Actualités

Européennes : choisir le bulletin rouge avec Julie Pontalba pour faire respecter la parité

La candidate PCR sur la liste conduite par Ian Brossat est la seule femme des outre-mer en position éligible

Manuel Marchal / 9 mai 2019

Accompagnée de plusieurs amis, Julie Pontalba a tenu ce 7 mai une conférence de presse au sujet de la particularité de sa candidature. En effet, sur les 33 listes déposées, soit plus de 2.000 candidats aux Européennes, elle est la seule femme des outre-mer en position éligible. Voter le 26 mai prochain avec le bulletin rouge pour la liste conduite par Ian Brossat, ce sera aussi un moyen de faire respecter la parité, afin qu’une femme de nos pays puissent faire entendre la voix des femmes dans le prochain Parlement européen.

JPEG - 81.2 ko
Le 27 avril dernier, lors de la présentation des soutiens de Julie Pontalba.

La candidature de Julie Pontalba n’est pas personnelle, elle ne l’a pas souhaitée. Le PCF, dans un élan de solidarité, a demandé au PCR d’être sur sa liste. Le PCR a proposé Julie Pontalba comme candidate, qui ne s’attendait pas à être en 6e position. Mais cette place dans la liste n’est pas arrivée comme cela, Julie Pontalba s’est engagée au PCR avant 18 ans, elle a accompli toutes les tâches relevant d’un militant.

Camille Dieudonné met en garde contre une régression scandaleuse. Dans un journal, la candidate est présentée comme « la compagne de… ». « On a l’impression que les femmes ne sont pas citoyennes et sont un pantin de leur compagnon », explique-t-elle, alors que les femmes ont aussi leur propre parcours militant.

Solidarité

Julie Pontalba est donc la 3e femme sur la liste « Pour une Europe des gens, contre l’Europe de l’argent » conduite par Ian Brossat. « Consciente que d’autres femmes auraient pu être à cette place, c’est un honneur », cette 3e place, « je la partage aussi avec les Femmes qui espèrent du changement dans leur vie quotidienne. La parité donne aux femmes un droit mais en toute solidarité que nous devons en assumer la responsabilité », poursuit la candidate communiste aux Européennes. « D’ailleurs je dois dire que je bénéficie d’une bonne solidarité de ce côté. Des femmes politiques bien sûr (Virginie Gobalou, Michèle Caniguy, Graziella Leveneur, qui sont des femmes engagées m’ont apporté leur soutien public), mais pas que, dans mon entourage, dans ma famille sont venues me proposer leur aide, parce qu’elles se rendent compte de la difficulté de la tâche ». Et de souligner que « donc rien pour ça, et malgré la fatigue parfois, les atteintes blessantes parfois, je continuerai à mener ce combat et je continuerai à m’investir dans ce scrutin ».

La seule éligible

Elle rappelle que beaucoup d’hommes sont méritants d’avoir soutenu les avancées sociétales pour les droits des femmes « mais aucun d’eux ne peut nous remplacer ». « Le 26 mai prochain, j’appelle les citoyens et en particulier les citoyennes à prendre le bulletin de Ian Brossat sur lequel je figure en 6e position. Son bulletin est rouge comme un carton rouge envoyé à la politique anti-sociale actuelle. Voter pour que je puisse être élue n’empêchera certaine pas les autres candidats hommes en très bonne position de gagner. Ce sera simplement permettre la réalisation de la parité ». En effet, Julie Pontalba est la seule femme des outre-mer à être en position éligible à ces élections. Elle est donc la seule possibilité de faire entendre une voix féminine de nos pays dans le futur Parlement européen.

Julie Pontalba a également fait le point de ces soutiens. Elle a été invitée au Congrès du 60e anniversaire de l’UFR. Lors du meeting de lancement de la campagne à Saint-Denis le 27 avril dernier, une délégation du PLR était présente. Concernant Olivier Hoarau, maire du Port, elle comprend que l’élu souhaite voir ses propositions retenues dans un programme avant de se positionner.

Engagée dans l’union

En tout état de cause, Julie Pontalba est engagée « dans l’union pour que l’on se retrouve ». Elle milite « pour que toutes les personnes qui veulent travailler dans le même sens puissent se rencontrer ». David Gauvin met en évidence la méthode retenue par Julie pour rassembler, « une attitude modeste, humble ». Et de souligner que quand « on a beaucoup plus de choses en commun que de choses qui nous divisent, on a intérêt à travailler le plus souvent ensemble ».
La semaine prochaine, Julie Pontalba présentera le programme qu’elle présentera aux électeurs du 26 mai.

M.M.