Actualités

Création du groupe Solidarité dionysienne

Elections municipales à Saint-Denis

Julie Pontalba / 13 décembre 2019

La section PCR de Saint-Denis a annoncé hier par voie de communiqué la création du groupe Solidarité dionysienne au travers de la diffusion de son manifeste. Ce document est introduit par une déclaration de Julie Pontalba dont voici le contenu :

JPEG - 60.2 ko

« Dans le courrier qui vous a été adressé le 8 novembre (NDLR voir « Témoignages » du 9 novembre « Etre utile durant le mandat municipal 2020-2026 », je posais la question : Comment être utile durant la mandature 2020-2026. Je vous faisais part de mes observations sur la nécessité de s’attaquer à la pauvreté multiforme. J’avançais l’idée d’un sursaut collectif et j’appelais à une large union dionysienne. 

Le 14 novembre, j’annonçais dans un autre courrier que la municipalité actuelle avait réagi positivement à ma proposition d’une large union dionysienne. Dès ce moment, il n’y avait plus lieu de constituer une liste séparée. J’en ai profité pour compléter mes réflexions par un début de programme centré sur "l’éradication de l’extrême pauvreté" durant la prochaine mandature.  

Durant le mois écoulé, mes amis et moi, nous avons consigné nos réflexions dans un document de 2 pages. C’est l’essentiel de ce qui pourrait fonder notre coopération dans une démarche commune. Il s’adresse à nos partenaires, à l’opinion publique, à nos éventuels élus, aux militants et aux organisations politiques. 

Quelques commentaires. 

Sur le contexte.

Avant-hier, le Prix Nobel de l’Economie a été attribué à 3 économistes dont la Française Ester Duflo pour leurs travaux sur la manière de traiter la pauvreté. Les résultats de leurs recherches confirment qu’il n’y a pas de situation bloquée. Dans notre société gagnée par la fatalité, nous sommes encouragés à briser le mur de l’ignorance. Car, on ne fait pas le bonheur d’une moitié de la population, en abandonnant l’autre moitié à quémander des subsides, du surplus ou des restes. 

Sur le fond du dossier.

Au fil du mandat municipal 2020-2026, nous serions très heureux si des centaines, voire milliers, de pauvres auront réussi à sortir d’une situation de survie pour trouver le chemin de la résilience. 
Ne nous trompons pas de combat. Il s’agit d’une élection de proximité. Les affrontements de personnes n’ont rien réglé. Il faut s’unir sur des objectifs précis. Derrière chaque pauvre, il y a un être humain. Derrière chaque famille pauvre, il y a des enfants pauvres. Notre société réunionnaise est en train de reproduire des générations de pauvres. 

Pour nous le traitement de la grande pauvreté est un chantier aussi important, sinon plus, que la construction d’une quelconque infrastructure. D’un côté, on améliore la vie, de l’autre côté, on redonne la vie. Il nécessite la constitution d’une équipe dédiée expressément à ce chantier innovant, depuis sa conception jusqu’à sa mise en oeuvre, sans oublier le suivi. »