Actualités

Des milliers d’écoliers lancent une grève mondiale pour le climat

Manifestation pour le climat

Témoignages.re / 21 septembre 2019

Des centaines de milliers d’écoliers ont donné vendredi 20 septembre en Asie, dans le Pacifique et à La Réunion le coup d’envoi d’une journée de manifestations mondiales qui devraient constituer la plus grande mobilisation jamais organisée.

Les jeunes manifestants appellent les adultes à agir contre la catastrophe climatique. Les élèves ont répondu en masse à l’appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg à boycotter les salles de classe, l’espace d’une journée, pour cette très symbolique "grève de l’école pour le climat".

Plus de 5.000 événements ont été organisés sur toute la planète pour la campagne "Fridays for Future" qui entend mobiliser les enfants du monde entier, dans le but de persuader les décideurs et les entreprises de prendre des mesures drastiques pour enrayer l’envol des températures provoqué par les activités humaines.

Le point culminant de cette journée est une manifestation monstre à New York où sont attendus 1,1 million d’élèves de 1.800 écoles publiques. Dans le Pacifique, des élèves ont lancé la journée au Vanuatu, aux Salomon ou encore aux Kiribati, où des enfants scandaient : "Nous ne coulons pas, nous nous battons".

Dans un message vidéo, Greta Thunberg a appelé jeudi 19 septembre les enfants à s’approprier le combat. "Tout compte. Ce que vous faites compte", a déclaré la Suédoise de 16 ans devenue la porte-parole d’une jeune génération convaincue que leurs aînés n’en font pas suffisamment pour lutter contre le réchauffement climatique

Des rassemblements ont aussi eu lieu en Inde, à Delhi et Bombay, et des milliers de personnes défilaient aux Philippines, un archipel également gravement menacé par l’élévation des océans.

En Australie, certaines entreprises, administrations et écoles ont même encouragé leurs employés et les élèves à participer à cette journée. En effet, le pays subit de plein fouet les dérèglements climatiques, avec des sécheresses de plus en plus graves, des feux de forêt de plus en plus intenses, des pluies diluviennes ou encore la dégradation de son emblématique Grande Barrière de corail.

A LA Réunion, plus d’une centaine ont scandé "Et un et deux et trois degrés ! C’est un crime conte l’humanité", ou encore "on est chaud chaud, plus chaud que le climat !". Miuni de pancartes, il étaient nombreux aussi à Saint Pierre.

La journée du 20 septembre donner à New York le coup d’envoi de deux semaines d’actions, avec notamment samedi 21 septembre le premier sommet de la jeunesse sur le climat organisé par l’ONU.

Outre Greta Thunberg, 500 jeunes sud-américains, européens, asiatiques et africains sont attendus. Et vendredi 27 septembre, pendant l’Assemblée générale de l’ONU, aura lieu une autre grève mondiale coordonnée. Un sommet spécial climat est également prévu lundi 23 septembre aux Nations Unies, avec une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement, dont Emmanuel Macron et Angela Merkel.

De nombreux dirigeants souscrivent à l’idée d’une urgence climatique, mais tardent à donner les détails concrets de leurs plans climatiques. Ainsi, pour avoir une chance de stopper le réchauffement du globe à +1,5°C (par rapport au XIXe siècle), il faudrait que le monde soit neutre en carbone en 2050, selon le dernier consensus de scientifiques mandatés par l’ONU.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Urgence pour la Réunion, modèle à suivre si elle se lance, ose le faire, c’est vital pour le long terme !

    Voici ce que je propose, le plus vite possible :

    - l’autonomie énergétique (géothermie, éolien, solaire, biomasse, houle, du département-région qui devrait fusionner pour faire des économies, bien utiles, comme la Corse enfin. Ne plus importer du pétrole pour le bruler pour obtenir de l’électricité qui servira au cumulus d’eau qui devraient être intedits, l’exemple parfait à ne plus reproduire, privilégier le court terme et aux marmites à riz, une hérézie quand on y pense.

    - taxer les moteurs diésels, ce carburant, largement employé dans l’île de la Réunion, demandez à un pompiste, engendre des micro particules cancérigènes dans nos poumons, les nôtres et ceux de nos enfants, nés et à naitre, beurk ! Pas terrible finalement le "tout bagnole", à long terme.

    - développer les transports en communs, par rail sur les sols (tramways, train type TER-Péi, mer (navettes à voile ou à moteur, électrique enfin eux aussi) ou suspendus pour rejoindre en ligne droite les différents "hauts", les lignes de St Denis (Bois de Néfles-Chaudron, Bellepierre-La Montange, puis le Brulé, St Jaques, la Bretagne, puis par exemple, St Pierre-Le Tampon, St Leu-Cilaos etc).

    - mettre à disposition enfin, des vélibs, comme à Paris depuis 2007 et d’autres villes, grandes ou moyennes.

    - les rendre gratuits comme plus de 23 villes en métropôle, en 2018, celle de Dunkerque à franchi le pas, la prochaine, Calais. C’est possible si on le veut vraiment, les entreprises paient déjà un impôt "transports", il faut le savoir.
    - développer des cultures bio, profitez de la géographie, qui offre l’inversion des saisons, pour davantage exporter les produits de la Terre, surtout les fruits tropicaux, très appréicés en Métropôle.

    - ne plus importer du sel, car la Réunion, est tout simplement entourée d’eau salée !

    - ne plus s’acharner à produire du sucre, et produits dérivés comme le rhum qui déjà provoquent des maladies graves, comme le diabète dont on ne se débarrasse jmais une fois attrapé et l’alcoolisme qui fait des ravages sur les routes, dans les familles.

    - développer les circuits courts, imposer des produits Bio dans les cantines, les snacks, les camions bars, food trucks et Cie.

    - ne plus importer ce qui peut être produit ici, quelle stupidité de voir sur les étals, des produits importés tels que du rhum antillais, des avocats du Mexique, des oeufs, du thym de Métropôle, de la vanille dont on sait d’où !....

    - créer du lien social en faisant en sorte qu’il y ait plus d’animations dans les centres villes, des jardins familiaux par exemple. Que c’est triste St Denis les dimanches, jours fériés ces jours-là dès les matins en centre ville. Lui créer un centre entièrment piétons, touristes, avec des véhicules réservés aux seuls résidents, deux roues à vitesse lente, taxis et livreurs uniquement. Il est difficile de se garer, même si à un moment c’est gratuit, faut reconnaître. On n’a pas envie d’y trainer, flaner devant toue ces boutiques fermées, ses graffitis aussi parfois, ces façades moches, au charme improbable finalement.

    - demander aux citoyens de signaler tout de suite un problème pour action rapide, je pense aux encombrants, aux feux tricolores en panne, des trous dans le chaussée, une prise en compte de suggestions qui ne sont pas toujours onéreuses pour le budget mais plutot issues de réflexions, de la logique, de ceux, celles qui sont concernés.

    - encourager le départ ce ceux, celles qui ne trouvent pas de travail ici ou qui sont sous employés. Exemple, est-il "normal" d’apprendre qu’un ex BTS mécanique se trouve à un poste d’ouvrier dans un garage pour se charger de changer des pneus, alors qu’un CAP, BEP, pourrait le faire ?

    - encourager davantage les coopérations régionales : Madagascar, un scandaleux pays pauvre, gangréné par la corruption, tout est àfaire là bas ; replanter des arbres, 90% de forêts détruite, chemin de fer en ré utilisant du matériel qui dort, en bon état de la SNCF. Voir sur You Tube, la vidéo du dépôt de Sauteville les Rouen, un véritable scandale on trouve.
    - installer systématiquement des poubelles de tri dans chaque lieu publics comme tous les arrêts de bus, tramways, téléphériques, les rues, les magasins, ne pas o ublier des déposes cigarettes, des mégots, jonchent les sols et un seul pollue 500 litres d’eau, ils sont toxiques car bourrés de produits chimiques tels l’arsenic, les plastiques, etc. Re Beurk !

    Voilà des exemples qui je pense pourraient améliorer les choses, créér des postes de travail durables, dignes. bon WE patrimonial. Arthur qui tousse en vélo hélas encore.

    Article
    Un message, un commentaire ?