les peuples devient primordial, elle doit être au fondement de la politique du bon voisinage.

Saint Denis, Comité de Section du PCR