Actualités

Didier Robert veut-il acheter l’amour de Saint-Denis avec l’argent de Saint-Denis ?

Un fait révélateur du niveau de la campagne électorale

Manuel Marchal / 13 mars 2020

Un tract circule à Saint-Denis sur lequel figure cette étonnante promesse : 200 euros pour chaque enfant dionysien si Didier Robert est élu maire. Cette somme est destinée à l’achat de fournitures scolaires et au financement de l’adhésion à un club de sport. Ce tract est révélateur du niveau auquel est descendu le débat politique à La Réunion.

JPEG - 49.8 ko

Un tract bien surprenant circule à Saint-Denis à quelques jours du premier tour des élections municipales. En dessous d’une photo de Didier Robert figurent ces deux promesses :

« Avec Didier Robert, l’égalité des chances de nos enfants c’est 100 euros pour l’achat des effets scolaires+100 euros pour l’inscription dans un club sportif ou autre=soit 200 euros par enfant pour les familles. Didier Robert aime les Dionysiens ».

La surprise est de taille, car il est clair qu’un tel tract a un contenu pour le moins méprisant. Il sous-entend en effet que des personnes vont voter pour un candidat en échange d’une promesse écrite de recevoir 200 euros par enfant si jamais le président de la Région Réunion devenait maire de Saint-Denis. Par ailleurs, une telle promesse ne risquerait-elle pas de tomber sous le coup de la loi car elle pourrait être interprétée comme une tentative d’achat de voix ?

Aussi choquant soit-il, ce tract peut apparaître comme plausible. En effet, le hall de la Région s’est transformé en guichet d’agence de voyage où il est possible de retirer une aide supérieure à 300 euros pour l’achat d’un billet d’avion. Cette mesure a coûté plus de 50 millions d’euros l’an dernier alors qu’elle relève de la compétence de l’État. La distribution de bons d’achat de 500 euros sans condition de revenu pour qu’une famille puisse acheter un ordinateur à un élève inscrit en classe de seconde pour la première fois est une autre promesse de ce genre qui coûte cher à la collectivité, mais qui a contribué à la popularité de Didier Robert.

Alors de trois choses l’une :
- soit ce tract est l’oeuvre d’un adversaire de Didier Robert. Dans ce cas, il faut reconnaître que l’oeuvre est assez habile car le président de la Région est coutumier de ce genre de promesse faite avec l’argent qui n’est pas le sien mais celui des contribuables.
- soit ce tract est l’oeuvre d’un militant de Didier Robert victime d’un excès de zèle. Croyant bien faire, il ne se serait alors pas rendu compte de l’impact négatif de cette initiative auprès des électeurs. En effet, ce tract sous-entend qu’avec 200 euros par enfant, on peut obtenir le soutien d’un électeur ou plusieurs électeurs par famille.
- soit ce tract a été fait avec l’accord de Didier Robert, ce qui serait alors révélateur d’un état de panique à trois jours du scrutin. Car le contenu de ce tract ferait alors penser à une promesse de dernière minute destinée à redresser une situation désespérée. Ceci montrerait alors la faiblesse de celui qui est décrit comme un brillant stratège par des médias subventionnés par la Région avec l’argent des contribuables.

En tout cas, ce tract est révélateur du niveau où est descendu la campagne des municipales.

M.M.