Actualités

Elie Hoarau : les Européennes, « une bataille pour l’avenir du pays »

Le grand témoin de la rencontre populaire de Saint-Paul

Manuel Marchal / 8 avril 2019

Elie Hoarau est intervenu ce 6 mars à Saint-Paul.

JPEG - 44.6 ko

Pour l’ancien député au Parlement européen, l’élection du 26 mai fait partie du combat pour l’avenir de La Réunion. Il constate que tous les secteurs sont en crise alors que cela fait moins de deux ans qu’ont eu lieu les Assises des Outre-mer. Cela montre l’importance de « changer fondamentalement la politique à La Réunion ». « C’est à nous de faire nous-mêmes un projet de développement global pour notre pays, cela nous permettra de mener notre politique de l’emploi à La Réunion, une politique des revenus pour réduire les inégalités, une politique de développement agricole, industriel. C’est le moment décisif ».

« En mettant tout le monde autour d’une table, quelque chose peut en sortir », poursuit le président du PCR, « c’est ce que propose l’évêque de La Réunion ».
La campagne électorale est « l’occasion d’expliquer que la bataille des Européennes s’inscrit dans la bataille pour l’avenir de notre pays ».

Et Elie Hoarau de conclure en appelant à la mobilisation la plus large le 26 mai prochain, pour que les Réunionnais puissent avoir une députée qui défende les intérêts de la population.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Mon Cher Elie,
    Cher Camarade ,
    Après avoir lu ton intervention "Pourquoi ai-je eu ce reflex d’aller chercher dans mes archives les moments où nous étions ensemble ou pas très loin l’un de l’autre ".. Pourquoi ? Mon ange gardien prend de temps en temps des initiatives heureuses et je l’en remercie .
    J’ai relu tous les numéros du journal des étudiants Réunionnais en Métropole "La ROCHE ÉCRITE". J’ai relu cette révolution tranquille qui a fait naître l" AGER à la place de l’ AGERM.(Congrès de Grenoble en 1968) Pour la première fois de notre histoire étudiants-travailleurs étaient unis ou presque . J’étais à cette époque un étudiant-travailleur . J’ai été élu au bureau national de cette nouvelle association . J’étais chargé des relations extérieures et je t’ai rencontré . Notre première rencontre s’est faite dans les locaux de l’association "La France des Iles". Tu es venu nous présenter en tant que secrétaire général du F.J.A.R. les solutions économiques pour sortir notre Ile de ce marasme économique. Tu m’as époustouflé . Pour la première fois je venais écouter et entendre les solutions à nos difficultés . Je buvais tes mots comme je bois chaque matin mon p’ti’ kafé pèi. Et sans te coller aux "fesses" je te suivais partout . Je lisais tout ce que ton association a su faire paraître .
    Tu étais déjà conseiller général de Saint Pierre . J’ai relu cette belle lettre que tu nous as envoyée au bureau national de l’ AGER. Elle commence par :" Au nom des jeunes travailleurs de mon association .." Votre association a su créer ce climat de confiance étudiants-travailleurs . J’ai comme travailleur épousé ce réalisme et dans les recommandations de l’ A.G.E.R. nous avons intégré cette union Etudiants-Travailleurs . J’ai vécu cette belle époque et je témoignerai demain de cette belle union Travailleurs-étudiants . Les jeunes d’aujourd’hui apprendrons ce que nous dans les années 1968 à 1980 avons réalisé ensemble Travailleurs-Etudiants ..
    C’est toi qui a semé cette belle graine . Accepte ma gratitude. Reçois mes remerciements.
    Bien sûr nous nous connaissons et comme deux vieux compères on se sert les mains et chacun par de son côté avec ce sourire qui en dit long . Ce sourire d’une complicité muette mais riche ...riche de partager le même idéal...riche de savoir que nous sommes au service des plus petits , des pauvres .. ;riches parce que toi et moi nous savons que l’autre peut compter sur toi , sur moi .Pourquoi se parler quand on vit la même chose !
    Et dans mon imagination nous voilà tous les deux au bord de la mer à Saint Pierre chacun avec un drapeau, le même drapeau, ce drapeau que la bise marine fait flotter dans l’air, ce drapeau que nous avons hissé, hissé très haut après avoir déboulonné le drapeau de la servitude ; Notre drapeau : LA FRATERNITE .
    Dois-je te remercier encore ? Tu n’aimes pas trop ça . Alors je vais pour toi faire une action rare. Je vais adresser un SMS au Dieu de la vie pour que tu restes des nôtres jusqu’à advitam eternan .
    Salut Elie , suis heureux de t’avoir connu et portes toi bien ., nous avons encore besoin de toi .Oui encore besoin de toi.

    Aimé

    Article
    Un message, un commentaire ?