Actualités

Gilles Leperlier et Jessie Caro : un tandem qui croit en La Réunion

Législatives partielles de la 7e circonscription

Manuel Marchal / 17 août 2018

Hier à l’Etang-Salé, Gilles Leperlier a présenté la candidate suppléante à l’élection législative partielle de la 7e circonscription. Jessie Caro est infirmière à Saint-Leu, son engagement confirme la volonté de « faire confiance à la jeunesse de La Réunion ».

JPEG - 93.6 ko
Jessie Caro et Gilles Leperlier.

Depuis 15 jours sur le terrain, Gilles Leperlier salue les efforts des militants. Il ajoute que : « nous voulons faire confiance à la jeunesse de La Réunion et donner à ces personnes l’occasion de défendre des valeurs ». Et c’est dans ce cadre qu’intervient la présentation de la candidate suppléante de Gilles Leperlier.
« Elle est une vraie force dans cette campagne, elle représente la société civile », souligne le candidat. Son parcours et sa profession viennent en complément de la candidature de Gilles Leperlier qui rappelle que « on s’enrichit des apports des uns et des autres. Les propositions sont le résultat d’un échange avec les personnes concernées pour répondre aux attentes de la population ».
« Jessie Caro est infirmière, et elle apporte son éclairage dans le domaine de la santé, des personnes âgées ».
Jessie Caro, 32 ans, est mère de deux enfants, originaire de Saint-Louis, elle habite depuis quelques années à Saint-Leu. C’est son premier engagement politique, et elle a choisi de le faire aux côtés de Gilles Leperlier. Son rôle de candidate suppléante lui donne l’opportunité de faire bouger les choses, elle a donc choisi de saisir sa chance.

Projets axés sur une Réunion plus solidaire

Elle a fait ses études à l’école d’infirmière de Saint-Pierre, période durant laquelle elle fit connaissance de Gilles Leperlier au sein de l’UNEF-Réunion. Salariée dans les soins à domicile à Saint-Leu, elle travaille de Trois-Bassins aux Avirons. Son métier l’amène à être sensibilisée à la détresse des Réunionnais. Elle soutient la proposition d’un revenu minimum au-dessus du seuil de pauvreté. L’aide n’est pas suffisante pour de nombreuses personnes.
« On manque de structures adaptées ». Jessie Caro propose la création d’un grand service d’aide à la personne et d’anticiper les besoins sur le long terme. En 2040, La Réunion comptera 4 fois plus de personnes âgées de plus de 65 ans. La candidate demande aussi la libéralisation des aides soignantes, afin qu’elles puissent ouvrir leur propre cabinet.
Pour elle, la situation dans les hôpitaux reste catastrophique. La vieillesse et le handicap passent par une prise en compte de la personne, souligne-t-elle.
Elle a toujours vécu dans le Sud. Son père est cordonnier, sa mère a enchaîné les petits boulots. Jessie Caro se sent proche des personnes âgées.
Mère de deux enfants, elle souligne la difficulté d’être mère et active. Cela pose un problème pour la garde des enfants, et provoque des pratiques discriminatoires dans les entreprises.
Avec Gilles Leperlier, elle défend la proposition de faire passer la durée du congé maternité à 20 semaines pour tout le monde et pour une augmentation de la durée du congé parental.

« Pour un service de santé adapté à notre territoire »

Gilles Leperlier rappelle l’importance d’accompagner les personnes âgées, d’où la nécessité de mettre en place dès maintenant des structures et des moyens humains face au vieillissement de la population. Il est tout aussi important de mettre en œuvre une politique pour améliorer le pouvoir d’achat de ces personnes âgées.
Le passage du congé maternité à 20 semaines est une préconisation européenne, précise-t-il. Le congé paternité et le congé parental doivent aussi faire l’objet d’une réflexion. Car l’arrivée d’un enfant pousse certaines personnes à mettre entre parenthèses leur carrière professionnelle. En effet, faire garder un enfant coûte cher, et les places dans les crèches sont insuffisantes. La dernière estimation en date fait état d’un déficit de 39.000 place à La Réunion. D’où l’idée d’une autre politique pour la petite enfance, qui peut créer des emplois.
Des mesures doivent aussi être mises en place pour lutter contre l’alcoolisation fœtale et les autres formes d’alcoolisme qui doivent devenir une cause nationale.
« Nous battrons pour ces valeurs comme nous nous battrons pour un service de santé adapté à notre territoire ». Cela peut s’inscrire dans la région océan Indien, pour répondre aux besoins de La Réunion et de ses voisins.
En conclusion, Gilles Leperlier constate que les gens associent ceux qui ont soutenu le gouvernement à la crise. « Il n’y a jamais eu autant de chômeurs à La Réunion, c’est le résultat d’une politique qui pénalise les Réunionnais ». Cette campagne est l’occasion de débattre « sur quel projet pour La Réunion ». Gilles Leperlier appelle à se rassembler sur l’essentiel.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Ti-pas Ti-pas n’arrivé ! A faire prendre conscience aux Réunionnais qu’avec ce gouvernement actuel par son programme c’est pas En Marche ! Mais "Marche arrière toutes" . Et on s’en rend compte chaque jour que tout est remis en cause les prélèvements appliqués font que les montants des retraites ont diminués ainsi les divers allocations sont en baisse et même certaines remises en cause pour être supprimées comme pour les étudiants. La réunion a besoin des voix comme celui de Leperlier souvent aux côtés des salariés, retraités et chômeurs dans les défilés de manifestation. Pour défendre les droits des réunionnais, beaucoup n’ont pas en mémoire que les smig était de moitié idem pour les allocations et autres droits à la culture et pour cela il a fallut des élus et militants.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • J’espère que pour ce qui concerne les programmes, pour la Réunion, les projets en lien avec le sempiternel problème des transports. Pertinents, réalistes et moteurs pour enfin, changer de paradigme pour protéger la planète qui nous supporte, enfin, si on peut éviter la catastrophe annoncée par les scientifiques. Ils sont à la fois émerveillés par les beautés de la Nature, sa bio diversité, son potentiel, sa fragilité, son évolution. Evolution qui peut mal tourner à cause de l’humanité, c’est ça qui est grave. L’ancien secrétaire de l’ONU qui vient de mourir l’a rappelé dans une de ses dernières interview.
    Il ne faudra pas oublier les points ci-dessous, quitte à en gèner, contrarier certains qui justement, voudraient que rien n’évolue dans le sens contraire de ce qui se passe en ce moment. Quelle folie quand on y réfléchit, ne trouvez-vous pas ?

    Moi si ! Florilège...

    - se lancer dans l’autonomie énergétique, même si seuls 30% est fait, le double plus tard, pour commencer, ce sera déjà ça.
    - remettre le projet de train "TER-PEI" sur les rails, de St Benoît à St Joseph cette fois.
    - ne plus importer de couverts, assiettes, gobelets en plastque, comme aussi les contons-tiges qui ne sont pas recyclés.
    les remplacer par du carton, du bois.
    - mettre en place les téléphériques sans oublier celui entre St Leu et Cilaos, enfin.
    - proposer des vélibs, à dispositon de la population. Ils pourront emprunter les téléphériques pour le retour dans les hauts.
    - remplacer les terres à canne par de l’agriculutre vivrière bio. C’est la santé de tous.
    - offrir des repas bio dans toutes les cantines scolaires et d’entreprises.
    - se lancer dans la géothermie, comme en Nlle-Zélande, Japon, Islande, Guadeloupe bientôt aussi. C’est possible et intelligent.
    - multiplier les poubelles pour le tri des déchets jusque dans les arrêts de transports en commun, qui sont utilisés que par 5% des citoyens.
    - limiter l’emploi de bouteilles locales en plastiques les remplacer par du verre, donc, remettre en place les consignes.

    Voilà pour commencer, ce que je propose, certains disent que c’est utopique, voire inutiles. Il faudra faire le choix, entre détruire encore un peu plus, beaucoup au final et construire, protéger, penser aux enfants nés et naitre, demain. Osons, courage. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?