Actualités

Elie Hoarau, président du PCR : « émergence d’une conscience réunionnaise »

Gala des 60 ans du Parti communiste réunionnais

Manuel Marchal / 6 juillet 2019

Le président du Parti communiste réunionnais a rappelé que le PCR a permis aux habitants de La Réunion de prendre conscience qu’ils étaient le peuple réunionnais. « Se battre pour le peuple réunionnais fait partie de l’ADN communiste. C’est l’apport des communistes : celle de la conscience d’un peuple réunionnais ».

JPEG - 76.5 ko

Le président du PCR rappela que 300 ans d’esclavage et de colonisation à La Réunion ont marqué les esprits. Durant toute cette période, il était dit aux Réunionnais : « vous n’êtes rien ». Le Réunionnais a toujours un complexe d’infériorité.
Cela a changé avec la création du PCR qui dit aux Réunionnais : « vous êtes un peuple réunionnais et soyez en fiers ».
« A partir de là est née une conscience réunionnaise », poursuivit Elie Hoarau, « les communistes réunionnais se sont battus pour valoriser tous les aspects d’un peuple, et pour le respect de droits fondamentaux liés à la dignité humaine ».

Maloya patrimoine de l’humanité

Et de souligner « la victoire la plus symbolique, c’est le fait que nous avons fait, avec le PCR à la Région, reconnaître la musique des plus opprimés, la musique des esclaves, le maloya, comme patrimoine mondial de l’humanité ».
Ces acquis sont fragiles, précisa-t-il, rappelant les remontrances de sa hiérarchie subit par un professeur parce qu’il s’est exprimé en créole.
« Parmi les difficultés, il y a la crise sociale qui n’est pas un facteur d’unité mais de division. Si on laisse se perpétuer la crise sociale, ce sera la dislocation de notre lien social », poursuit le président du PCR, « chercher à mettre fin à cette crise sociale, c’est arriver sur le terrain politique ».

Conférence territoriale

Elie Hoarau rappela des tentatives d’adapter des lois à Paris : la LODEOM, LOOM, LOPOM, EGOM, livre bleu aujourd’hui. Ceci n’a rien changé sur le fond, « il faut changer de logiciel ». « Le PCR a toujours eu un projet politique : donner plus de responsabilités aux Réunionnais. La question se pose aujourd’hui. Quelle est la politique qui permet de lever les grands défis qui nous font face ».
« Il faut aller vers plus de responsabilité pour plus d’autonomie, c’est maintenant qu’il faut le faire. Le président de la République veut faire une réforme de la Constitution. C’est à nous Réunionnais d’apporter nos propositions : un projet global et cohérent fait par les Réunionnais et exécuté par les Réunionnais avec une assemblée territoriale dotée d’un fonds de développement », précisa le président du PCR.
Ce projet peut s’élaborer dans la Conférence territoriale de La Réunion, qui comprendra toutes les forces vives afin d’aller vers une contractualisation du projet avec le gouvernement. La venue annoncée du président de la République au mois de septembre fixe d’ailleurs une échéance à ce sujet.
« Nous ne sommes pas les seuls à penser cela, nous avons vu les déclarations de l’évêque de La Réunion, soutenues par une centaine de personnalités », ajouta Elie Hoarau.

Voix réunionnaise dans le monde

Le PCR, c’est aussi l’émergence d’une voix réunionnaise qui s’est fait entendre dans le monde. Dès sa création, le PCR a soutenu toutes les grandes causes mondiales : Vietnam, Cuba, Jacques Vergès est reconnu comme un héros de la lutte de libération du peuple algérien, l’ANC a invité le PCR à son dernier congrès, pour remercier le PCR de sa solidarité dans la lutte contre l’apartheid.
Le PCR a été le premier pour dire que l’océan Indien va devenir une zone géostratégique très importante. Il a proposé à tous les autres partis progressistes de l’océan Indien, de proclamer Océan Indien zone de paix. Une cause toujours d’actualité, car « actuellement à Mahé aux Seychelles, a lieu un grand rassemblement pour dénoncer l’installation d’une base militaire de l’Inde. Dans ce grand rassemblement les Seychellois ont invité un membre du PCR, Ary Yée Chong Tchi Kan ».

A l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique

Ce n’est pas un hasard si le premier à avoir alerté sur les effets à venir du changement clmatique était Paul Vergès. Et comme tout communiste, il s’est interrogé sur la cause de ce phénomène : le modèle capitaliste qui met en danger la vie sur la planète. « Il faut changer de mode de production et de consommation. Notre rôle de communiste est de mettre un terme à ces activités qui polluent la planète ».
Et le président du PCR de conclure : « au bout de 60 ans, voici les combats que l’on continue à mener. Chacun apporte ce qu’il peut, c’est cela l’enrichissement de l’humanité. Plus que jamais le communisme est important, il faut continuer à alimenter cette flamme car c’est cette flamme qui est l’avenir de La Réunion, et même plus ».

M.M.