Actualités

« La pointe avancée du nouveau monde »

Tribune libre de Fraternité réunionnaise

Témoignages.re / 9 novembre 2017

Fraternité réunionnaise a publié hier sur sa page Facebook un article sous la signature d’Ary Yée Chong Tchi Kan. Ce texte rappelle que l’Accord de Paris est entré en vigueur depuis un an, et que respecter les engagements du traité suppose de changer d’ère.

JPEG - 75.6 ko

Le 4 novembre 2016, l’Accord de Paris sur le changement climatique entrait en vigueur. Cela veut dire qu’au moins 55 pays, représentant 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre y avaient souscrit.

L’urgence commande d’agir ensemble et sans délai pour que l’augmentation de la température moyenne sur ce siècle ne dépasse 2 degrés, sur la planète Terre. Si nous réussissons à la maintenir en dessous de 1,5 degré, ce serait mieux encore.

Un tel objectif est effrayant car cela suppose qu’on change radicalement notre manière de fonctionner. Chaque partie signataire - Etats, collectivités, entreprises, associations etc - doit déposer ses “instruments de ratification” et ses engagements chiffrés, compréhensibles et mesurables par tous.

Le plus gros des efforts doit être engagé avant 2020, sinon le résultat attendu collectivement sur la durée envisagée ne sera pas atteint. D’ailleurs, le rapport annuel de l’Organisation Météorologie Mondiale paru, le 30 octobre 2017, fait état d’une expansion accélérée du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. L’information est toute récente. Il faut changer d’ère.

Nous sommes entrés dans l’ère de la co-responsabilité

Avant tout, c’est un état d’esprit. La Chine (1,4 milliard d’habitants) a déjà fait expertiser toute sa législation pour rendre celle-ci compatible avec les termes de référence du Traité alors que les Etats-Unis (323 millions d’habitants) hésitent encore. A La Réunion (une île de moins d’un million d’habitants), le Parti Communiste Réunionnais appelle à une gouvernance adaptée : la Responsabilité par l’ Autonomie et le développement durable et solidaire. Le fondateur du PCR, Paul Vergès, avait fait voter une loi à l’unanimité de la représentation parlementaire française qui a conduit en 2001 à la création de l’Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique. Il a présidé l’ONERC durant 15 ans ! C’est dire s’il avait un sens élevé de l’intérêt commun.

Cet état d’esprit doit être nourri en permanence

En 2009, dans la préface de “Réconciliation et Fraternité”, j’invitais à “sortir du bocal”. Extrait : “Des transformations sans précédent mettent en jeu la survie même de l’humanité. Le peuple réunionnais vit pour l’heure dans un état pour le moins paradoxal : alors que La Réunion constitue, tant par sa situation géographique et géopolitique que par la composition de sa population et sa structure de son économie, un laboratoire des contradictions du monde contemporain, nombre de ses habitants vit encore dans l’inconscience de l’ampleur des bouleversements en cours”…”une réalité nouvelle est née qui nous oblige à sortir du confort infantile du perpétuel rejet sur l’Autre, l’entière responsabilité d’une situation où nous sommes tous, hélas, autant victimes qu’acteurs.” Le chapitre 3 est entièrement consacré à “une ère nouvelle : la co-responsabilité”. La quatrième de couverture appelle à “résoudre durablement les contradictions contemporaines, dans une démarche de co-responsabilité, c’est à dire par le dépassement de soi et l’union sur l’essentiel”.

“L’aube d’une ère nouvelle de combats fondamentaux”

Le 4 novembre 2016 est déjà un marqueur historique universel. Nous sommes à l’aube d’une ère nouvelle de combats fondamentaux. Les premiers pas sont difficiles, raison de plus pour persévérer et redoubler d’efforts. Tout le monde est concerné. La Réunion doit accentuer son rôle et sa place sur l’axe des grands courants d’échanges mondiaux qui structurent le nouveau monde en construction. La pointe avancée.

Ary Yée Chong Tchi Kan