Actualités

Ericka Bareigts à Sainte-Suzanne : « Merci pour votre engagement, pour la mémoire, pour notre Histoire »

Visite sur le thème de la culture et du patrimoine

Témoignages.re / 26 avril 2021

Lors d’une seconde visite à Sainte-Suzanne en moins d’une semaine, la candidate aux régionales soutenues par le PCR a fait part de son soutien au projet de Centre culturel à Quartier Français.

JPEG - 83.3 ko

Ce samedi matin, Ericka Bareigts était de retour à Sainte-Suzanne. Après une première visite jeudi placée sous le signe des énergies renouvelables, celle de samedi concernait la mise en valeur de notre patrimoine.
En compagnie de Maurice Gironcel, Karine Nabenesa et Nadine Damour, Ericka Bareigts est allé tout d’abord à l’ancienne gare, devenue la maison du patrimoine de Sainte-Suzanne.
Au cours d’un échange auquel a participé Bernard Batou, il a été question d’Edmond Albius, qui marqua l’histoire de Sainte-Suzanne et de La Réunion, célèbre pour avoir découvert le procédé de fécondation de la vanille alors qu’il n’avait que 12 ans, et était esclave. Cette découverte fit la fortune de planteurs de vanille dans le monde entier alors qu’Edmond Albius est mort dans le plus grand dénuement.

Première grande bataille menée par Paul Vergès

Puis la visite s’est poursuivie sur le site de l’ancienne usine de Quartier Français. C’est ici que Paul Vergès mena en 1954 sa première grande bataille à La Réunion, pour sauver celle qui s’appelait alors « l’usine des planteurs » de la convoitise de ses concurrents. Cette victoire allait créer une dynamique qui allait permettre deux ans plus tard aux communistes d’être en tête dans toutes les communes lors des élections législatives, d’obtenir la majorité absolue à l’échelle de La Réunion et de voir élire deux députés communistes sur les trois sièges à pourvoir à La Réunion.
Ce fut là aussi que les communistes et les planteurs autour notamment de Lucet Langenier luttèrent contre la décision de fermer l’usine de Quartier-Français. La friche industrielle est devenue le siège de la filiale réunionnaise de Tereos. Des logements sociaux ont été construits sur une autre partie du site.

« Nous ne pouvons pas vivre sans notre histoire, sans notre patrimoine »

Maurice Gironcel a présenté le projet de Centre culturel de Quartier Français qui va être construit dans l’enceinte de l’ancienne usine sucrière. Ericka Bareigts a affirmé son soutien à cette initiative : « Nous ne pouvons pas vivre aujourd’hui sans notre histoire, sans notre patrimoine. C’est pour cela qu’en 2002 l’usine de Sainte-Suzanne a été reconnue patrimoine historique. C’est le Nouveau Centre Culturel de Quartier Français. Mon attachement premier envers la Culture, l’Art et l’Enseignement prend, alors, tout son sens. Ce beau projet verra le jour dans les prochaines années. »
La visite s’est conclue par un arrêt devant le Jardin du patrimoine et de la mémoire, où Ericka Bareigts s’est inclinée devant la stèle de Nelson Mandela.
« Merci pour votre engagement, pour la mémoire, pour notre Histoire », a ajoute Ericka Bareigts, « un Pays d’Art et d’Histoire, c’est, aussi, offrir une autre facette de La Réunion à l’international.
Démocratisons la connaissance ! »