Actualités

« Droit à la différenciation » : le PCR appelle à un calendrier de concertation réunionnais

Réaction du Parti Communiste Réunionnais au discours de politique générale de Jean Castex

Parti Communiste Réunionnais / 16 juillet 2020

Le Parti communiste réunionnais a donné hier sa position suite au discours de politique générale de Jean Castex, Premier ministre, devant l’Assemblée nationale. Jean Castex a souligné le droit à la différenciation des Territoires. Ceci a des conséquences pour La Réunion. Le PCR appelle à prendre au mot le Premier ministre, et à « lui adresser un calendrier de concertation réunionnais juillet-aout-septembre, à négocier en octobre et à intégrer dans les orientations budgétaires 2021 ». La boite à outils existe, écrit le PCR, « c’est la conférence territoriale, élargies à toutes les forces vives du pays »

JPEG - 99.1 ko
Le PCR prône la responsabilité des Réunionnais dans la recherche de solutions à la crise.

Depuis, 60 ans que le PCR lutte en faveur de la responsabilisation des Réunionnais, nous sommes habitués aux discours de politiques générales. Nous ne sommes pas surpris des accents péremptoires à connotations libérales. C’est un gouvernement à orientation libérale. Il faut prendre ce qui est positif et combattre de ce qui doit l’être. 

Cependant, nous voulons retenir l’accent mis sur l’importance des Territoires dans la conduite du redressement de la crise économique, sociale et écologique. Tous les Territoires seront dotés d’un contrat précis et chiffrés, dit-il. En appelant à libérer les énergies décisionnaires des Territoires, il envoie aux élus locaux, aux partenaires sociaux, aux forces vives et aux citoyens, la responsabilité de faire des propositions. Il assure le « droit à la différenciation ». 

Dans ces conditions, nous pensons qu’il faut prendre au mot le Premier Ministre et, toute affaire cessante, lui adresser un calendrier de concertation réunionnais juillet-aout-septembre, à négocier en octobre et à intégrer dans les orientations budgétaires 2021, à partir de novembre. En 1945, nos Députés du CRADS, Raymond Vergès et Léon de Lépervenche, associés aux Députés antillais et guyannais ont réussi à élaborer le projet de loi consensuel du 19 mars 1946. Il est possible aujourd’hui d’en faire autant en 4 mois. 

Le PCR réitère sa proposition d’élaborer un projet global, cohérent et solidaire, fait par les Réunionnais pour les Réunionnais. En particulier, il l’a exposé, en février à l’Elysée, par Maurice Gironcel. La boite à outil existe : c’est la Conférence Territoriale, élargie à toutes les forces vives du pays.